Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Au Musée des Beaux-Arts de Strasbourg, lumière sur Wilhelm Bode

Agathe Lautréamont 25 octobre 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Depuis la rentrée et jusqu’au 25 février 2018, la ville de Strasbourg est en fête. Musées et espaces culturels ont en effet joint leurs forces afin de proposer l’événement « Laboratoire d’Europe ». L’idée ? Proposer via un panorama d’expositions, de rencontres et de débats une étude complète de la vie culturelle à Strasbourg, centre névralgique de l’est de la France, entre 1880 et 1930. Dans cet article, nous allons nous focaliser sur une des expositions proposées dans le cadre de cet événement réjouissant : le parcours des Beaux-Arts consacré à Wilhelm Bode.

Max Liebermann Dr. Wilhelm Bode, 1904

Max Liebermann, Dr. Wilhelm Bode, 1904

Qui étais-tu, Wilhelm Bode ? Historien de l’art, spécialiste du monde muséal, auteur de nombreux ouvrages sur la peinture néerlandaise, allemande, italienne… Voilà un curriculum vitae bien rempli.

Néanmoins, le Musée des Beaux-Arts de Strasbourg a décidé, dans le cadre de l’événement « Laboratoire d’Europe », de se focaliser sur une étape bien précise de la carrière de ce grand personnage du monde de la culture (né en 1845 et mort en 1929). Car en effet, quels peuvent-être les liens tissés entre cet historien allemand et la ville de Strasbourg ? Pour le comprendre, il convient de remonter le temps…

Botticelli_Vierge à l'enfant_mba 558_mb

Sandro Botticelli, La Vierge à l’Enfant avec deux anges, vers 1468-1469 © Musées de Strasbourg, photo : M. Bertola

Nous sommes en 1889. L’empereur d’Allemagne sollicite Wilhelm Bode, lui demandant de devenir responsable de la reconstruction du musée municipal des Beaux-Arts de Strasbourg. En effet, l’institution culturelle fut détruite lors de bombardements contre la ville de l’est de la France dans la nuit du 23 au 24 août 1870, alors que la guerre Franco-prussienne faisait rage.

Réduits en poussière, les murs du bâtiment historique. Détruites (à 90%), les collections du musée… Comment faire renaître l’institution de ses cendres ? Comment rendre à la ville de Strasbourg un musée des Beaux-Arts digne de ce nom ? C’est là le défi qui se posait à Wilhelm Bode et la belle exposition que lui consacre aujourd’hui l’espace culturel prouve qu’il s’en est sorti avec les honneurs…

Les dommages de guerre versés par la France à l’Allemagne dotèrent cette dernière d’un budget on ne peut plus conséquent pour reconstituer, pièce après pièce, une collection digne de ce nom pour le futur musée de Strasbourg. Mais encore fallait-il trouver un nez fin pour mener à bien ces acquisitions.

Baldung_MBA 535_mb

Hans Baldung Grien, Portrait d’un jeune homme, 1519 © Musée de Strasbourg. Photo: M. Bertola

Wilhelm Bode, comme nous l’avons évoqué un peu plus tôt dans cet article, brillait en Allemagne de sa riche carrière d’historien de l’art (il a rédigé sa thèse sur le peintre néerlandais Frans Hals et avait aussi dirigé la Gemäldegalerie), aussi le Kaiser s’est-il naturellement tourné vers cette personnalité imminente pour faire renaître de ses cendres l’institution strasbourgeoise. Le 1er août 1889, Bode écrivit une lettre au gouverneur de Strasbourg, dans laquelle il clarifia ses intentions :

« Pour la capitale d’une grande province, on veillera à ce que les tableaux soient dans leur majorité agréables à voir et compréhensibles par tous. Strasbourg étant une ville universitaire, l’intérêt archéologique mérite également d’être pris en compte, afin que la collection puisse peu à peu offrir un aperçu de l’évolution de la peinture jusqu’à l’époque moderne. »

Dyck_Portrait de Luiga Cattaneo Gentile_mba 200_mb

Antoon van Dyck, Portrait présumé de Luigia Cattaneo Gentile, vers 1622 © Musées de Strasbourg, photo : M. Bertola

Si bien sûr la perte des collections originelles du Musée des Beaux-Arts est un désastre pour l’Histoire de l’art, il convient de regarder la collection composée par Wilhelm Bode comme un sujet d’étude absolument remarquable. En effet, cet ensemble d’œuvres a été composé au cours d’une période relativement courte, par la volonté d’une seule et même personne.

Un tel cas est très rare dans les musées de France, aussi l’analyse des collections de ce musée peut-elle faire surgir un discours extrêmement cohérent, daté avec précision et émanant du goût d’une seule et unique personnalité. Nous sommes loin de collections séculaires ayant été enrichies sur une très longue période et au fil des volontés de divers commissaires.

Au-delà donc des superbes collections du Musée des Beaux-Arts de Strasbourg que nous avons évidemment pris beaucoup de plaisir à explorer, la grille de lecture proposée par l’institution culturelle s’avère absolument passionnante en plus d’être originale. En somme, cet élément du parcours « Laboratoire d’Europe » figure parmi nos préférés !

 

partenaire-créa-adrien (1)

LABORATOIRE D'EUROPE

23/09/2017 > 25/02/2018

Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg

STRASBOURG

Laboratoire d’Europe, Strasbourg 1880-1930, vaste manifestation pluridisciplinaire organisée par les Musées de la Ville de Strasbourg en...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE