Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 POP ART

22/09/2017 > 21/01/2018

Musée Maillol – Fondation Dina Vierny - PARIS
expo_cercle_3 LA FOLIE EN TÊTE

16/11/2017 > 18/03/2018

Maison de Victor Hugo - PARIS

LA NEWSLETTER

Parades For FIAC, ça continue, avec un bel hommage à Trisha Brown !

Louise Labadie 20 octobre 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Après avoir découvert le délicieux ballet de Dimitri Chamblas et Boris Chamartz au Grand Palais, place maintenant aux performances de la mythique Trisha Brown. Décédée au printemps dernier, la célèbre chorégraphe américaine est mise à l’honneur pour cette deuxième édition de Parades for FIAC, avec notamment deux représentations de 8 minutes interprétées par Cecily Campbell et Marc Crousillat à la Galerie des Grands Formats du Petit Palais.

Trisha Brown-Locus

Trisha Brown, Locus © Lois Greenfield

Chorégraphe et danseuse américaine, Trisha Brown co-fonde le « Judson Dance Theatre », mouvement d’avant-garde minimaliste initié par les pionniers de la post-modern dance américaine. Nous l’avons évoqué lors de notre premier article sur Parades for FIAC, ce mouvement naît au début des années 60, déconstruisant les codes traditionnels de la danse. Présentés hors des lieux de spectacles conventionnels, les chorégraphies de Trisha Brown se démarquent notamment en s’inspirant des gestes de la vie quotidienne.

IMG_0828

© Exponaute

Locus solo, 2000

Locus vient d’une performance silencieuse réalisée par Tricha Brown en 1975. A l’origine interprétée par quatre danseurs durant 18 minutes, la chorégraphie a depuis lors évoluée, interprétée ici par une seule danseuse durant 8 minutes.

Entourée des grands formats de la galerie du Petit Palais, la performeuse réalise sa chorégraphie sans musique au centre de la scène, dans un carré délimité par des marques au sol. Ses mouvements sont alors contraints par ce cube imaginaire dans lequel son corps s’ondule. Orienté vers des points extérieurs au carré, le corps de la danseuse se laisse guider à travers un enchaînement de mouvements fluides continu définissant le terme de Locus.

Trisha Brown élabore cette action grâce à un vocabulaire chorégraphique complexe et mathématique qu’elle élabore, insistant sur l’importance de la liberté des gestes. Réalisée dans la contrainte structurelle de son studio, l’architecture devient une source d’inspiration pour sa chorégraphie se déroulant au sein d’un cube.

IMG_0835

© Exponaute

 

Rogues, 2011

La deuxième représentation est interprétée par deux danseurs sur une musique électronique d’Alvin Curran. Trisha Brown axe cette chorégraphie sur le dialogue corporel de deux danseurs dont les mouvements, initiés par l’un, interrompus par l’autre, créés un véritable va-et-vient entre les deux performeurs.

Issu d’une chorégraphie improvisée, cette œuvre prend une place particulière dans son travail. Elle élabore un processus de transmission gestuelle entre les deux danseurs dont les corps se meuvent tout en légèreté menant vers une chorégraphie évolutive. C’est lors des dernières minutes que les gestes des deux danseurs se coordonnent parfaitement donnant fin au ballet.

Particulièrement à l’honneur cette année, la chorégraphie dialogue divinement bien avec l’art contemporain !

FIAC 2017

19/10/2017 > 22/10/2017

Nef du Grand Palais

PARIS

Pour sa 44ème édition qui se tiendra du 19 au 22 octobre 2017 à Paris, la FIAC accueille au Grand Palais une sélection de galeries parmi...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE