Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 MONET COLLECTIONNEUR

14/09/2017 > 14/01/2018

Musée Marmottan Monet

- PARIS

expo_cercle_2 LE JARDIN SECRET DES HANSEN

15/09/2017 > 22/01/2018

Musée Jacquemart-André - PARIS
expo_cercle_3 RAYMOND DEPARDON

13/09/2017 > 17/12/2017

Fondation Henri Cartier-Bresson - PARIS
expo_cercle_5 L'ART DU PASTEL

15/09/2017 > 08/04/2018

Petit Palais - PARIS

LA NEWSLETTER

Sylvie Fanchon investit le MAC VAL avec un mural géant

Laura Bourdon 8 septembre 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

A l’occasion du réaccrochage de la collection permanente du MAC VAL, trois nouvelles installations in situ ont été créées. Place à la découverte de l’immense « tableau-scotch » réalisée par Sylvie Fanchon, artiste invitée du MAC VAL.

sylvie

Sagesfemmes © Sylvie Fanchon, invitée du MAC VAL

La collection du MAC VAL ne cesse de s’enrichir depuis son ouverture il y a onze ans. Régulièrement, l’accrochage est revu, ce qui a donné lieu en mai dernier à la monstration de trois nouvelles installations prenant part à l’intérieur comme à l’extérieur de l’institution. Après avoir évoqué l’installation immersive de Christian Boltanski, les écritures infinies de Jean-Christophe Norman, place à la troisième et dernière installation du moment, le tableau-scotch géant de Sylvie Fanchon.

Sylvie Fanchon est née à Nairobi (Kenya), elle vit et travaille à Paris, diplômée des Beaux-Arts. L’invitée de la collection du MAC VAL déploie une peinture caractérisée par une grande économie de moyens, libérée de toute signification pour permettre au regardeur d’y projeter ses propres visions. « C’est une position politique et philosophique. Travailler avec peu est un choix dans une société du beaucoup, du trop, du puissant », confie l’artiste lors d’une interview.

Au MAC VAL, l’artiste s’empare d’un immense mural de 23 mètres sur 4 mètres pour y créer un tableau-scotch munie de lettres adhésives. « Quand le mural sera fini, on les enlèvera, il ne restera plus que leurs traces, leurs empreintes », précise Sylvie Fanchon. En résulte une surface striée, hachurée, un dessin géométrique aux bandes de couleur rose poudré. Intitulée Sagesfemmes, la couleur rose n’est évidemment pas un hasard : couleur de la féminité, mais aussi couleur des « sparadraps », évocateurs des blessures intimes.

Comme une frise décorative, les lettres Sagesfemmes se lisent à chaque extrémité du mur. Entre, la position des scotchs et les lignes plus ou moins épaisses qui les séparent évoquent la géométrie. Néanmoins, ceux-ci étant tous déchirés à la main, « se forme une espèce de dentelure aux extrémités et aux points de jonction des scotch qui empêchent une lecture puriste ou géométriste du mural, qui introduit du réel », souligne l’artiste pour qui « il n’y a pas de vérité dans la perception, il n’y a pas d’absolu du monde ».

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE