Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Raoul Dufy, les ateliers de Perpignan

Aurélia Antoni 12 juin 2018

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

À partir du 23 juin au musée d’art Hyacinthe Rigaud, la peinture heureuse de Raoul Dufy exhibera sa facette catalane, un fragment de vie placé sous le signe de l’amitié. De 1940 à 1950, la production de l’artiste dans ses ateliers perpignanais met en lumière des thèmes chers à ce peintre du plaisir : la réinterprétation des Maîtres, les représentations de la musique et la peinture de fleurs. Au menu, délices, tendresse et joyeuse harmonie.

Raoul Dufy, Le modèle dans l’atelier, 1949, Huile sur toile 65 x 81 cm, Collection Le Havre, Musée d’art moderne André Malraux © ADAGP, Paris, 2018 © photo MuMa Le Havre/Florian Kleinefenn

Extraordinaire explorateur de domaines artistiques, Raoul Dufy s’essaya et triompha dans le dessin, la gravure, l’illustration, la céramique, la décoration, la tapisserie… Initié par l’impressionnisme, rejeté par le fauve Matisse, il restera à jamais un coloriste unique et un artiste complet.

3 ateliers sous le soleil du Roussillon

En 1940, hébergé par le Docteur Pierre Nicolau qui le soigne de sa polyarthrite dans sa clinique privée, Dufy se lie d’une profonde amitié avec tous les membres de la famille de son hôte. Dans une lettre datée du 20 mars 1944, le peintre revient sur cette relation : « La Providence m’a toujours comblé mais jamais autant que quand elle m’a conduit vers vous. […] De mon intégrité restituée je tirerai des œuvres plus fortes et nouvelles qui vous sont toutes dédicacées. » Ainsi, le musée perpignanais présente des œuvres achetées par Nicolau ou offertes par Dufy à son ami. Certaines auront déjà été présentées lors d’expositions antérieures et d’autres seront totalement inédites, empreintes d’une affection envers des proches ou la famille Nicolau.

Durant son séjour de six mois rue Jeanne d’Arc, Dufy installe discrètement ses outils au salon du premier étage de la maison. À défaut de ne pouvoir peindre à l’huile, il peint à l’aquarelle des bouquets de fleurs. Thérèse Estève, une amie de la famille Nicolau apporte chaque matin des roses fraîchement cueillies dans sa roseraie au bon plaisir de Raoul.

Manquant d’espace et d’intimité sûrement, il occupe jusqu’en 1945 un atelier au rez-de-chaussée d’un immeuble de la même rue détenu par des amis. Il y reprend ainsi la peinture sur toile et représente de nombreuses fois cet espace de travail mais le pauvre ensoleillement et l’humidité le poussent à déménager. L’année suivante, il part pour un atelier loué par la famille Sauvy avec vue sur l’animée place Arago.

Finalement, trois ateliers se succédèrent et dessinèrent cette période ensoleillée qui s’achèvera en 1950 avec un départ pour les Etats-Unis.

Raoul Dufy, Vue de Caldes de Montbui, Vers 1945, Aquarelle et gouache sur papier, 26 x 50 cm, Collection particulière © ADAGP, Paris, 2018 © Photo Ville de Perpignan/Pascale Marchesan

Musique, arts décoratifs et escapades

Pendant dix ans, Dufy se lie d’une amitié profonde avec de nombreux artistes comme l’écrivain Ludovic Massé, le sculpteur Aristide Maillol, le romancier Claude Simon ou encore le violoncelliste Pau Casals… La musique l’inspire et les maîtres également. Il reprend ainsi Le Bal du Moulin de la Galette de Renoir et la Vénus Anadyomène d’après Botticelli. Dans les arts décoratifs, l’artiste se consacre à la tapisserie en collaborant avec Jean Lurçat et à la céramique en travaillant avec le potier Jean-Jacques Prolongeau.

Hors atelier, Dufy peint gaiement les paysages idylliques du sud de la France à Vernet-les-Bains, au Boulou et même en Espagne à Caldes de Monbui, où se trouvent des cures thermales. Là-bas, il écrit à Pierre Nicolau « J’ai l’impression que je joue ici ma dernière carte, je suis décidé à tout sacrifier pour réussir, même s’il faut beaucoup de temps. » Il lui fallut encore s’armer de patience avant d’atteindre les Etats-Unis et d’être enfin reconnu à la juste valeur de sa courbe rythmée, de sa palette enjouée et de l’apaisante légèreté de son âme affectueuse.

RAOUL DUFY, LES ATELIERS DE PERPIGNAN 1940-1950

23/06/2018 > 04/11/2018

Musée d'art Hyacinthe Rigaud

PERPIGNAN

Réfugié à Céret au début de la Seconde guerre mondiale, Raoul Dufy (Le Havre, 1877 - Forcalquier, 1953), entre en 1941 en relation avec...

0
jours avant l'ouverture
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE