Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Chagall, du noir et blanc à la couleur

Aurélia Antoni 4 novembre 2018

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

À l’Hôtel de Caumont d’Aix-en-Provence, les murs et les sols se parent d’un gris majestueux pour accueillir les milles teintes du noir et blanc à la Chagall jusqu’à l’éruption de la couleur. Progressivement, le visiteur voit apparaître des touches, des aplats d’un bleu roi ou d’un rouge magenta. Puis, c’est le feu d’artifice. Les collages et les œuvres tardives révèlent l’essence d’un art toujours en joie, un art qui conte la vie et l’amour avec enchantement. Réservez vos billets à l’avance, l’événement risque de s’ébruiter à grande vitesse…

Marc Chagall, Le cirque, 1961, Gouache et pastel sur papier, 57,5 x 51 cm, Pola Museum of Art, Hakone © ADAGP, Paris, 2018 © Pola Museum of Art, Pola Art Foundation

Dans les années 50, Marc Chagall séjourne en France après une longue escale aux Etats-Unis. C’est l’étape de la reconstruction pendant laquelle le monde se dessine en teintes de gris. L’occasion pour le maître de s’assombrir, en commençant par illustrer une vingtaine de contes du Décaméron de Boccace. Nul besoin de bleu pour deviner les milliers de variations nébuleuses qui habitent le ciel. Nul besoin de jaune pour décrire la chaleur pesante du soleil. Le brumeux lavis, la douceur des traits… chaque image révèle un univers de nuances.

Le visiteur oscille entre peinture et sculpture, intrigué par la dualité de fond traitée en nuances de formes. Mais ces quelques années d’exploration prendront fin. La thérapie s’achèvera et enfin, la couleur réapparaîtra. D’aplats en aplats, le monde cicatrise et Chagall aussi. 

Au deuxième étage, l’art de la céramique inspire la peinture. Sur des vases, l’artiste n’en finit pas de retravailler la matière, redessinant en gravant, repeignant à la craie la terre déjà cuite. Sur ses tableaux, il intègre de la sciure et du sable à sa peinture. Les fonds prennent du relief, la couleur s’approfondit. Un paravent conte une Jérusalem flottante, figure un couple flottant ainsi qu’une fenêtre ouverte sur la Tour Eiffel.

Puis, ses peintures se « monochromisent » et adoptent une dominante de rouge, de bleu ou de vert. L’œil se délecte jusqu’à l’apogée avec la dernière salle regroupant de splendides collages comme des études préparatoires. Sur tableau, les formes sont davantage découpées, le goût du motif amuse et égaye. « Si toute vie va inévitablement vers sa fin, nous devons durant la nôtre, la colorier avec nos couleurs d’amour et d’espoir. » disait Chagall. À 83 ans, il continuait d’explorer tout en défendant une universelle déclaration d’amour, de paix et de poésie. Désormais et plus que jamais, son message résonne avec grâce au cœur d’Aix-en-Provence. 

CHAGALL, DU NOIR ET BLANC À LA COULEUR

01/11/2018 > 24/03/2019

CAUMONT – CENTRE D’ART

AIX-EN-PROVENCE

Découvrez une dimension inexplorée de l’oeuvre de Marc Chagall, célébré maître de la couleur par les artistes et les critiques de so...

125
jours restants
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE