Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Redécouvrir Octave Guillonnet, à la Propriété Caillebotte

Agathe Lautréamont 29 novembre 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Si à notre époque contemporaine, Octave Guillonnet (1872-1967) est relativement tombé dans l’oubli, il convient de souligner qu’il n’en a pas toujours été ainsi. Peintre et graveur, Guillonnet fut un artiste influent et absolument central pendant toute la période de la IIIe République. Portraitiste, illustrateur, on lui doit aussi la décoration de nombreux bâtiments à Paris et en Île-de-France. La Propriété Caillebotte consacre à cet artiste un petit, mais cependant joli accrochage, en forme de lumineuse piqûre de rappel.

Baigneuse au turban vert et au voile jaune Huile sur toile 25x31cm Photo Studio Verdier

Octave Guillonnet, Baigneuse au turban vert et au voile jaune, Huile sur toile © Photo Studio Verdier

Après avoir suivi un petit chemin sinuant parmi le décor bucolique de la Maison Caillebotte, en plein cœur de Yerres, nous poussons avec une certaine fébrilité la porte de l’Orangerie, l’espace d’exposition temporaire dont s’est doté la propriété ayant appartenu à l’illustre peintre de l’école impressionniste.

Et d’emblée, nous sommes saisis : l’accrochage fleure bon les siècles passés, quand on disposait les tableaux les uns par-dessus les autres, très nombreux sur un seul et unique mur, juxtaposés dans une symphonie de couleurs à laquelle nous ne sommes plus habitués. Mais dans le cas de l’exposition « Guillonnet : À la recherche de la lumière », la réussite est indéniable et nous sommes immédiatement emportés dans l’univers esthétique du peintre de la IIIe République.

Jardin de Garches sous la neige huile sur carton Çpais 46x48cm 1920-1931

Octave Guillonnet, Jardin de Garches sous la neige, huile sur carton, 1920-1931

Un univers charmant

À notre grand regret, l’exposition ne dure qu’un tout petit mois (du 18 novembre au 17 décembre) et se limite au petit (néanmoins charmant) espace de l’Orangerie de la Propriété Caillebotte. Mais ces quelques bémols n’enlèvent rien à la qualité de l’exposition que nous avons découverte avec beaucoup de plaisir. Car le moins que l’on puisse dire est qu’il y a matière à observer, décrypter, admirer : pas moins de quatre-vingts œuvres ont été réunies pour l’occasion, toutes issues de collections privées.

Nous retrouvons ainsi des esquisses, des croquis, des huiles sur toiles, abordant aussi bien le paysage que le nu en passant par le portrait et la scène pastorale. Car vous l’avez compris : Octave Guillonnet est un véritable touche-à-tout ! Au long de son existence pour le moins prolifique, l’artiste qui a aussi revêtu la casquette d’ethnographe, a produit une œuvre personnelle qui permet de le suivre à la trace. Les peintures accrochées à la Propriété Caillebotte peuvent être vues comme une sorte de journal intime artistique, où Guillonnet nous parle du bout du pinceau de ses influences artistiques, ses voyages en France et dans le monde, son cercle d’amis, sa famille…

Porquerolles jour de mistral étude aux crayons sur papier

Octave Guillonnet, Porquerolles, jour de mistral, étude aux crayons sur papier

Voyage, voyage

Dans les pas du peintre, nous flânons donc du côté de l’Espagne, de la Sicile ou du Maghreb. Guillonnet, comme beaucoup de ses contemporains, menait une constante quête de lumière, désireux de saisir les ombres, les reflets, les éclats et les teintes prodiguées par le soleil généreux du bassin méditerranéen. Ses compositions, généralement de taille modeste (hormis deux grands formats accrochés à chaque extrémité de l’Orangerie), révèlent un univers éclatant et pourtant empreint d’une certaine intimité.

Nous emboîtons ensuite le pas à l’artiste pour remonter vers des terres plus au nord, car Guillonnet savait aussi planter son chevalet dans son jardin de Seine et Oise. Autre atmosphère, autre lumière, mais la même touche colorée au travers de laquelle on sent poindre un véritable bonheur de vivre. Le maître appréciait de rapprocher des couleurs aux valences proches, de sorte à créer des plages d’ombre et de lumière qui se juxtaposent ; ce qui confère à la toile finale un sentiment de relief et de perspective. On saluera donc l’initiative de la Propriété Caillebotte, que de mettre en lumière ce peintre injustement oublié. Mais vite ! L’exposition est à visiter jusqu’à la mi-décembre, alors on ne tarde pas…

GUILLONNET

18/11/2017 > 17/12/2017

Propriété Caillebotte

YERRES

Cette exposition présentera, au travers d’une cinquantaine d’œuvres, l’univers personnel de Guillonnet (1872-1967), peintre officiel...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE