Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 MIRÓ

03/10/2018 > 04/02/2019

Grand Palais

- PARIS

expo_cercle_2 TADAO ANDO, LE DÉFI

10/10/2018 > 31/12/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 ALPHONSE MUCHA

12/09/2018 > 27/01/2019

Musée du Luxembourg - PARIS
expo_cercle_5 JOAN MIRÓ

03/10/2018 > 04/02/2019

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS

LA NEWSLETTER

À Amsterdam, rencontre avec les maîtres néerlandais de l’Hermitage

Agathe Lautréamont 9 octobre 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

La seule évocation des collections du Musée de l’Hermitage de Saint-Pétersbourg suffit à laisser profondément rêveur tout amoureux de l’Histoire de l’art… Saviez-vous que Pierre le Grand et Catherine II de Russie furent tout au long de leur vie de grands mécènes, mais aussi des amateurs de peinture néerlandaise ? Et cet automne, cette riche  collection a fait le déplacement depuis la vaste Russie jusqu’au Musée de l’Hermitage d’Amsterdam. Visite…

herm 1

Rembrandt, Flora, 1634 © Hermitage Museum, St Petersburg

Depuis le 7 octobre et jusqu’au 27 mai 2018, le cœur d’Amsterdam bat au rythme russe. Au sein du Musée de l’Hermitage, institution partenaire de celle du même nom située à Saint-Pétersbourg, ce ne sont pas moins de soixante-trois petits trésors de la peinture néerlandaise qui ont traversé l’Europe pour retourner, le temps d’une exposition temporaire, sur leurs terres natales.

La collection d’œuvres de la main de grands maîtres néerlandais fait partie des trésors les plus sensationnels de l’institution culturelle russe. Forte de ses mille cinq cent tableaux, tous d’un goût remarquable, elle est la collection de peintres néerlandais la plus importante hors des Pays-Bas.

Un rassemblement d’œuvres qui s’explique par le goût prononcé de grands dirigeants russes (à l’instar de Pierre le Grand ou de Catherine II) pour la peinture de ce petit pays du nord de l’Europe. Petit par la taille, mais grand par son rayonnement culturel…

herm 02

Melchior de Hondecoeter, Oiseaux dans un parc, vers 1680 © Hermitage Museum, St Petersburg

Partenaires particuliers

Aussi les deux musées de l’Hermitage, Saint-Pétersbourg et Amsterdam, ont-ils passé un accord pour temporairement rapatrier plusieurs maîtres néerlandais dans leur capitale, afin d’organiser une magnifique exposition. Sur les cimaises du musée hollandais, ce sont 63 œuvres signées de cinquante artistes différents qui se présentent, rares, au regard des visiteurs de l’institution. Jan van Goyen, Gerard Dou, Frans Hals, Pieter de Hooch, Gabriel Metsu, Jan Steen,  Adrian van Ostade…

Tant de noms que vous lecteurs avez eu l’occasion de croiser si vous suivez régulièrement les pérégrinations d’exponaute aux Pays-Bas ou si vous êtes allés visiter la belle exposition du Louvre consacrée à Vermeer. Et bien évidemment, lui aussi est présent dans l’exposition. Celui que l’on attend tous : Rembrandt. Il est là également et en majesté s’il vous plaît, puisque les commissaires de l’exposition ont réussi un véritable coup de force : rassembler six des toiles du grand maître, pour notre plus grand bonheur…

Rembrandt, Portrait d’un homme à l’écritoire, 1631 © Hermitage Museum, St Petersburg

Rembrandt, toujours

C’est d’ailleurs Rembrandt lui-même qui nous accueille dans l’entrée de l’exposition, avec un portrait de taille modeste, mais à l’exécution exquise, d’une demoiselle : Jeune femme aux boucles d’oreille. Une introduction alléchante à un parcours conçu de façon thématique, qui représente de façon flamboyante la peinture de l’Âge d’Or néerlandais, dont l’acmé fut atteinte de 1650 à 1670.

D’ailleurs, trente-sept des soixante-trois œuvres présentées dans le parcours temporaire ont été exécutées durant ces deux décennies, preuve si nécessaire de la flamboyante productivité des artistes néerlandais au cours de cette courte et intense période. Avec beaucoup de plaisir, nous naviguons alors de toile en toile, admirant des marines délicates, des scènes de genre ironiques et mordantes signées Gabriel Metsu, avant de passer devant quelques délicieuses natures mortes de la main de Willem Kalf.

La scénographie, discrète et aérée, permet aux visiteurs d’admirer de longues minutes et dans les meilleures conditions les œuvres présentées, même si on regrettera un éclairage peut-être un peu trop chaud dans les toutes premières salles, un défaut fort heureusement très vite corrigé.

herm 4

Willem Claesz, Nature morte aux crabes, 1648 © Hermitage Museum, St Petersburg

Un régal

On pourrait épiloguer durant de longues heures devant le goût néerlandais, ses scènes de genre souvent truculentes, ses vues de campagne apaisantes, ses délicieux bouquets de fleurs éternellement éclatantes… L’exposition du Musée de l’Hermitage d’Amsterdam salue tous ces styles, tous ces registres, dans une sélection de grande qualité. En milieu de parcours, comment ne pas les évoquer, nous arrivons devant les cinq derniers Rembrandt du parcours.

Cinq portraits, cinq personnages dont on ne sait rien, ou si peu. Flora bien sûr, qui occupe la place centrale dans l’alignement de ces cinq exceptionnels tableaux. Flora la fertile, Flora qui attend un enfant, Flora qui tresse dans son abondante chevelure des fleurs qui, on se plaît à l’imaginer, ne flétriront jamais.

Les représentations de la nature, d’ailleurs, foisonnent dans le parcours, entre deux scènes de rue ou d’intérieur. Campagne inviolée par les charrues des paysans, bouquets d’arbre au soleil couchant, oiseaux aux plumages bigarrés et bien sûr, compositions florales dont on ne se lasse pas. Un bijou d’exposition donc, que nous vous recommandons chaudement si jamais vous passez du côté d’Amsterdam !

A man at a writing desk, by Rembrandt

Envie d’un petit détour du côté d’Amsterdam ? N’hésitez pas à vous rendre sur le site Holland.com pour retrouver toutes les informations utiles à l’organisation de votre séjour !

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE