Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Quand James Whistler peignit sa mère…

Aurélia Antoni 30 août 2018

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Sévère, austère et dévot, le portrait de la mère de Whistler incarne le modèle de la mère américaine. Lorsqu’elle voyagea du Louvre au Musée d’Art Moderne de New York dans les années 30, la foule l’acclama en véritable star. Reprise sur les timbres nationaux puis érigée en statue de bronze, son rebelle de fils en serait déconcerté tant il souhaitait neutraliser la figure maternelle au profit des tons et des formes. Mais son « Arrangement en gris et noir n°1 » fut bien vite remplacé par « Portrait de la mère de l’artiste »…

James Abbott McNeill Whistler (1834-1903), Arrangement en gris et noir n°1, dit aussi Portrait de la mère de l’artiste, 1871, Huile sur toile, H. 144,3 ; L. 162,5 cm

Durant l’été 1871, le peintre James Abbott McNeill Whistler apprend que son modèle habituel est malade. Par dépit, il se rabat sur un sujet plus âgé et plus vêtu, sa mère. Alors âgée de soixante-sept ans, Anna Mathilda Whistler porte le deuil de son mari sur le noir de sa robe et sur les traits marqués de son visage. Son fils s’apprête à en faire un symbole du puritanisme.

James Abbott McNeill Whistler (1834-1903), détail de l’oeuvre Arrangement en gris et noir n°1, dit aussi Portrait de la mère de l’artiste, 1871, Huile sur toile

D’origine américaine, Whistler vit sa jeunesse en Russie avant de parcourir l’Europe. En France, il se forme à la peinture et se lie d’amitié avec les avant-gardistes. Courbet, Manet, Degas… Son allure dandy, son sens de l’humour et son charme magnétisent les foules.« L’Apollon de poche » ainsi surnommé en raison de sa petite taille, voyage et s’inspire. Du réalisme de Courbet puis des préraphaélites anglais. Et par-dessus tout, il se nourrit des estampes japonaises et des peintres Hollandais du XVIIe. « A nos débuts, dit Degas, Fantin, Whistler et moi étions sur la même route. La route de Hollande. » L’artiste est fasciné par les scènes d’intérieur qu’il découvre en 1863 dans le nord des Pays-Bas, mais aussi dans les musées londoniens et parisiens.

Ce sera son point de départ. La scène se déroulera à l’intérieur, dans les tons neutres et sombres des génies hollandais. La composition sera d’une extrême sobriété, constituée d’horizontales et de verticales – la plinthe, le rideau, le dossier de la chaise, le repose-pieds et les tableaux. Le personnage vêtu de noir à la coiffe blanche se détachera ainsi du mur gris. Whistler a pensé chaque détail de son arrangement, juste avant de peindre sa mère de son profil austère.

James Abbott McNeill Whistler (1834-1903), détail de l’oeuvre Arrangement en gris et noir n°1, dit aussi Portrait de la mère de l’artiste, 1871, Huile sur toile

Au réalisme de la scène s’ajoute l’influence de l’art japonais qui, de son exotisme onirique vient au contraire ajouter une authenticité photographique. Composition décentrée, aplats de peinture ou encore travail de motifs végétaux font partis des règles d’or de l’art japonais qui bousculent l’académisme ambiant. Le peintre s’en empare et les applique à sa toile, du personnage décentré à la composition tronquée en passant par l’aplat noir et les ornements orientaux du rideau. Là où Whistler se rebelle, c’est sur le modelé et les légères ombres des chairs.

James Abbott McNeill Whistler (1834-1903), détail de l’oeuvre Arrangement en gris et noir n°1, dit aussi Portrait de la mère de l’artiste, 1871, Huile sur toile

L’artiste prend son temps et peu à peu, les tonalités et les formes se construisent sur sa toile. Il pense l’intituler « Arrangement en gris et noir n°1 ». Enfin, il finit par lâcher le pinceau et s’exclame alors « Oh maman ! C’est maitrisé. C’est beau ». Lui qui se désintéresse de ses personnages peints, les traitant de « tâche de noir » ou de « tâche de bleu », semble avoir érigé sa mère en figure inoubliable liée à une abstraction d’avant-garde.

Timbre américain « Les mères d’Amérique », édité le jour de la fête des mères, le 2 mai 1934.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE