Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 PICASSO. BLEU ET ROSE

18/09/2018 > 06/01/2019

Musée d'Orsay

- PARIS

expo_cercle_3 CLEMENCEAU, LE COURAGE DE LA RÉPUBLIQUE

01/11/2018 > 10/02/2019

Panthéon - PARIS
expo_cercle_4 MADAGASCAR

18/09/2018 > 01/01/2019

Musée du quai Branly - Jacques Chirac - PARIS
expo_cercle_5 TRÉSORS DE KYŌTO

26/10/2018 > 27/01/2019

Musée Cernuschi - PARIS

LA NEWSLETTER

Trois bonnes raisons d’aller voir l’exposition Japonismes / Impressionnismes

Aurélia Antoni 11 avril 2018

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Japonismes / Impressionnismes s’épanouit en ce moment avec splendeur et sens au musée des impressionnismes de Giverny. À deux pas de l’ancienne demeure de Claude Monet et de ses jardins flamboyants, retour sur une exposition dont la localisation ne constitue pas le seul attrait…

Des têtes d’affiche en grand nombre 

Félix Vallotton, La Valse, 1893 – Huile sur toile, 61 x 50 cm – Le Havre, musée d’art moderne André Malraux, collection Olivier Senn, donation Hélène Senn-Foulds, 2004, 2004.3.68 © MuMa Le Havre / Photo : David Fogel

L’exposition présente l’influence majeure de l’art japonais sur les peintres impressionnistes et postimpressionnistes. À ce titre, les artistes phares du mouvements nabi ou encore du pointillisme se joignent aux noms reconnus des impressionnistes. Parmi eux, Claude Monet, Berthe Morisot, Edgar Degas mais aussi Van Gogh, Signac, Seurat, Bonnard, Vuillard, Vallotton et Mary Cassatt. 

Des œuvres que l’oeil reconnaît, on en compte plus d’une. Le portrait d’Emile Zola peint par Manet, l’affiche Divan japonais de Toulouse-Lautrec ou encore Voiliers et pins de Signac… Mais on s’émerveille également devant des éventails peints par ces maîtres, véritables objets de curiosité, ou des tableaux de composition décorative, onirique ou délicieusement étrange, comme les Capucines de Caillebotte ou La Valse de Vallotton. 

Découvrir l’art de l’estampe japonaise

Katsushika Hokusai, Kanagawa-oki nami-ura. Sous la vague au large de Kanagawa – Une estampe de la suite : Fugaku sanjūrokkei. Les Trente-Six Vues du Mont Fuji – Signature de l’artiste : Hokusai aratame Iitsu hitsu – Estampe nishiki-e, ōban, 24,1 x 36,2 cm – Ancienne collection Claude Monet Giverny, Fondation Claude Monet © Giverny, Fondation Claude Monet

Qualité et quantité sont bien présentes, avec plus de 120 œuvres, tableaux et estampes compris. Une salle entière est réservée à l’art de l’estampe japonaise avec ici encore, les créateurs les plus célèbres dont Hokusai et Hiroshige. Une vitrine consacrée aux estampes crépons rend compte de l’approfondissement du programme de l’exposition, qui montre plus pour illustrer mieux.

Les estampes sont classées par propriétaires, les peintres impressionnistes collectionneurs. La vague d’Hokusai et ses compositions florales, qui appartenaient à Claude Monet, captivent par le jeu et le génie du détail. Les estampes propriétés de Degas, dont le Bain des femmes, déploient des lignes d’érotisme. Enfin, les paysages panoramiques à l’élégante sobriété d’Hirsohige fascinent. Au fil de ces pièces, on se projette au temps des impressionnistes, découvrant un art aux codes singuliers qui les a inspirés, et une culture éloignée, si éloignée…

Le 8 juin 1861, Edmond de Goncourt note dans son Journal : « J’ai acheté l’autre jour à la Porte chinoise des dessins japonais […]. Un art prodigieux, naturel, multiple comme une flore, fascinant comme un miroir magique. »

Décoder la révolution impressionniste

Georges Seurat, Le Bec du Hoc, Grandcamp, 1885 – Huile sur toile, 64,8 x 81,6 cm – Londres, Tate, purchased 1952, N06067

Nul ne pourrait négliger l’effervescence artistique initiée par l’impressionnisme et la résonance du mouvement jusqu’à nos jours. Aussi, se replonger dans ces prémices, ces influences et ces désirs offre des clés de compréhension. Au Salon de 1873 régnait encore une pensée académique et conservatrice, hermétique à toute nouvelle manière de peindre, de composer, de voir. « Il ne s’agit pas de peindre la vie, mais de rendre vivante la peinture » disait Pierre Bonnard. Quel bouleversement ! 

C’est en découvrant leurs collections d’estampes que l’on saisit comment les impressionnistes ont tenté d’imiter l’art japonais, l’introduisant dans leur propre peinture, se nourrissant de ces codes étrangers tout en préservant leur touche personnelle. Et l’on parcourt cette exposition en remerciant le Japon. Un archipel qui, en s’ouvrant au monde, réforma notre art et chamboula les esprits.

 

JAPONISMES - IMPRESSIONNISMES

30/03/2018 > 15/07/2018

Musée des impressionnismes

GIVERNY

L'ouverture commerciale et diplomatique du Japon en 1868 révéla aux artistes occidentaux des formes artistiques radicalement différentes ...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE