Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Regarder les filles… du Népal – Lizzie Sadin est lauréate du 8eme Prix Carmignac du Photojournalisme.

Anne Malary 13 septembre 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

L’annonce a été faite dans le cadre du festival international du photojournalisme organisé à l’initiative de l’association Visa pour l’Image à Perpignan. En ce début de septembre, la fondation Carmignac récompense Lizzie Sadin pour son reportage sur la traite des femmes au Népal. Cette reconnaissance salue un témoignage qui sollicite notre regard. Dans le creux des montagnes, les femmes sont maltraitées.

lizzie

Lizzie Sadin, Rita, 17 ans, Chabahil, quartier nord de Katmandou, Avril 2017 © Lizzie Sadin pour la Fondation Carmignac

En avril 2015, le pays enclave de l’Himalaya est bouleversé par un séisme de magnitude 7,8, puis voit son sol trembler de nouveau un mois plus tard. 777 000 habitations sont détruites, 9 000 personnes perdent la vie et 22 000 sont blessées. En 2017, la terre et la population népalaises sont toujours ensemble lacérées. De fait, l’instabilité est aussi matérielle que politique, et pour les humains se révèle cruelle. Lizzie Sadin a rendu compte de ce qu’elle coûte aux êtres les plus vulnérables du pays, les filles et les femmes qui sont vendues et prostituées de force.

De février à mai 2017, elle a enquêté sur le terrain et photographié un trafic humain qui s’est peu à peu étoffé jusqu’à se constituer en véritable réseau économique. Avec son reportage, elle dévoile comment la population désœuvrée confronte la précarité à l’esclavage, et maintient les femmes dans une position d’infériorité sociale et humaine. Au Népal comme en Inde, elles sont menées à la prostitution par les membres de leur famille. Il s’agit donc d’une exploitation sexuelle tout à fait intégrée.

Du photoreportage engagé

Si le thème de la 8eme édition du Prix Carmagnac était « Esclavage et Traite des Femmes », le travail qu’a réalisé Lizzie Sadin n’est pas un inédit dans son œuvre. En 1998, cette photographe engagée publie la série Est-ce ainsi que les femmes vivent ?, sur les violences conjugales en France. En 2004, elle revient d’Ethiopie avec les images De si petites mariées… Sur son site, on peut plus tard parcourir sa Terre promise, femmes promises, au sujet de la traite des femmes en Israël. Au fil des reportages et des territoires elle veut témoigner d’un fléau mondial, « que l’on croyait d’un autre âge mais qui est réapparu avec force ces dernières années. »

La fondation Carmignac apporte son soutien chaque année depuis 2009 à un projet de photoreportage qui met en lumière les violations des droits humains dans le monde. Elle organisera bientôt l’exposition itinérante du projet de Lizzie Sadin : sa série photographique sera visible à partir du 20 octobre à l’Hôtel de l’Industrie à Paris.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE