Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 MONET COLLECTIONNEUR

14/09/2017 > 14/01/2018

Musée Marmottan Monet

- PARIS

expo_cercle_2 LE JARDIN SECRET DES HANSEN

15/09/2017 > 22/01/2018

Musée Jacquemart-André - PARIS
expo_cercle_3 RAYMOND DEPARDON

13/09/2017 > 17/12/2017

Fondation Henri Cartier-Bresson - PARIS
expo_cercle_5 L'ART DU PASTEL

15/09/2017 > 08/04/2018

Petit Palais - PARIS

LA NEWSLETTER

Une œuvre de Banksy redécouverte dans l’est de Londres

Agathe Lautréamont 23 août 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Apparemment, il n’y a pas que les tableaux et les sculptures qui peuvent se perdre dans le petit monde de l’art, les graffitis aussi ! Preuve en est cette création du plus célèbre des street-artists, Banksy : Snorting Copper, qui représente un policier en train de « sniffer » de la cocaïne. L’œuvre était en effet considérée comme perdue depuis une dizaine d’années. Provoquant, étonnant, engagé : du Banksy tout craché !

sno

Banksy, Snorting Copper, Londres © The Guardian, 2017

Tout commence avec un pochoir engagé et provocateur de Banksy, originellement placardé sur des toilettes publiques de l’est de Londres. L’œuvre fut vite vandalisée, avant qu’une couche de peinture ne la fasse disparaître. Et surprise ! Dix ans après son évaporation, la voici de nouveau visible dans la capitale londonienne… Appelée Snorting Copper et considérée comme un parfait exemple du travail contestataire de Banksy, l’œuvre représente un policier britannique à genoux, s’apprêtant à « sniffer » une ligne de cocaïne répandue à même le sol.

Le site sur lequel le pochoir a été initialement apposé était abandonné depuis longtemps, avant que deux britanniques, Jonathan Ellis et David Kyte, ne décident de le racheter. Le duo d’investisseurs comptait transformer ce qu’il restait du bâtiment en bureaux et logements… C’est au cours de travaux de rénovation qu’ils ont retrouvé la création du street-artist.

Evaluée aux alentours d’1.25 millions de livres sterling, les deux heureux anglais ne semblent cependant pas décidés à vendre la peinture. Au contraire, ils comptent bien la restaurer parfaitement et lui rendre son objectif initial : être visible par toutes et tous, libre d’accès dans les rues de Londres. Une inauguration en bonne et due forme aura cependant lieu, le 5 octobre prochain !

Une heureuse (re)découverte

La découverte, cependant, n’a pas été faite totalement par hasard. En effet, Kyte et Ellis avaient reçu l’information de la part du voisinage, des rumeurs comme quoi il existerait une œuvre de Banksy dans le bâtiment désaffecté. Une fois les clés en main, les deux amis se dépêchèrent de vérifier si ce qui se murmurait était fondé ou non… Et quelle surprise les attendait !

Interrogé dans les colonnes du journal britannique The Guardian, John Brandler, un spécialiste des graffitis de Banksy, a expliqué que Snorting Copper est très célèbre et a été reproduit dans de nombreux ouvrages dédiés à l’artiste de rue. Seul problème : personne ne savait où se trouvait l’œuvre originale… jusqu’ à aujourd’hui. Depuis, le pan de mur sur lequel le graffiti a été apposé a été soigneusement découpé, puis envoyé dans un atelier de restauration du côté de Carlisle, dans le comté de Cumbria, au nord-ouest de l’Angleterre.

Rendue au public

L’œuvre est évidemment forte, pensée avant tout et surtout pour provoquer, ce à quoi nous a habitués Banksy depuis des années. Preuve en est qu’il est encore tout à fait possible de parler politique dans la création artistique, mais surtout de façon pérenne. L’œuvre ne fait en effet pas référence à un événement précis, mais se veut simplement subversive, ce qui explique que dix ans plus tard, elle marque toujours autant les esprits. Est-ce là le seul original de Snorting Copper ? Probablement. Est-ce bien un authentique Banksy ? Sans aucun doute. Et paradoxalement, la peinture blanche qui a été utilisée pour cacher l’œuvre l’a au bout du compte, préservée après toutes ces années.

Une fois restaurée, l’œuvre retournera à son emplacement originel, mais protégée par une vitrine qui empêchera toute nouvelle tentative de dégradation. Une alarme sera également installée, ainsi qu’un éclairage rendant l’œuvre visible même de nuit.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE