Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Nicolas Poussin dessinateur au cabinet d’arts graphiques de Chantilly

Agathe Lautréamont 11 septembre 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

En parallèle de l’exposition temporaire du Musée Condé « Le Massacre des Innocents : Poussin, Bacon, Picasso » qui se tient jusqu’au 7 janvier prochain, le Château de Chantilly a réservé une petite surprise aux amoureux de belles feuilles… En effet, dans le flambant neuf cabinet d’arts graphiques du domaine, ce sont trente-six croquis de l’artiste protégé de Louis XIV qui sont exposés dans une lumière tamisée et douce. Esquisses, exercices mais aussi études à des œuvres célèbres du peintre. Visite !

enlèvement des sabines

Nicolas Poussin, L’enlèvement des Sabines © Château de Chantilly, Musée Condé

Chez exponaute, vous devez commencer à le savoir, on aime beaucoup les expositions d’arts graphiques et nous vous en parlons toujours avec beaucoup de plaisir. Et celle que nous avons eu le bonheur de découvrir au sein du Château de Chantilly en ce début de mois de septembre ne fait pas exception à la règle !

Tandis que le Musée Condé a inauguré sa nouvelle exposition temporaire : « Le Massacre des Innocents : Poussin, Bacon, Picasso » (parcours dont nous vous parlons juste ici), le Château de Chantilly propose en complément de cet accrochage très intéressant une bien jolie surprise… Toujours dans l’optique de fêter Nicolas Poussin et son génie artistique, le Cabinet d’arts graphiques du domaine, inauguré l’année dernière, présente au grand public une sélection de trente-six feuilles de la main de l’artiste.

Les dessins ont été restaurés pour l’occasion, grâce à un mécénat du Crédit Agricole Brie-Picardie et se présentent aux yeux des visiteurs dans des caissons dont l’humidité, la température et la luminosité sont scrupuleusement contrôlés.

DE-198∏RMN16-548362 (1)

Nicolas Poussin, L’adoration des mages © Château de Chantilly, Musée Condé

C’est d’ailleurs en compagnie de Pierre Rosenberg,  président honoraire du musée du Louvre, que nous avons pu découvrir ce parcours. L’académicien, on le sait, est un grand admirateur du travail du peintre né aux Andelys, aux portes de la Normandie et livrait avec gourmandise de petites anecdotes sur Poussin au fur et à mesure du parcours.

Malheureusement, il ne nous reste que très peu de croquis du peintre du XVIIe siècle, celui-ci (comme nombre de ses contemporains) n’accordait en effet aucune espèce d’importance à ces feuilles volantes qu’il considérait avant tout comme un exercice, un outil de travail, un ouvrage préparatoire à la seule œuvre qui comptait réellement aux yeux de l’époque : l’huile sur toile finale.

Pourtant, en passant de longue minutes à détailler une feuille large comme le plat de la main, fourmillant de détails d’une extrême précision, on se demande bien comme Poussin a pu se résoudre à détruire tant de ces « petites » œuvres.

conversion popol

Nicolas Poussin, La conversion de Saint Paul © Château de Chantilly, Musée Condé

De sa jeunesse, Poussin nous a tout de même transmis des lavis exquis (Mars et VénusDaphné et Pénée) représentant majoritairement des personnages tirés d la mythologie gréco-romaine. La maturité arrivant, nous retrouvons deux superbes études préparatoires à une peinture célèbre de l’artiste : L’adoration des mages. L’œuvre achevée en 1633 est actuellement conservée à Dresde, il est donc possible de se consoler en observant ces deux réjouissants feuillets conservés par Chantilly.

Nicolas Poussin semble s’être essayé à tous les registres, tous les styles. On navigue ainsi d’un paysage bucolique à une Sainte Famille se reposant dans le désert, en passant par des études d’après l’antique ou des copies d’œuvres de maîtres de la Renaissance. Alors bien sûr, on pourra nous rétorquer que trente-six feuilles seulement, c’est bien peu pour une seule exposition. Peut-être, mais parfois il faut aussi savoir opter pour un nombre plus modeste de sorte à inciter les visiteurs à demeurer de longues minutes devant une unique réalisation, et ainsi s’en délecter d’autant mieux !

sainte famille en egypte

Nicolas Poussin, La Sainte Famille en Egypte servie par des anges © Château de Chantilly, Musée Condé

DESSINS DE NICOLAS POUSSIN

11/09/2017 > 07/01/2018

Musée Condé – Chateau de Chantilly

CHANTILLY

Exposition de 36 dessins originaux et récemment restaurés Ces dessins, restaurés pour l’occasion grâce au mécénat du Crédit Agrico...

47
jours restants
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE