Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 L'ENVOL, OU LE RÊVE DE VOLER

16/06/2018 > 28/10/2018

La maison rouge

- PARIS

expo_cercle_2 RODIN ET LA DANSE

06/04/2018 > 22/07/2018

Musée Rodin - Paris - PARIS
expo_cercle_3 HABITER MIEUX HABITER PLUS

05/04/2018 > 02/09/2018

Pavillon de l’Arsenal - PARIS
expo_cercle_4 GUERNICA

27/03/2018 > 29/07/2018

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Découverte : des chameaux sculptés dans la roche du désert saoudien

Anne Malary 1 mars 2018

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Douze bas et hauts reliefs monumentaux décrivant des chameaux ont été découverts dans le désert en Arabie saoudite, a révélé le 27 février l’AFP. Les sculptures auraient 2 000 ans.


AFP / Fayez Nureldine

Dans le désert d’Al-Jouf au nord du royaume d’Arabie saoudite, de longues pattes se profilent sur la roche formant en hauteur le corps d’un chameau. Et si l’on parcourt des yeux les alentours, on en découvre une douzaine à cette image…

Ces sculptures ont été découvertes il y a quelques années par Hussein Al-Khalifa, un responsable du patrimoine en Arabie Saoudite. Elles auraient été exécutées il y a 2 000 ans sur les affleurements de la roche.

M. Khalifa, membre d’une mission archéologique franco-saoudienne, avait entendu un ami parler d’une « montagne en forme de chameau », relate l’AFP. Et les silhouettes minérales se sont bien révélées à lui, monumentales. Des cordes ou des échafaudages ont pu permettre de sculpter la roche au sommet des montagnes.

Cette découverte scientifique remonte le temps jusqu’à l’histoire préislamique de l’Arabie saoudite. Si l’on connaît peu les raisons, les auteurs et les ressorts de cette énigme, « cela pourrait changer notre compréhension de la dynamique des populations préhistoriques et de leurs traits culturels », a déclaré à l’AFP Maria Guagnin, de l’Institut Max Planck des Sciences de l’Histoire humaine. Les sculptures en effet, « témoignent d’une grande maîtrise au niveau du réalisme et de la taille ».

Pour expliquer la variété des styles des sculptures, les archéologues évoquent un lieu de vénération, de repos sur une route de caravanes ou une frontière entre deux régions.

M. Khalifa relève des similitudes avec l’art des Nabatéens, Arabes nomades qui ont fondé la ville de Petra en actuelle Jordanie. Le Sîq, voie d’accès à cette cité cachée dans les montagnes, est une faille longue de 1,2 km, une gorge sculptée d’une caravane de dromadaires.

Le motif est assez fréquent sur les sites archéologiques de la zone concernée. Mais les animaux sculptés dans désert d’Al-Jouf sont-ils déjà domestiqués ou encore sauvages et capturés par les hommes de la région lorsqu’ils étaient chasseurs ?

Un travail de terrain sera nécessaire pour éclaircir l’histoire de cette œuvre, qui est par ailleurs endommagée. Plusieurs reliefs sont en effet érodés, difficiles donc à placer dans le temps. Mais les archéologues situent leur achèvement aux premiers siècles avant J.-C.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE