Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 PICASSO. BLEU ET ROSE

18/09/2018 > 06/01/2019

Musée d'Orsay

- PARIS

expo_cercle_2 CLEMENCEAU, LE COURAGE DE LA RÉPUBLIQUE

01/11/2018 > 10/02/2019

Panthéon - PARIS
expo_cercle_3 MADAGASCAR

18/09/2018 > 01/01/2019

Musée du quai Branly - Jacques Chirac - PARIS
expo_cercle_4 TRÉSORS DE KYŌTO

26/10/2018 > 27/01/2019

Musée Cernuschi - PARIS

LA NEWSLETTER

S’arracher les cheveux à la Courbet

Aurélia Antoni 26 novembre 2018

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

« Avec ce masque riant que vous me connaissez, je cache à l’intérieur le chagrin, l’amertume, et une tristesse qui s’attache au cœur comme un vampire ? » déclare Gustave Courbet à son mécène Alfred Bruyas, dix ans après la peinture de son autoportrait Le Désespéré. Un tableau réalisé à vingt-cinq ans, qui témoigne d’une grande virtuosité accompagnée d’une perte de repère. Explications.

Gustave Courbet, Le Désespéré, 1844–1845, Peinture à l’huile, 45 cm x 55 cm

On pourrait presque comparer cette toile à un spleen, une humeur angoissée de l’artiste face à sa peinture – qui ne souhaite pas céder au romantisme ambiant – et à sa vie privée. Un reflet de son âme, une facette que ce jeune adulte ne révèle jamais à ses contemporains. Mais c’est aussi l’occasion de s’exercer en « tête d’expression » comme le faisait Rembrandt en se basant sur son simple reflet dans le miroir. Une pratique dont le but était de recopier plus tard cette même expression sur une plus grande œuvre. Mais Le Désespéré n’a rien d’un croquis : la surface entière de la toile est occupée, les contours sont soignés. Grâce au cadrage resserré, le personnage semble même sur le point de sortir de la toile pour nous transmettre son angoisse. Le clair-obscur ajoute un caractère dramatique à cette position effrayée en n’éclairant qu’une partie du front ainsi que les mains prêtes à arracher les cheveux. Le blanc de la chemise et des yeux exorbités rentre en contraste avec le noir de la pilosité. Mais le rosé des joues et des lèvres apporte le réalisme cru d’un visage en tension. 

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE