Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 PICASSO. BLEU ET ROSE

18/09/2018 > 06/01/2019

Musée d'Orsay

- PARIS

expo_cercle_2 ALPHONSE MUCHA

12/09/2018 > 27/01/2019

Musée du Luxembourg - PARIS
expo_cercle_3 CARAVAGE À ROME

21/09/2018 > 28/01/2019

Musée Jacquemart-André - PARIS
expo_cercle_4 MADAGASCAR

18/09/2018 > 01/01/2019

Musée du quai Branly - Jacques Chirac - PARIS

LA NEWSLETTER

De l’amour et du street-art dans les rues de Bergerac !

Agathe Lautréamont 11 décembre 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Un peu d’amour dans ce monde de brutes ! Il semblerait que le street-artiste masqué Bob Cougar ait décidé de prendre ce vieil adage au pied de la lettre. Dans le cadre du festival L’art est Ouvert, l’association La Nouvelle Galerie a sollicité le graffeur, qui a évidemment accepté d’apposer plusieurs de ses collages bigarrés dans les rues de la ville de Bergerac, en Dordogne. Les œuvres de l’artiste de rue sont visibles partout dans la commune depuis le 3 novembre dernier, au grand bonheur des riverains et autres curieux…

bob 3

© Bob Cougar, 2017

En ces périodes de fêtes de fin d’année, on arpente beaucoup plus les rues de la ville, à la recherche de cadeaux ou de petits plats à préparer. Les habitants de Bergerac seront cependant certainement étonnés de croiser, dans toute leur ville, de nouvelles œuvres de street-art. Au nombre de treize, elles ont été collées par l’artiste de rue Bob Cougar aux quatre coins de la commune de Dordogne, pour fêter la créativité, l’imagination et les rapports humains.

Les espaces où les pochoirs ont été apposés par l’artiste masqué (celui-ci préfère garder son identité secrète) ont été choisis conjointement par le créateur et par la commune de Bergerac. Exit donc le côté un peu « vandale » des graffeurs qui apposent leurs dernières illustrations dans le secret de la nuit et que l’on découvrir, surpris, au petit matin.

Interrogé par la presse quotidienne régionale au sujet de sa pratique artistique, Bob Cougar s’est expliqué avec beaucoup d’enthousiasme :

« Lors des repérages et des prises de contacts, j’ai réalisé des belles rencontres. » Et quant au devenir de ses pochoirs :

bob

© Bob Cougar, 2017

« J’abandonne ces derniers. Ils durent le temps que cela tienne. »

Couleurs éclatantes, postures délirantes, nombreuses références à la pop culture… L’artiste s’amuse une fois de plus à glisser de nombreuses références à la création populaire. Certains de ses collages rappellent clairement l’univers de la bande-dessinée, voire du manga japonais.

Souvent, hommes et femmes se retrouvent affublés de têtes d’animaux ou de personnages de dessins-animés ; une façon pour l’artiste de se réapproprier  tout un univers. Son univers, changeant et diversité, empreinte aussi bien à la musique punk, au surréalisme, au pop art et aux mouvements underground. Ainsi, dans ses chroniques sociétales en forme de collages, Bob Cougar glisse aussi nombre de ses goûts personnels et de ses influences très riches.

bob 2

© Bob Cougar, 2017

La plupart des œuvres représentent des couples enlacés, main dans la main, dans une étreinte. Il existe une forme de solidarité, dans les mouvements des collages. Mais ces couples en street-art sont-ils aussi idylliques qu’ils en ont l’air au premier abord ? Pas tout à fait…

Les étreintes peuvent illustrer avec poésie notre époque contemporaine, mais ils illustrent aussi souvent, avec beaucoup de mordant, les préoccupations actuelles liées à la violence de plus en plus prégnante de notre époque. Parler des parts sombres de la société peut amener à la créativité, semble expliquer l’artiste de rue.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE