Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Cahors Juin Jardins : le festival qui cultive l’art arrive le 1er juin !

Anne Malary 8 mars 2018

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Depuis 2006, le festival Cahors Juin Jardins émerveille… En juin prochain, la ville aux jardins secrets renouvellera son invitation aux artistes contemporains. Ces derniers animeront de leurs créations les enclos végétaux, jalons d’un vaste parcours dans les jardins de la ville qui étend cette année ses rameaux hors de la cité. Avec un thème : « Demains se rêve (la tentation de la forêt) ».

Ayant poussé la porte étroite qui chancelle,

Je me suis promené dans le petit jardin

Qu’éclairait doucement le soleil du matin,

Pailletant chaque fleur d’une humide étincelle[1].

Demain se rêve encore. C’est ce qu’évoque le visuel de l’événement : la coupe d’un tronc cerné de libres auréoles et planté d’un arbre qui essaime ses lucioles… l’image songeuse est signée Emmanuelle Sans.

Elle évoque déjà les visions que l’on aura, poussant les portes des 24 « jardins secrets » de Cahors. On sera invité à se promener dans ces cœurs végétaux, de la ville médiévale au pied du pont Valentré. Ces petits vergers qui conquièrent des espaces en friche ont obtenu le label « Jardin Remarquable ». Ainsi le jardin mauresque, azur et aquatique, ou le closelet des croisades planté de roses de Damas, de myrtes, d’agapanthes, de pêchers…

Pour prolonger l’impression naturelle, huit artistes contemporains grefferont sur les clos l’illusion, le rêve, et parfois l’inquiétante étrangeté de la forêt.

Parmi eux, Julie Legrand bâtira une assemblée dans la cour Joachim Murat du collège Gambetta . L’artiste qui fusionne les artefacts et les matières privilégie le verre pour son caractère mutable. Fluide ou pâteux, il devient visqueux, tantôt lisse, tantôt se hérisse, s’aplatit, s’allonge et croît. Son groupe sculpté sera justement une assemblée de colonnes composites, comme de longues tiges greffées de verre feraient une forêt d’arbres frères. Si l’artiste est familière de la création monumentale en intérieur, créer en grand pour le dehors sera un défi à contempler !

Pour le jardin de la place Bergon, Xavier Rèche creusera un géant… Cet explorateur des alentours compose avec ce qu’offre le lieu des installations narratives et éphémères. Il construira une forme auto-tendante à  l’apparence de vortex, d’entrée de grotte ou peut-être de ventre  animal en matières végétales, des essences locales de bois tendues par des câbles.

« La forêt se passe à table » : une performance culinaire et artistique par Vaddim Otto Ursus liera la nature à l’assiette. Le chef au gré de ses voyages récolte au marché, dans les prés, dans la forêt… des aliments qu’il transforme et met en scène. A Cahors, il offrira un menu in situ… et vous serez convié à succomber à la tentation gourmande de la forêt !

La chapelle du foyer Lamourous, autrefois refuge pour femmes  battues, accueillera une œuvre prêtée par le de FRAC Occitanie – Musée des Abattoirs.  Stephane Thidet a bâti en 2007 cet étrange autre refuge : une cabane rassurante et familière qui appelle le visiteur pour à l’entrée l’assaillir d’un torrent violent. Cet abri sera reconstruit sur place, droit, double et fracassant !

Il y aura également une résidence d’artiste : Colson Wood proposera aux élèves du lycée des territoires de découvrir le travail du bois en créant des cabanes dans les arbres. Et pour la première fois, le festival essaimera jusqu’à Toulouse. Pour le jardin du cloître du musée des Augustins, Anaïs Lelièvre soulèvera des volumes inspirés des pinacles du cloître. Car selon les mots de Châteaubriand, « les hommes ont pris dans les forêts la première idée de l’architecture », l’artiste proposera une charpente végétale.

Les habitants de Cahors ouvriront aussi leurs jardins privés, confidentiels ! Et sur tout le territoire du Grand Cahors, des projets participatifs, actions culturelles et citoyennes auront lieu, comme le parcours des jardins paysage en partenariat avec le Parc Naturel des Causses du Quercy. Du cadre intime au panorama large, Cahors Juin Jardins paillettera de la fleur au grand arbre.

[1] Paul Verlaine, Après trois ans

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE