Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 MIRÓ

03/10/2018 > 04/02/2019

Grand Palais

- PARIS

expo_cercle_2 TADAO ANDO, LE DÉFI

10/10/2018 > 31/12/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_3 PICASSO. BLEU ET ROSE

18/09/2018 > 06/01/2019

Musée d'Orsay - PARIS
expo_cercle_5 MEIJI

17/10/2018 > 14/01/2019

Musée Guimet - PARIS

LA NEWSLETTER

Trois bonnes raisons d’aller voir l’exposition « Picasso 1932 »

Agathe Lautréamont 11 décembre 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Jusqu’au 11 février 2018, le Musée Picasso de Paris propose aux visiteurs une exposition au parcours inattendu et à la thématique passionnante : « Picasso 1932 ». Monté à la manière d’un journal de bord, le parcours temporaire propose de suivre le peintre espagnol sur une année, du 1er janvier au 31 décembre 1932… et d’un jour à un autre, on va de surprise en surprise ! Alors que l’expo fermera ses portes dans deux mois, exponaute vous donne trois bonnes raisons d’aller la visiter !

1 – Théâtre de boulevard

picasso-2

Pablo Picaso, Jeune fille devant un miroir, 1932 © Musée Picasso, Paris

Travailleur infatigable, jamais satisfait et insatiable curieux, Pablo Picasso travaillait, créait, tout le temps. Et surtout, il prenait des notes scrupuleuses au sujet de ses diverses créations, mais aussi sur ses rencontres et son entourage. Ces notes ont été très précieuses pour la construction de l’exposition, qui met en scène trois principaux protagonistes. Tout d’abord, nous avons le couple officiel, marié, formé par Pablo Picasso et Olga Picasso née Khokhlova.

Puis, comme il faut toujours un grain de sable dans une machinerie bien huilée, vient se glisser dans ce cadre apparemment tranquille l’éclat et la fraîcheur de la jeunesse de Marie-Thérèse Walter. Avec beaucoup de légèreté, on peut considérer cette année 1932 comme une pièce de théâtre de boulevard, avec l’habituel triangle amoureux et les éternelles histoires de tromperie ! Picasso, d’ailleurs, cacha durant de longs mois l’existence de la jeune Marie-Thérèse à son épouse… tout en la peignant et la dessinant frénétiquement !

2 – Une construction originale

pica-1

Pablo Picasso, Le Rêve, 1932 © Succession Picasso

Avez-vous déjà jeté un œil à l’agenda d’une personne ? Souvent, ces petits carnets revêtent différentes fonctions, dont celle de journal intime. On y note des rendez-vous, des dépenses, des numéros de téléphones, des courriers à envoyer mais aussi, parfois, des joies et des bonheurs simples qui égaient notre vie de tous les jours. Et bien, l’exposition « Picasso 1932 », c’est un peu la même chose !

Comme nous le soulignions plus tôt, le parcours temporaire a été pensé par le musée parisien de manière chronologique, au sens le plus stricte du terme : en effet, au fil des salles, nous allons suivre le quotidien du peintre d’origines espagnoles et de son entourage du 1er janvier au 1 décembre 1932. Des frises chronologiques nous permettent de nous y retrouver dans un parcours temporaire (très) riche en informations, en documentation, en correspondance, en coupures de journaux et bien sûr, les œuvres de Picasso viennent révéler, éclatante, l’inspiration du maître moderne. Plus que jamais, nous sommes dans l’intimité de l’artiste.

3 – Des portraits photographiques

pica-3

Pablo Picaso, La lecture, 1932 © Musée Picasso, Paris

L’exposition « Picasso 1932 : Année érotique », ce n’est pas seulement une présentation de peintures, dessins et sculptures du plus célèbre des artistes modernes, c’est aussi une illustration touchante de son entourage, de son époque. Aimant à s’entourer, adorant la conversation et jouissant d’une grande popularité, Pablo Picasso aimait à s’entourer de ses amis, que ce soit à son domicile parisien ou dans son refuge de calme à Boisgeloup, aux portes de la Normandie.

De nombreuses photographies viennent ainsi étayer le cheminement muséal de l’institution parisienne. D’ailleurs, c’est bien la photographie qui accueille le visiteur dans le parcours temporaire : Brassaï, ami de Picasso, a réalisé des reportages photographiques dans les divers ateliers du maître, afin de mieux comprendre son art. Les clichés en argentique représenteront également Olga Khokhlova, Marie-Thérèse Walter, Paul Rosenberg et Daniel-Henry Kahnweiler (marchands d’art de leur état) ainsi que plusieurs clichés du fils de Pablo et Olga Picasso : Paul.

 

partenaire créa adrien

PICASSO 1932

10/10/2017 > 11/02/2018

Musée national Picasso-Paris

PARIS

Le 15 juin 1932, Pablo Picasso fait la « une » : Tériade publie une interview de l’artiste dans l’Intransigeant alors que doit s’ou...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE