Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 L'ENVOL, OU LE RÊVE DE VOLER

16/06/2018 > 28/10/2018

La maison rouge

- PARIS

expo_cercle_2 RODIN ET LA DANSE

06/04/2018 > 22/07/2018

Musée Rodin - Paris - PARIS
expo_cercle_3 HABITER MIEUX HABITER PLUS

05/04/2018 > 02/09/2018

Pavillon de l’Arsenal - PARIS
expo_cercle_4 GUERNICA

27/03/2018 > 29/07/2018

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

En images : National Geographic dévoile le palmarès de son concours photo Nature

Agathe Lautréamont 15 décembre 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

En cette fin d’année 2017, le mot de l’année aurait pu être « Écologie », tant le sujet semble gagner, et heureusement, de plus en plus de place autant dans la conscience collective que dans les colonnes de la presse. Alors que l’on s’approche doucement du 31 décembre, le célèbre magazine National Geographic a dévoilé le palmarès de son traditionnel concours « Nature Photographer ». Parce qu’une image vaudra toujours mieux que mille mots, contemplons donc cette sélection.

a4

Tarpons chassant un banc de maquereaux © Jennifer O’Neil

Sur les milliers de photographies, venues des quatre coins du monde, soumises au jury du magazine National Geographic, seulement vingt ont été retenues. Vingt clichés répartis dans quatre catégories différentes : vie sauvage, paysage, aérien et sous-marin. Vingt clichés pour rappeler une fois encore, puisque cela semble nécessaire, que notre petite planète bleue est aussi belle que fragile.

a2

Pygargue à queue blanche et hérons cendrés © Bence Mate

Au sein de la catégorie « Aérien », le choix des jury se sont portés sur des compositions essentiellement graphiques qui, cette année encore, ne proposent pas véritablement de surprise en matière d’expérimentations techniques ou d’innovations techniques. C’est ainsi que l’on peut observer les lignes tracées par une route surplombée de grêle branches d’arbres recouvertes de neige et de givre.

Puis, c’est le dessin presque sinusoïdal formé au fil des millénaires par un cours d’eau qu’il nous est offert d’admirer ; le cliché ayant été probablement pris à l’aide d’un nouvel outil qui se taille peu à peu la part du lion dans le monde de la photographie : le drone.

a6

Forêt immergée © Gheorghe Popa

Les lignes, qu’elles soient droites ou courbes, ont donc séduit les yeux du jury. Mais la même observation peut être faite du côté de la catégorie « Paysage », où les lignes directrices fortes ont été favorisées. Exception faite, néanmoins, de photographies d’éruptions volcaniques. Le spectacle, puissant et spectaculaire, se passe volontiers de lignes conductrices pour pouvoir être esthétique !

Mais les stars du concours photo nature de National Geographic, ce sont évidemment les animaux. On retrouve ces derniers dans les deux autres catégories de la compétition, qui sont « Vie sauvage » et « Sous-marin ». Cette année, le jury semble avoir favorisé l’éclectisme, mettant en avant aussi bien des animaux rares que des oiseaux vivant sur nos bords de mer. Les images retenues brillent par leurs qualités esthétiques, leur sensibilité mais aussi leur impact sur notre perception du monde vivant alentour.

a5

Dushanzi, Chine © Yuhan Liao

C’est ainsi que l’on peut croiser aussi bien un duo de hérons cendrés se prenant (littéralement) le bec pour une proie en pleine période hivernale qu’un macaque japonais se reposant aux abords d’une des fameuses sources chaudes que l’on retrouve sur le relief nippon. Certains photographes ont fait le choix de prises de vue dynamiques, à l’instar du photographe Harry Collins qui a capturé une image de chouette lapone fondant sur sa proie (probablement grâce à des appâts déposés à l’intention du grand rapace). Le flou d’arrière-plan renforce l’esthétique de ce cliché fascinant, merveilleuse illustration des forces de la nature.

a3

Chouette lapone © Harry Collins

Mais la photographe la plus percutante de la sélection demeure probablement celle de cet orang-outan mâle, s’apprêtant à traverser le lit d’une rivière, à Bornéo. Plus que la puissance émanant de ce grand singe, c’est son attitude sur le cliché qui marque profondément les esprits. Le regard inquiet, les traits fermés, le robuste animal semble pourtant inquiet, tant sa physionomie reflète une attente soucieuse.

La tête rentrée dans les épaules, il essaie de dissimuler tant bien que mal sa silhouette massive derrière le tronc d’un arbre partiellement immergé. De qui se cache-t-il ? Du photographe ? D’un prédateur ? Est-il effrayé ? Est-il alarmé ? Les questions demeureront sans réponse, seule reste la force de cette image.

a1

Orang-outan © Jayaprakash Joghee Bojan

À une époque où les hommes et femmes politiques de tous bords viennent se faire des ronds-de-jambe à la conférence One Planet Summit de Paris, à une époque où un président américain aussi improbable que l’est sa houppette peroxydée autorise la chasse aux ours polaires et aux loups, à une époque où un quotidien régional tel que la Voix du Jura ose encore titrer « Y a-t-il trop de lynx dans le Jura ? », il convient de se rappeler que l’Humanité est en train de scier la branche sur laquelle elle est assise.

Pour preuve, sur les douze espèces animales présentes sur les photographies gagnantes du concours, six bénéficient d’une protection ou sont classées comme menacées d’extinction. Enfin, quant aux espèces marines, on connaît l’impact de la surpêche sur ces dernières.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE