Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 LE CUBISME

17/10/2018 > 25/02/2019

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_3 TRÉSORS DE KYŌTO

26/10/2018 > 27/01/2019

Musée Cernuschi - PARIS
expo_cercle_4 VISAGES

09/11/2018 > 15/12/2018

Institut Hongrois - PARIS
expo_cercle_5 HANS HARTUNG - 1950 / 1970

15/11/2018 > 15/12/2018

Galerie Brame & Lorenceau - PARIS

LA NEWSLETTER

« Le Cauchemar » de Johann Henrich Füssli

Aurélia Antoni 28 octobre 2018

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Enfer et damnation ! Quelle vision horrifique que cette peinture réalisée en 1781 par le peintre et écrivain Johann Henrich Füssli ! En plein siècle des lumières, l’obscurantisme semble avoir gagné du terrain et la lumière dormir d’un sommeil agité… 

Johann Henrich Füssli, Le Cauchemar, 1781. Peinture, peinture à huile sur toile. 1.02m x 1.27m. Detroit Institute of art.

On croirait observer une illustration de Faust, la fable légendaire de Goethe. Pourtant, rien ne relie cette peinture à un passage littéraire de toute sorte. Il semblerait que l’imagination ait travaillé Füssli… 

Une femme allongée vêtue d’une robe blanche, les yeux fermés, est allongée et endormie. Pourtant, la position choisie n’est pas idéale pour un sommeil confortable… Ils semblerait qu’elle soit soumise à ses démons et que l’un d’entre eux se soit même impunément assis sur son ventre ! Sorte d’animal terrifiant, il nous fixe du regard comme si nous venions de rentrer dans la pièce et de surprendre la scène. Cette gargouille démoniaque est un Kobold, un incube bien connu du folklore germanique, qui aime abuser de ses proies féminines. Le viol fantasmé semble régner sur cette toile qui ressemble fort à un décor de théâtre. L’obscurité, les rideaux en fond de scène et puis cette tête de cheval surgissant sur la gauche, semblable à un masque effroyable participent à l’effet dramatique.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE