Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Deux dessins d’Egon Schiele réapparaissent sur le marché de l’art…

Agathe Lautréamont 20 novembre 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Voilà une soudaine réapparition qui arrive à point nommé. L’année 2018 marquera en effet le centenaire de la disparition de l’artiste autrichien Egon Schiele, emporté par la grippe espagnole à l’âge de vingt-huit ans. Aussi, il est certain que tous les regards vont se tourner vers la prochaine vente aux enchères menée par la maison Dorotheum, à Vienne. L’institution s’apprête en effet à proposer deux dessins d’Egon Schiele, qui étaient en mains privées depuis maintenant quatre-vingt-cinq ans…

eg

Egon Schiele, Nu couché, 1917

Passionnés par le travail de l’artiste Egon Schiele (1890-1918), ce qui va suivre risque fort de vous intéresser. La semaine prochaine, un panel d’amateurs, d’universitaires et de collectionneurs appréciant tout particulièrement le travail de l’expressionniste autrichien se donneront rendez-vous à Vienne.

En effet, une grande vente aux enchères proposera aux plus offrants deux dessins de l’artiste sulfureux : Femme couchée (exécuté en 1917, estimée entre 700 000 et 1.2 millions d’euros) et Tête de femme (réalisé en 1918 et estimé entre 200 000 et 300 000 euros) passeront sous le marteau du commissaire-priseur au sein de la maison Dorotheum, le 21 novembre prochain. Ces deux œuvres ont dormi entre des mains privées au long des quatre-vingt-cinq dernières années.

Des pièces rares

On peut d’ores et déjà parier que les acheteurs vont se bousculer au portillon. Pourquoi ? Tout simplement parce que les dessins et aquarelles signés de la main de Schiele se font de plus en plus rares sur le marché de l’art, alors qu’on en trouvait très fréquemment il y a plusieurs décennies. Et, forcément, tout ce qui est rare est cher, mais on enfonce des portes ouvertes.

Le phénomène est en effet très classique pour les artistes modernes. Toujours est-il que l’intérêt du marché de l’art pour l’iconoclaste Egon Schiele risque de grimper en flèche dans le courant de l’année prochaine, puisque 2018 marquera le centenaire de la disparition de l’artiste autrichien, survenue le 28 octobre 1918.

eg 2

Egon Schiele, Tête de femme, 1918

Dans le catalogue de vente accompagnant l’enchère prochaine, Jane Kallir, co-directrice de la Galerie St Etienne de New York, s’interroge au sujet de l’identité du modèle qui a servi au dessin intitulé Femme Couchée. Pas certain que cette dernière soit Edith Schiele, épouse de l’artiste, qui souhaitait être la seule et unique modèle de son mari. Au fil des années, elle devint peu à peu jalouse des femmes qui venaient poser nues dans l’atelier de son époux (et aussi des probables liaisons de l’artiste avec ces dernières…)

Mes amies, mes amours, mes…

Mais la rivale la plus farouche d’Edith fut très probablement… sa propre sœur : Adèle Harms. Celle-ci insista beaucoup auprès de Schiele pour poser pour lui, peu pudique et donc volontiers encline à payer de sa personne pour la grandeur de l’art ! Malheureusement, tout cela restera à l’état de spéculation puisqu’à l’heure actuelle, il est impossible de définir avec certitude qui a prêté ses traits pour ce superbe dessin. Une des deux sœurs ? Un mélange des deux sorti de l’imagination de Schiele ? Mystère.

Toujours est-il que ces deux œuvres proposées à la vente aux enchères démontrent une fois de plus la maestria d’Egon Schiele dans son utilisation de la ligne et du contour et prouve dans le même temps à quel point il aimait la Femme. On est là à des lieues des dessins érotiques pour lesquels il est devenu célèbre, on y trouve même une certaine tendresse. Mais comme toutes les illustrations de femmes par Schiele, Femme couchée est une mise en scène délibérée du corps féminin et de la sexualité. Schiele a fait de l’érotisme l’objet de son dessin et a ainsi élevé le nu érotique en tant qu’œuvre d’art autonome.

Rendez-vous est donc pris le 21 novembre prochain à Vienne, pour suivre les résultats de cette alléchante vente aux enchères !

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE