Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 MIRÓ

03/10/2018 > 04/02/2019

Grand Palais

- PARIS

expo_cercle_2 TADAO ANDO, LE DÉFI

10/10/2018 > 31/12/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 ALPHONSE MUCHA

12/09/2018 > 27/01/2019

Musée du Luxembourg - PARIS
expo_cercle_5 JOAN MIRÓ

03/10/2018 > 04/02/2019

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS

LA NEWSLETTER

Art Paris Art Fair : nos coups de cœur !

Aurélia Antoni 6 avril 2018

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Au Grand Palais, Art Paris Art Fair bat son plein jusqu’au 8 avril. Avec 142 galeries venues de 23 pays, l’effusion artistique et la diversité sont au rendez-vous. Exponaute vous livre sa sélection insolite et explosive…

Katya Traboulsi, Perpetual Identities, 2016 – Galerie Dominique Fiat © Exponaute

Une bonne dose d’art coréen

Voguant entre les galeries, on est très vite intrigué par les natures mortes ultra-colorées de Gigisue… Puis on navigue de surprise en surprise. L’art coréen s’impose par une spontanéité, une fraîcheur et des méthodes surprenantes. Lee Wan étonne avec une série de toiles décriant la transformation de la société de travail. Le geste passionnel et spontané de l’artiste intervient comme une manifestation sur un fond méticuleusement peint par des ouvriers auxquels de minuscules pinceaux ont été confiés pour accomplir cette tâche ingrate. Ensuite, Yeoran Je délivre de véritables délices pour les yeux. Isolée dans les montagnes, elle travaille à l’aide d’une raclette sur laquelle elle dépose d’importantes couches de peinture à l’huile qu’elle étale ensuite par mouvements courbes sur la toile. Abstraction totale et force de la nature.

Galerie 313 Art project, Séoul – Art Paris Art Fair © Exponaute

Rome vue par Davide Bramante

En matière de photographie, notez le travail de superposition de Davide Bramante au stand de la galerie italienne Anna Marra. La capitale est revisitée par l’artiste, qui lui invente un nouveau paysage urbain. Fausses symétries, peintures symboliques, l’effet est comparable à un lendemain de soirée arrosé dans les rues romaines… Des photographies réalisées uniquement à l’appareil argentique, jouant avec les pellicules, sans tromperie, sans retouche !

Davide Bramante, My own Rave. Roma (Danzante in mezzo), 2014, multiple exposures in the shooting phase, non digital, edition of 5, 100×100 cm © Galleria Anna Marra

Du street art avec Blek Le Rat

Il est rare de trouver du street art à Art Paris Art Fair, et pourtant la galerie Ange Basso expose le travail du graffeur pochoiriste Blek Le Rat, précurseur de Banksy. Un travail originellement hors les murs, car il s’agit de toiles au message évident : déplacer l’art du musée à la rue. Au pochoir, il reprend des figures emblématiques de l’histoire de l’art, en commençant par la Joconde, pour finir par Le Caravage. À l’entrée, notez la palissade Femme grecque collée à la cloison. Celle-ci est extraite d’une fresque réalisée sur les palissades d’un chantier dans les années 80 : les travaux de la pyramide du Louvre.

Galerie Ange Basso – Art paris Art Fair © Exponaute

Révolution dans la tapisserie

Au stand de la galerie Chevalier, la tapisserie se modernise, se métamorphose. Françoise Paressant intègre du papier dans ses bandes de tapisserie colorées et décoratives. Aurélie Mathigot brode des fils fluo ou des diamants sur des tapisseries anciennes. Mathieu Ducornau dessine des portraits au fil. La tapisserie devient enfin pop, moderne, ludique !

François Paressant, Les trois soeurs, 2016 – Tryptique, tapisseries de haute lice, tissées par l’artiste – Chaîne en coton, trame en laine et papier © Exponaute

Illusions à la Galerie Paris-Beijing

Tout est à dévorer à la Galerie Paris-Beijing, en commençant par la paroi extérieure avec une photographie en mouvement de Yang Yongliang. Ne vous fiez pas aux apparences, et observez bien cette illusion d’estampe naïve. Elle se révélera à vos yeux comme un montage photographique prodigieux témoignant de l’urbanisation irrépressible de la Chine. Deux mystérieuses maisons de verre réalisées par Mehmet Ali Uysal surprennent par leur réalisme. L’artiste s’est représenté nu en impression 3D à l’intérieur de la première, éloigné de la seconde dans laquelle se trouve un arbre florissant, symbole, semble-t-il, de sa terre natale. De retour d’Islande, Sebastian Wickeroth propose une poésie de cadres de verres juxtaposés et décalés, peints à l’aérosol. Notez le vide qui sépare les plaques, comme une ligne d’horizon non figée. Enfin, rapprochez-vous des néons de Chul Hyun Ahn. Ses tableaux lumineux sont en réalité des perspectives infinies et son socle noir nous plonge dans un puits sans fond.

Sebastian Wickeroth, Untitled, 2017 © artparis.com

Les obus de Katya Traboulsi

Impossible de manquer la série d’obus de Katya Traboulsi au stand de la galerie Dominique Fiat. Quatre ans de création furent nécessaires pour transformer ces obus en objets de culture. Son point de départ, la guerre au Liban. Sa méthode : confier le travail aux artisans de pays en conflits. L’obus d’Oman, par exemple, est fait de cuivre trempé dans de l’argent, savoir-faire traditionnellement utilisé pour les armes blanches omanaises. Devant les projectiles sont exposées les vraies caisses dans lesquelles sont transportés les obus. Magnifiquement choquant.

Katya Traboulsi, Perpetual Identities, 2016 – Galerie Dominique Fiat © Exponaute

Pour en savoir plus sur l’événement et la programmation, rendez-vous sur le site de Art Paris Art Fair.

 

+

ART PARIS ART FAIR 2018

05/04/2018 > 08/04/2018

Grand Palais

PARIS

Du 5 au 8 avril 2018, Art Paris Art Fair réunit 142 galeries de 23 pays au Grand Palais. Découverte et diversité sont les maîtres mots d...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE