Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Popcorn : des croisements fructueux entre le design et le cinéma

Laura Bourdon 7 septembre 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

L’exposition Popcorn menée par le musée d’art moderne et contemporain de Saint-Etienne s’intéresse à la mise en relation du design et du cinéma, deux mondes, deux univers, deux industries aux origines communes et qui n’ont cessé de s’inspirer l’une et l’autre depuis la Révolution industrielle à aujourd’hui.

4_Sortie-Usine-Lumière_1895-e1489162817677

Film Lumière, n° 91 – Sortie d’usine, I – 1895

Popcorn a débuté en mars dernier à l’occasion de la Biennale internationale d’art et de design de Saint-Etienne. Avec une riche collection de près de 190 000 œuvres dont 2 000 pièces de design, le musée d’art moderne et contemporain de Saint-Etienne a souhaité porter un regard complémentaire à la biennale, par la mise en avant de croisements fructueux qui sont autant de moteurs d’inspiration pour les deux disciplines.

Sous le commissariat d’Alexandra Midal, Professeur en histoire et théorie du design à la HEAD-Genève et Sébastien Delot, ancien conservateur du musée (et dorénavant directeur du LaM), Popcorn mène le visiteur vers des contrées encore inexplorées avec comme point d’ancrage, la question du travail (thématique de la biennale).

11_Oscar-Lhermitte-et-Kudu_MOON-1-e1494402660931

Oscar Lhermitte et Kudu, Moon, 2016 © Sidekick Creatives ltd

Et pour débuter le voyage en beauté, retour au cinéma des origines avec « Sortie d’usine » des frères Lumière, où le travail s’impose comme premier sujet cinématographique à l’aune de la Révolution industrielle. La première pièce d’exposition rassemble autant de photographies que d’affiches réalisées par l’atelier populaire dans les années 1960, alors que la taylorisation du travail bat son plein et que commence à germer la révolte et les slogans révolutionnaires.

Quelques pas plus loin et le visiteur pénètre une salle obscure où sont montrés de curieuses projections réalisées par… des designers ! L’idée, démontrer le glissement de la fonction depuis les objets standardisés et la production de masse, vers la création d’objets inventifs, novateurs, un design « des marges », loin de la production industrielle et normalisée.

15_Eames-Movie-Set-3-e1499350408446

Charles and Ray Eames, Movie Sets (1971) et al. (1951-1971) © Courtesy et Copyright 2016 Eames Office, LLC

Vient alors juillet 1969 et le premier pas de l’Homme sur la Lune. L’événement inspira à Georges Méliès le premier film de fiction de l’histoire du cinéma, « Voyage sur la Lune », dont on retrouve quelques extraits dans la troisième salle d’exposition consacrée à l’exploration de la thématique de la conquête spatiale. Côté design, Roger Tallon redessine les téléviseurs. Le format carré laisse place à la courbe, jugée plus « amicale ». Le téléviseur portable P 111 fut une véritable révolution formelle. Quasar Khanh quant à lui se lance dans la création d’un mobilier gonflable aux couleurs pop et acidulées, ce qui en fait l’une des figures de proue du design moderne dans les années 1960-1970.

Le dernier chapitre de l’exposition s’ouvre sur le western et interroge les conséquences de son format en cinémascope (paysage horizontal) sur le design. Si la pratique artistique de Roger Tallon s’en inspire, c’est aussi le cas du couple que forme Charles et Ray Eames, auteurs de Movie Sets, une œuvre réalisée dans le cadre de visites dans les studios de la MGM sur les plateaux de tournage de Billy Wilder. Pour la première fois montrée depuis 1971 à Harvard, Movie Sets est constituée d’un assemblage de diapositives de tournages, par groupes de trois et sans ordre chronologique, permettant au spectateur d’imaginer son propre scénario.

 

partenaire-créa-adrien (1)

01/01/1970 > 01/01/1970

...

jours avant l'ouverture
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE