Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Drawing Now Art Fair : nos coups de cœurs !

Anne Malary 22 mars 2018

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Au Carreau du Temple, les galeries ont hissé leurs pépites car sous la verrière de la halle se tient jusqu’au dimanche 25 mars le salon du dessin contemporain Drawing Now Art Fair. Quelques artistes ont attiré notre œil tant sollicité qui pétille encore de ces belles découvertes et redécouvertes… Alors, focus !

Janko Domsic, sans titre, circa 1975, stylo à bille sur carton © courtesy christian berst art brut

Janko Domsic

La galerie Christian Berst art brut consacre ses cimaises aux dessins de Janko Domsic. Ses larges feuilles sont couvertes de lignes écrites en croate, textes réguliers et régulièrement « codés » : « Je n’ai jamais été à l’école, pas une journée, alors j’ai appris à écrire les premières lettres chez les bohémiens ». Depuis, elles ont composé les fonds d’une espèce de cosmogonie !

Dessus, des figures et symboles tracés à la règle et au compas rayonnent rouges, vertes, bleues… comme si elles gouvernaient un monde originel.

De l’artiste, on sait peu de choses, sinon qu’il est né en Croatie et arrivé en France dans les années 1930. Il dessinait ainsi dans un café des êtres aux bras tendus, cœurs de mécaniques où gravitent symboles politiques, économiques ou religieux. Un mystère à nos yeux ébahis devant cette méticuleuse énigme.

Lionel Sabatté, Grizzly bear du 2/11/17, 2017, Oxydation sur papier © Lionel Sabatté / Galerie Ceysson & Bénétière

Lionel Sabatté

Les ours bruns de Lionel Sabatté font des auréoles sur l’angle blanc de la galerie Ceysson & Bénétière. L’artiste – lauréat 2017 du prix Drawing Now – les a oxydés sur le papier. En résulte un pelage poreux, brillant et rigueux, qui ressemble à l’écorce d’un arbre mangé par de la mousse au ventre.

Nulle frontière entre les médiums de Lionel Sabatté : il utilise les matériaux résiduels pour marquer au fer des surfaces qui ainsi semblent gravées depuis des millions d’années. Son bestiaire évoque d’ailleurs l’art pariétal. Mais accrochés là, ses profils d’ours pleins se chargent d’une intensité vibrante, vivante…

Christos Venetis, o.T., 2018, Pencil on Book Cover © Christos Venetis / GALERIE MARTIN KUDLEK

Christos Venetis

Dans un petit rectangle, une étreinte, dans un autre un dos, un regard, une nuque, une impression sensuelle et intime comme une éclipse. À côté, pleins d’autres coups de cils alignés : des gestes familiers et quotidiens, tous dessinés sur des couvertures de livres arrachées.

La galerie Martin Kudlek expose l’œuvre secrète de Christos Venetis. L’artiste utilise ces surfaces d’objets qui ont une vie passée. Des cartons que l’on ouvre pour lire la narration de fragments combinés. Ils font écho en nous qui nous penchons pour sentir ces moments comme autant d’histoires silencieuses. Elles ont quelque chose, à contre-jour, de la poésie sobre de Vilhelm Hammershoi.

Gérard Fromanger, Giotto di Bondone, Pastel sur papier, 2018 © Samuele Vannoni

Gérard Fromanger

Après une rétrospective au Centre Pompidou en 2016, Gérard Fromanger réalise pour Drawing Now une série de portraits. De Giotto à Basquiat, il trace les couleurs vives de visages amis.

En 1965, le critique Gérald Gassiot-Talabot a baptisé sa ligne de « figuration narrative ». Gérard Fromanger a donné à Mai 1968 les images célèbres de l’atelier populaire avec les étudiants de l’Ecole des beaux-arts de Paris en grève. Il y a ce graphisme d’affiche dans les caractères traduits en lignes de ses Amis électriques.

Shao Bingfeng, Untitled, 2014, crayons de couleur et encre sur papier © Shao Bingfeng / Galerie Paris-Beijing

Shao Bingfeng

Au niveau bas du Carreau du Temple, on rencontre de larges portraits tendus au crayon de couleur… ils sont l’œuvre de Shao Bingfeng, représentée par la galerie Paris-Beijing.

De sa maison de la banlieue de Pékin, Shao Bingfeng peint depuis une dizaine d’années cette fresque de portraits. Pour ce faire, elle se base sur des photographies d’époque et procède en autodidacte. C’est ce qui donne cette impression fixe à ses portraits : les modèles posent, seuls, en couple, en groupe. Plus de 300 dessins et peintures imagent ainsi l’histoire de la Chine moderne, de l’ère maoïste à nos jours. Des témoignages que l’on accrocherait dans son salon pour sourire aux visages connus… La galerie Paris-Beijing offre à voir des extraits saisissants de leurs traductions en couleurs et en grand, sur un mur blanc.

Stelios Karamanolis, Untitled, 2017, crayons de couleur et acrylique sur toile © Stelios Karamanolis

Stelios Karamanolis

Flatland Gallery, voisine du niveau bas, expose les créations de Stelios Karamanolis. Sur les toiles de cet artiste, nulle échelle, nulle base, mais des objets, des profils qui flottent. On ne sait pas d’abord expliquer comment ces impressions fantomatiques nous hypnotisent. C’est peut-être parce qu’elles ont la poésie de vers déconstruits et placés en apparence au hasard de la surface, tantôt parallèles, tantôt perpendiculaires, isolés et pourtant par l’artiste accordés.

Né à Athènes, Stelios Karamanolis se rappelle les iconographies de l’antique Méditerranée. Symboles, hiéroglyphes et pictogrammes forment son répertoire et se posent ainsi sur ses toiles sans profondeur picturale. Paysages et faunes affleurent du papier comme s’ils étaient révélés à notre œil par contours et couleurs…

Pour en savoir plus sur l’événement et la programmation, rendez-vous sur le site de Drawing Now Art Fair.

DRAWING NOW ART FAIR

22/03/2018 > 25/03/2018

CARREAU DU TEMPLE

PARIS

DRAWING NOW Art Fair est la première foire d’art contemporain dédiée au dessin en Europe. La 12e édition de DRAWING NOW Art Fair rass...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE