Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 MIRÓ

03/10/2018 > 04/02/2019

Grand Palais

- PARIS

expo_cercle_2 TADAO ANDO, LE DÉFI

10/10/2018 > 31/12/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 ALPHONSE MUCHA

12/09/2018 > 27/01/2019

Musée du Luxembourg - PARIS
expo_cercle_5 JOAN MIRÓ

03/10/2018 > 04/02/2019

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS

LA NEWSLETTER

Banksy offre 230 000 euros à une association humanitaire britannique

Agathe Lautréamont 20 septembre 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Banksy, le plus célèbre des artistes de rue anonymes, continue de faire parler de lui. Après l’effacement d’une de ses œuvres qui a provoqué la colère de nombreux riverains à Calais, l’artiste qui garde farouchement secrète sa véritable identité vient de renforcer son engagement politique. Très engagé depuis le début de la crise migratoire, Banksy a cette fois-ci choisi de faire un legs à l’association britannique «Campaign Against Arms Trade », qui milite pour l’interdiction des armes dans le monde.

drone

Civilian Drone Strike © Banksy, 2017

Lorsqu’on pense à l’artiste de rue Banksy, on songe bien sûr à ses collages sombres, toujours engagés, farouchement libres mais toujours teintés d’une grande poésie. Le créateur n’a jamais caché ses inclinaisons politiques et son souci des minorités, son combat contre la pauvreté et son opposition aux conflits armés. Au plus fort de la crise migratoire en Europe, le street-artist a apposé de nombreux pochois sur les murs de Calais, représentant tantôt Steve Jobs, tantôt le Radeau de la Méduse de Géricault. En 2015, on s’en souvient, il avait réuni autour de lui une soixantaine d’artistes pour donner vie à un anti-parc d’attraction, baptisé « Dismaland » et critiquant avec beaucoup de noirceur notre société contemporaine de consommation, de divertissement à outrance et de déshumanisation.

Rien de surprenant donc, à retrouver Banksy sur le terrain de la défense des droits de l’homme et du militantisme pacifiste. Celui-ci vient en effet de verser la somme de 205 000 livres sterling (environ 230 000 de nos euros) à une association britannique, la CAAT pour « Campaing Against Arms Trade ». Cette somme a été rassemblée par Banksy suite à une vente d’une œuvre récente, intitulée Civilian Drone Strike ; vente réalisée dans le cadre de l’exposition Art The Arms Fair, une exposition de cinq jours organisée en faveur de la paix dans le monde. Le graffiti, d’un style volontairement enfantin mais percutant, représente un trio de drones de type Predator bombardant la maison d’une petite fille accompagnée de son chien.

bank 2

Un des nombreux collages de Banksy pour défendre les migrants © Banksy, 2016

L’exposition de cinq jours n’a pas été organisée au hasard. En effet, sa tenue coïncide avec celle de la Defence and Security Equipment International Arms Fair, un salon sur l’armement organisé tous les ans à Londres et qui se tenait donc le week-end dernier. Chaque année, la tenue de ce salon militaire est vivement critiquée par les associations pacifistes et de défense des droits de l’homme, à tel point qu’un festival parallèle, pacifiste, se tient désormais en même temps que la DSEI qui chaque année, attire 1600 fabricants d’armement venus des quatre coins du monde. Cette année, pas moins de cent activistes pacifistes ont été arrêtés, car ils tentaient de bloquer l’accès des vendeurs à la DSEI.

Andrew Smith, le directeur de l’association «Campaing Against Arms Trade » a expliqué que l’argent offert par Banksy suite à la vente de son graffiti permettra à l’association d’organiser de nouvelles manifestations contre la prolifération des armes dans le monde. Objectif caressé par les militants : empêcher la tenue de la prochaine Defence and Security Equipment International Arms Fair à Londres, l’année prochaine.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE