Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 L'ENVOL, OU LE RÊVE DE VOLER

16/06/2018 > 28/10/2018

La maison rouge

- PARIS

expo_cercle_2 RODIN ET LA DANSE

06/04/2018 > 22/07/2018

Musée Rodin - Paris - PARIS
expo_cercle_3 HABITER MIEUX HABITER PLUS

05/04/2018 > 02/09/2018

Pavillon de l’Arsenal - PARIS
expo_cercle_4 GUERNICA

27/03/2018 > 29/07/2018

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Ouverture du musée Guerre et Paix en Ardennes

Anne Malary 18 janvier 2018

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le 22 janvier, le Musée Guerre et Paix en Ardennes sera inauguré. Un événement qui célèbre le 55e anniversaire du traité de coopération et d’amitié entre la France et l’Allemagne. Alors que s’éteignent les derniers acteurs et témoins vivants, le Conseil départemental souhaite exposer les objets de l’histoire et passer leur mémoire.  

Le Musée Guerre et Paix en Ardennes, vue extérieure © Jean-Marie Lecomte / CD08

Guerre et paix

Août 1870, l’armée impériale française enchaîne les défaites face aux armées allemandes. Août 1914, les Ardennes connaissent de nouveau le choc de la guerre. Mai 1940, elles sont au cœur des combats de la campagne de France.

Les Ardennes françaises, département frontalier, forment un territoire marqué par la guerre. En 75 ans, entre 1870 et 1945, les combats ont succédé aux invasions et les populations ont dû panser leur terre.

Le Conseil département a souhaité rénover le musée en Ardennes pour réactiver le sens de son nom, « Guerre et Paix ». L’originalité du récit est de dérouler le temps longs et continu de 1852 à 1945, qui englobe trois conflits.

Il s’agit aussi d’affirmer la nature du lieu : un musée d’histoire. Car l’histoire des Ardennes est multiple malgré elle : militaire, politique, industrielle, économique, sociale, culturelle,… Elle charrie tant de tournants et de mutations, elle engage tant d’acteurs et de révolutions. Et par l’histoire le musée entend profiler la paix. Il refuse la mention de musée militaire.

Parce que le temps des conflits trace aussi des relèves, un espace conclusif « Guerre et Paix ? » expose la manière dont notre monde s’est bâti et développé  à partir de l’héritage contemporain.

Détail des collections du Musée Guerre et Paix en Ardennes © Bruno Gouhoury / CD08

L’actuel musée de Novion-Porcien a été construit en 2003. C’est un bâtiment minéral posé sur l’environnement. Une grande façade vitrée offre la mémoire en transparence, qui creuse son béton du sol au plafond : la construction est semi-enterrée du côté de l’entrée.

Le noyau de la collection départementale est fait de trois collections privées regroupant un ensemble de matériels français, allemands et américains de la Seconde Guerre mondiale et des armes à feu des trois conflits. Depuis dix ans, l’institution a mené une politique d’acquisition et s’est enrichie de dons et dépôts.

Elle compte aujourd’hui plus de 14 000 objets dont 50 objets lourds, le cœur de la collection. Dans la Galerie du temps, vitrine dorsale de 150 mètres, se tiennent des uniformes choisis parmi plus de 135 ensembles. 28 bustes, 400 coiffes, 500 armes… des sabres, des baïonnettes, fusils et carabines, mines, explosifs et mitrailleuses…  Voilà pour l’artillerie lourde.

La mémoire se loge dans un centre de documentation composé de 5 000 ouvrages et 10 000 revues. Elle est contenue dans le matériel de communication, de transmission, dans le génie qui illustre les progrès techniques.

Tout doit servir l’immersion : les ambiances, les décors et reconstitutions, les images et les sons. Les gris refroidissent la lumière des années folles après les bals et la musique de joie, le visiteur passe les chambres des soldats entre les paquetages, et tandis qu’il marche il frôle les murs de la « drôle de guerre », les vitres et les cimaises où sont projetées des images d’archives.

De grands visuels liés à l’histoire des Ardennes sur le mur rideau du musée © Carl Hocquart / CD08

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE