Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 PICASSO 1932

10/10/2017 > 11/02/2018

Musée Picasso

- PARIS

expo_cercle_3 ANDRÉ DERAIN, 1904 - 1914

04/10/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 CHRISTIAN DIOR

05/07/2017 > 07/01/2018

Les Arts Décoratifs - PARIS
expo_cercle_5 DADA AFRICA

18/10/2017 > 19/02/2018

Musée de l’Orangerie - PARIS

LA NEWSLETTER

À Haarlem, Frans Hals, le baroque admiré des impressionnistes

Agathe Lautréamont 10 octobre 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

À quelques encablures de la capitale Amsterdam, cœur battant des Pays-Bas, les amateurs d’authenticité et de calme iront flâner du côté de la charmante Haarlem. Une promenade en vélo le long du canal ne tardera pas à vous conduire du côté d’une institution consacrée à l’artiste phare de la ville : le Frans Hals Museum. Chez exponaute, nous avons eu le plaisir de visiter cet espace muséal plein de charme, mais aussi de découvertes. Retour sur une visite passionnante !

netherlands tourism

Cour intérieure du Musée Frans Hals © Netherlands Museum

D’imposantes fenêtres lumineuses, de fines briques rouges consciencieusement alignées… Pas de doute, nous sommes bien en plein cœur des Pays-Bas ! Dans le secret d’une étroite ruelle piétonne, où les perrons sont surveillés par des matous assoupis, il faut toquer à une impressionnante porte cochère pour pouvoir enfin entrer au sein du musée qui nous occupe aujourd’hui.

Nous ressentons le poids de l’Histoire : les murs résonnent des temps lointains, le sol est encore composé de pavés disjoints qui ont été lissés par des siècles de piétinement. Le Musée Frans Hals, que nous avons pu parcourir avec joie, se situe entre les murs d’un ancien hospice, datant du XVIIe siècle, avant d’être transformé en orphelinat puis en hospice.

La courette intérieure, fraîche et verdoyante, invite à la flânerie et au repos après une fructueuse visite des collections permanentes. Et quelles collections ! Pont-levis blancs donnant sur d’étroits canaux, places de marché animées où se négocient fromages et volailles, scènes de vie à l’ombre des hautes et étroites habitations aux pignons de pierre rouge…

id

 Collections permanentes © Netherlands Museum

Dès les premiers pas de notre visite, les noms célèbres des arts des Pays-Bas fusent. Jan van Scorel, Cornelis van Haarlem, Adriaen Brouwer, Jan Steen, Jacob van Ruisdael et bien sûr, Frans Hals ! Mais nous nous attarderons sur la célébrité des lieux un peu plus tard dans cet article… Admirons quelques œuvres, si vous le voulez bien. La tentation de Saint Antoine de Jan Manjin (vers 1530), Les noces de Thétis et de Pélée (1592-1593) de Cornelis van Haarlem, L’atelier de dessin de Michael Sweerts (1656-1658)…

Incontestablement, les pièces rassemblées dans le musée (les arts décoratifs sont également élégamment représentés) sont d’une remarquable qualité, qualité qui doit être intimement liée à la longue histoire de la ville de Haarlem, comme à celle de l’institution culturelle que nous sommes en train de parcourir. La cité, influente dès le XVIe siècle, a en effet très vite accueilli en son cœur des personnages politiques et financiers très influents. Or, qui dit personnalités aisées, dit velléités de ces derniers de se faire portraiturer.

De fait, bon nombre d’artistes ont aussitôt pris leurs quartiers à Haarlem à l’instar de Frans Hals qui se bâtit rapidement une solide réputation de peintre doué et rapide parmi la classe dirigeante. En gagnant la confiance des plus grands, Hals s’assurait la subsistance et la postérité.

id 2

Collections permanentes © Netherlands Museum

Contemporain des plus grands (Vermeer et Rembrandt pour ne pas les nommer), Hals se consacra aux réalisations d’œuvres commandées par les plus grands et excellait dans tout style de portrait : individuel ou de groupe. Ces derniers, toujours réalisés dans des formats à couper le souffle, pouvaient rassembler jusqu’à soixante-huit ( ! ) personnages.

Pour la petite anecdote, la position des modèles sur le tableau ne dépendant pas exclusivement des questions sociales. Un modèle riche pouvait payer cher le peintre, s’assurant une représentation au premier rang de l’œuvre. Les modèles les plus pauvres, quant à eux, étaient relégués à l’arrière de la composition.

Qui sont ces gentilshommes qui posent pour Hals, chapeaux à plume au vent, large ceinture colorées nouées à la taille contrastant avec le noir tout protestant de leurs vêtements ? Des guildes, des gardes, des négociants en épices ou en étoffes.  Observer une huile sur toile de Frans Hals revient à demander un aller simple pour les Pays-Bas du XVIIe siècle.

hahahals

Collections permanentes © Frans Hals Museum

 Mais, sans nul doute, ce sont bien ses portraits individuels qui marquent le plus les mémoires. Éloigné de quelques pas de la toile, nous sommes subjugués par la finesse des dentelles, les reflets de la soie, le front sévère de certains modèles. Mais le nez au plus près de la peinture, on ne peut retenir une exclamation de surprise : pas de détails en vérité, pas de motifs, pas de précision.

Mais au contraire, des coups de brosse rigides, des touches de pinceau frénétiques, des aplats de couleur effrénés et imprécis de prime abord. Frans Hals fut célèbre de son vivant pour la rapidité de son exécution. Rien de surprenant à apprendre donc, qu’il était admiré des impressionnistes. Monet, Manet, van Gogh ressentirent beaucoup d’admiration pour le peintre de Haarlem, capable de livrer un sentiment de très grande précision avec des touches virevoltantes.

 

A man at a writing desk, by Rembrandt

Envie de vous rendre du côté de la charmante Haarlem ? Un seul site à consulter, Holland.com, où vous retrouverez toutes les informations utiles à votre voyage !

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE