Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 POP ART

22/09/2017 > 21/01/2018

Musée Maillol – Fondation Dina Vierny - PARIS
expo_cercle_3 LA FOLIE EN TÊTE

16/11/2017 > 18/03/2018

Maison de Victor Hugo - PARIS

LA NEWSLETTER

Que nous réserve le cru 2017 de la FIAC ?

Agathe Lautréamont 18 octobre 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Toujours plus grande, toujours plus influente, la Foire Internationale d’Art Contemporain revient du 19 au 22 octobre faire battre le cœur de Paris au rythme de la création de notre époque ! Après une édition 2016 qui avait enthousiasmé la rédaction, nous attendions évidemment beaucoup de ce nouveau volet. Parcours hors les murs, festival de performances, galeries renommées, On Site au Petit Palais… Parcourons si vous le voulez bien le programme des réjouissances !

Images_birmanes_5

© FIAC 2017

Une ruche. Une ruche au bourdonnement incessant, aux passages indénombrables. On rentre, on sort, on cherche, on observe, on se glisse, on navigue, on évite parfois les collisions avec quelques visiteurs distraits, même ! C’est ça, l’atmosphère de la FIAC qui, comme toujours, s’installe au cœur du Grand Palais de Paris.

Aussi à la rédaction avons-nous pénétré à l’intérieur de cette ruche, pour nous imprégner de cet univers sans pareil, un peu hors du temps et qui pendant un peu moins d’une semaine, prend le pouls du marché de l’art, permet de ressortir quelques pépites et nous donne à découvrir de jeunes pousses prometteuses !

Au cœur d’un tel foisonnement, il est parfois délicat de savoir où donner de la tête. Beaucoup de visiteurs, en passant le seuil du Grand Palais, savent déjà quelles galeries ils visiteront. Pour notre part, nous avons préféré laisser le hasard nous guider, nos pas décidant de nos découvertes au fil des coins, tours, recoins et retours à l’intérieur de la FIAC.

De Sonia Delaunay à Claire Morgane

20171018_155306

Aperçu de la FIAC 2017

Première heureuse rencontre avec la galerie Landau Fine Art qui, pour l’occasion, se démarque de l’atmosphère globale en faisant le pari de l’art moderne. Notre œil est immédiatement attiré par les formes rondes, bigarrées et dansantes comme de l’eau d’une huile sur toile signée Le Corbusier et datée de 1938. À ses côtés, d’autres lignes plus directes, fines et franches, agrémentées d’un œil presque accusateur : c’est le catalan Joan Miro qui nous attend, avec sa « Femme rêvant de l’évasion » exécutée en 1945.

De notre côté, après une si bonne mise en bouche, on n’a pas vraiment envie de s’enfuir… Continuons donc nos pérégrinations dans le petit univers de l’art contemporain. Du côté de chez Applicat-Prazan, des paysages minimalistes de Nicolas de Staël déploient leurs teintes claires, leurs lignes épaisses et leurs aplats de couleurs précis tandis qu’à quelques pas de là, ce sont d’autres aplats, mais cette fois d’un noir profond, qui semblent nous scruter depuis l’abîme. On ne s’y trompe pas, c’est bien un Pierre Soulages. D’ailleurs, nous noterons que de très nombreuses galeries présentes à la FIAC ont décidé de ressortir leurs Soulages (comme Waddington Custot, par exemple).

Huile et argentique

20171018_155336

Aperçu de la FIAC 2017

Un peu trop de peinture à votre goût ? Peut-être aimeriez-vous un peu de photographie ? Pour ce faire, rendez-vous dans l’espace de la galerie 1900-2000 qui propose aux acquéreurs un tirage exceptionnel de l’emblématique cliché de Man Ray : « Noire et blanche », datant des années 70.

Même si l’image est devenue absolument iconique, on ne se lassera probablement jamais du teint de lait de Kiki de Montparnasse tenant entre ses doigts fins un étonnant masque en ébène. Et un peu plus proche de nous, toujours en matière de photographie, on soulignera la mise en avant par la galerie Gladstone du travail argentique du grand Robert Mapplethorpe.

Pas de photos sulfureuses auxquelles l’artiste nous a habitués cependant, mais seulement quelques tirages plus sages représentant fleurs, orchidées aimées, visages féminins et corps de femme (sagement) dénudés. Toujours, chez Mapplethorpe, cette approche du corps renvoyant à la sculpture antique grecque, et une lumière gérée comme au cordeau. Nous serions bien repartis avec un tirage sous le bras…

Hier et aujourd’hui

20171018_152739

Aperçu de la FIAC 2017

Chez Guillermo de Osma et la galerie Minotaure, voisines de FIAC, on note l’importance laissée à la peinture géométrique du couple Sonia et Robert Delaunay, aux formes noueuses et presque torturées de Julio Gonzalez ainsi qu’un autre dessin du Corbusier de belle facture. Quelques Picasso se croisent çaàet là, entre deux expositions plus contemporaines. Des passages par les corners de Thaddaeus Ropac, Chantal Crousel et Gagosian sont évidemment obligatoires tant les surprises sont au rendez-vous.

Et niveau surprises, le visiteur avide de nouveautés parfois déroutantes sera servi ! Quelques pépites pour le moins croustillantes jalonnent le parcours de la FIAC. Quant aux amoureux de design, ils seront ravis d’évoluer dans le salon qui lui est consacré dans le Grand Palais. Le retour du design avait été annoncé non sans fierté en milieu d’année 2017 et le coup d’œil est indispensable !

FIAC 2017

19/10/2017 > 22/10/2017

Nef du Grand Palais

PARIS

Pour sa 44ème édition qui se tiendra du 19 au 22 octobre 2017 à Paris, la FIAC accueille au Grand Palais une sélection de galeries parmi...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE