Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 ALPHONSE MUCHA

12/09/2018 > 27/01/2019

Musée du Luxembourg

- PARIS

expo_cercle_2 PICASSO. BLEU ET ROSE

18/09/2018 > 06/01/2019

Musée d'Orsay - PARIS
expo_cercle_4 MADAGASCAR

18/09/2018 > 01/01/2019

Musée du quai Branly - Jacques Chirac - PARIS

LA NEWSLETTER

Une application pour lire les 1 113 vitraux de la Sainte-Chapelle…

Anne Malary 12 janvier 2018

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

À la Sainte-Chapelle, parfois plus de 30 mètres au-dessus de nos têtes, sont des scènes narratives sur les vitraux fantastiques… Pour faciliter leur lecture, Francis Margot, agent d’accueil au monument, a imaginé une application instinctive !

© Le Parisien /Eric Le Mitouard

Zoomer la vue

« Saint Jean entend la voix du premier animal, Dieu sur son trône tenant le livre des sept sceaux, Saint Jean et les sept Eglises d’Asie aux pieds du fils de l’homme »… autant de scènes – la plupart tirées de l’Ancien Testament – que l’on peine à distinguer d’en bas. Mais depuis quelques jours, une application permet de lire les vitraux de la rose représentant l’Apocalypse, et d’autres encore, car la Sainte-Chapelle en compte 1 113 !

Quand on lance l’application « Vitraux Sainte-Chapelle », la caméra du téléphone s’active et une cible s’affiche, que l’utilisateur peut diriger afin de pointer sa caméra vers le vitrail de son choix. L’image de ce dernier est alors agrandie et le nom de la verrière ainsi qu’une description de la scène apparaissent.

L’application permet d’observer chaque scène de la rose gratuitement, puis elle propose d’explorer toutes les baies pour 0,99 euros.

© Didier Plowy / Centre des monuments

Une idée rayonnante

C’est un agent d’accueil qui a eu l’idée. Il « pratique » depuis vingt ans la chapelle édifiée au XIIIe siècle, chef-d’œuvre du gothique rayonnant.

Chaque jour, les visiteurs viennent découvrir les quinze verrières de 15 mètres de haut, les vitraux qui portent les scènes de l’histoire du monde jusqu’à l’arrivée des reliques de la chrétienté à Paris – c’est pour les abriter que la Sainte-Chapelle a été édifiée.

Avec l’aide des techniciens du Centre des monuments nationaux (CMN), le surveillant a mis au point une application instinctive qui comprend les attentes des contemplateurs. Car il avait pu constater que « les gens se posaient toujours les mêmes questions sur les détails des vitraux ».

Il a pris plus de 2 000 clichés – chaque scène de chaque vitrail, appris à faire des images de synthèse, et a « transformé chaque vitrail en QR code reconnu par l’application du téléphone », explique-t-il au Parisien.

Après trois ans de travail, son vœu est réalisé et l’agent de surveillance savoure sa réussite en direct lorsqu’il voit les touristes utiliser son invention : « je suis heureux de voir que même le vitrail le plus éloigné, qui semble être une tache de couleur, peut alors prendre tout son sens pour le visiteur ».

L’application est disponible depuis avril 2017. Une deuxième version est aujourd’hui en cours d’étude, qui permettrait de présenter avec plus de précision les principaux vitraux.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE