Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 LES IMPRESSIONNISTES À LONDRES

21/06/2018 > 14/10/2018

Petit Palais

- PARIS


LA NEWSLETTER

Un magnifique ouvrage présente l’histoire de la tapisserie française !

Louise Labadie 27 novembre 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Les Editions du Patrimoine présentent un ouvrage sur La tapisserie française qui s’inscrit dans le cycle « En lices ! » consacré à la tapisserie, lancé par le Centre des Monuments Nationaux. Organisé de manière chronologique, cet ouvrage exceptionnel permet de comprendre l’évolution de ce magnifique savoir-faire, bien souvent méconnu, ainsi que la grande place qu’il tient dans l’art…

couv

Couverture de l’ouvrage La Tapisserie Française du Moyen-Âge à nos jours, Editions du Patrimoine

Les tapisseries avaient ce rôle, à l’époque médiévale, non seulement d’habiller les murs des demeures bourgeoises et châteaux de grands seigneurs, mais aussi d’améliorer leur confort car elles permettaient de réchauffer les pièces, en protégeant notamment des courants d’air. Chaque thème abordé par le décor des tapisseries était associé à une pièce particulière. Les scènes historiques étaient réservées aux salles d’apparat tandis que les paysages et scènes galantes se retrouvaient davantage dans les chambres.

Les tapisseries ont aussi longuement été utilisées comme décoration lors de célébrations religieuses, illustrant très souvent la vie du Christ ou de la Vierge. Mais cette tradition est bien antérieure au Moyen-Âge car l’exposition de tissus luxueux dans ces lieux sacrés date, d’après le livre de l’Exode, des célébrations réalisées dans le temple de Jérusalem.

Paris, musée du Louvre. OA12281.

Dais du trône de Charles VII entre 1453 et 1461, Paris, musée du Louvre, département des Objets d’art. © Musée du Louvre

A partir de la Renaissance, les tapisseries sont aussi l’occasion pour les rois de France d’accentuer leur essence divine et de représenter le pouvoir royal en leur absence. C’est pourquoi les tapisseries ont une place majeure dans l’iconographie royale.

La période qui suit représente, au regard de l’histoire de la tapisserie, une période de « décadence » comme le précise Barbara Caen, spécialiste en tapisserie du XIXème siècle, et auteure de ce chapitre dans l’ouvrage. Les premières recherches sur les tapisseries anciennes sont menées et les spécialistes constatent que durant cette période, les tapisseries ne représentent plus que des copies de tableaux et sont de moins en moins appréciées.

De plus, l’utilisation d’une gamme très étendue de couleurs, que dénonce, à partir de 1824, Michel Eugène Chevreul (ancien directeur de l’atelier de teinture), participe aux difficultés que la tapisserie rencontre en cette période.

2253

Hymne au printemps, d’après Augustin Hanicotte 1935, laine et soie, Paris, Mobilier national. © Isabelle Bideau/Mobilier national

La fin du XIXème et le début du XXème siècle marquent pourtant un tournant dans l’histoire de la tapisserie avec l’avènement des grandes expositions universelles consacrées aux Arts Décoratifs dans lesquelles elle prend place. De plus, la fonction de la tapisserie évolue grandement, accompagnant la modernité, lorsque les artistes du début du siècle proposent leur créativité au service de l’artisanat.

Aujourd’hui, les Manufactures des Gobelins et de Beauvais perpétuent ce savoir-faire en ne réalisant presque exclusivement que des commandes publiques. Réalisées en collaboration avec des artistes choisis lors de commissions, ces commandes n’en sont pas de réelles car dès qu’elles sont achevées, les tapisseries entrent immédiatement dans les collections de l’État, c’est à dire du Mobilier National (garde meuble de l’État), et servent uniquement à meubler les résidences nationales.

Lissière passant la broche © Isabelle Bideau - Mobilier national

Lissière passant la broche © Isabelle Bideau/Mobilier national

C’est en 1662 que Colbert décide, sous le règne de Louis XIV, de racheter ce terrain aux Gobelins, cette famille de teinturiers à l’origine du nom de la manufacture. Sous Louis XIV, la Manufacture des Gobelins comptait plus de 250 lissiers et différents ateliers permettant la production du Mobilier National. Aujourd’hui, la manufacture compte une trentaine d’agents exerçant la même technique de tissage depuis le Moyen-Âge !

Cet ouvrage, réalisé par les plus grands spécialistes, permet de découvrir l’incroyable savoir-faire qu’est la tapisserie mais surtout son importance au sein de l’histoire de la création artistique. Présentant une pratique artistique plutôt méconnue, cet ouvrage en révèle son extrême beauté à travers de magnifiques illustrations, révélant les moindres détails des tapisseries, sans parler des explications des plus grands spécialistes !

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE