Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 MIRÓ

03/10/2018 > 04/02/2019

Grand Palais

- PARIS

expo_cercle_2 TADAO ANDO, LE DÉFI

10/10/2018 > 31/12/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_3 PICASSO. BLEU ET ROSE

18/09/2018 > 06/01/2019

Musée d'Orsay - PARIS
expo_cercle_5 MEIJI

17/10/2018 > 14/01/2019

Musée Guimet - PARIS

LA NEWSLETTER

Richard et Pablo Bartholomew : père et fils photographes à la MEP

Agathe Lautréamont 19 septembre 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Intimité, vibrations, regards. La troisième exposition de ce début d’automne organisée par la Maison Européenne de la Photographie nous invite à un voyage du côté de l’Inde, à compter de la seconde moitié du XXe siècle. C’est là que nous faisons la connaissance de Richard Bartholomew, le père et Pablo Bartholomew, le fils. Tous deux artistes, tous deux photographes, ils apportent des témoignages sur une même société, une même époque, alors que vingt-cinq ans sépare les deux hommes. Tous les deux explorent la thématique du déracinement du fait de leurs histoires personnelles, ce qui nous donne une exposition bouleversante et d’une esthétique très intéressante.

Richard Bartholomew, Rati au sari, 1954 © Richard Bartholomew – MEP

Dans un format carré, une femme à la troublante beauté semble danser dans une pièce nue, simplement vêtue d’un sari d’un blanc immaculé. Une pose trop lente de la part du photographe (mais c’était probablement volontaire) a créé un flou de bouger donnant un aspect vaporeux au vêtement de la belle dame. Sur la gauche de la composition, on devine l’encadrement clair d’une fenêtre qui vient nimber de lumière la danseuse aux yeux mi-clos, concentrée sur sa gracieuse gestuelle.

Quelques pas plus loin dans le parcours de l’exposition, et c’est une vue également en format carré de la ville de Dehli endormie, la lune éclairant faiblement cette scène immobile où rien ne se meut. Rien ? Si : une passante emmitouflée dans son sari est passée devant l’objectif de l’appareil photo.

Mais qui dit prise de vue nocturne, dit pose lente afin d’obtenir une image suffisamment éclairée. La silhouette, en mouvement, es réduite à l’état d’ombre transparente sur la droite du cliché. Le mystère vient de faire irruption dans une banale scène citadine de l’Orient qui suscite encore tant de fantasmes de nos jours.

Self-portrait, Delhi, circa 1956For MEP - Hi Res Photo by: RICHARD BARTHOLOMEWAll rights reserved. For permission and licensing rights: PLEASE CONTACT: pablo@bartholomew.tvOr by cellphone +91 98100 14131

Richard Bartholomew, Autoportrait, 1956 © Richard Bartholomew – MEP

 

Un adage célèbre dit que les chats ne font pas des chiens, et il se vérifie plus que jamais dans le cheminement de l’exposition temporaire de la Maison Européenne de la Photographie. Si père et fils ont bien sûr leurs différences, en matière d’art, il faut croire que leurs préoccupations humaines et leurs recherches esthétiques sont sensiblement les mêmes.

Tous deux se concentrent sur la jeunesse indienne, sa lente émancipation, ses travers aussi, ses paradis artificiels parfois, mais avant tout et surtout une fureur de vivre qui ne faiblit jamais et une envie de s’amuser qui se retrouve dans chaque cliché. Danses, plaisirs, préoccupations et découvertes se lisent sur les visages de chaque personne photographiée par les Bartholomew.

Et à travers ces clichés vibrant d’animations, ces derniers s’interrogent : qu’est-ce qui fait que l’on est indien ? Est-ce une construction sur le long-terme ? Est-ce une ligne sur un acte de naissance ? Est-ce l’imprégnation d’un univers donné, particulier, qui pénétrera jusqu’à la moelle de nos os pour irradier au plus profond de notre être ? Pour se faire son avis, le mieux est encore de parcourir les deux salles qui composent l’exposition temporaire de la MEP.

Narinder Place on Parliament Street, New Delhi, circa 1965 For MEP - Hi Res Photo by: RICHARD BARTHOLOMEW All rights reserved. For permission and licensing rights: PLEASE CONTACT: pablo@bartholomew.tv Or by cellphone +91 98100 14131

Bartholomew, Place Narinder, 1965 © Bartholomew – MEP

Beaucoup aujourd’hui connaissent le travail de Pablo Bartholomew. Le photographe a en effet collaboré à de nombreuses reprises avec des titres de presse prestigieux, à l’instar du Time ou Paris Match pour l’Hexagone. Or, son père lui, est demeuré dans l’ombre et peine à être reconnu alors que sa qualité est indéniable. Aussi, afin de réparer cette injustice, Pablo a-t-il décidé de publier dans un bel ouvrage une sélection des meilleurs clichés captés par son père au cours de sa vie. La redécouverte est donc tardive, mais au moins arrive-t-elle finalement !

RICHARD ET PABLO BARTHOLOMEW

06/09/2017 > 15/10/2017

Maison Européenne de la Photographie (MEP)

PARIS

Plus de vingt-cinq ans séparent les photographies de Richard et Pablo Bartholomew, mais les similarités dans leurs sujets et le regard qu...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE