Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 DAVID HOCKNEY

21/06/2017 > 23/10/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 LE PAYSAGE JAPONAIS

21/06/2017 > 02/10/2017

Musée Guimet - PARIS
expo_cercle_3 LEE UNGNO, L'HOMME DES FOULES

09/06/2017 > 19/11/2017

Musée Cernuschi - PARIS
expo_cercle_4 MONTMARTRE, DÉCOR DE CINÉMA

04/04/2017 > 15/01/2018

Musée de Montmartre - PARIS
expo_cercle_5 I DID IT MY WAY

23/06/2017 > 17/09/2017

La maison rouge - PARIS

LA NEWSLETTER

Sélection beau livre : entre design et sculpture, l’art de Pablo Reinoso

Laura Bourdon 11 août 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

La première monographie, inédite, dédiée au travail d’une puissante singularité de l’argentin Pablo Reinoso vient de paraître aux Editions les 5 Continents. L’occasion pour nous de replonger dans quelques-unes de ses œuvres phares.

pablo-reinoso-17-objets-05b-aladin-spaghetti-bench-768x628 (1) +

Pablo Reinoso, Aladin Spaghetti Bench, 2012 © Marco Firulete

Après quatre décennies de créations emblématiques à la frontière entre art et design, une première monographie consacre le travail de Pablo Reinoso. Richement documentée grâce images d’archives et photographies accompagnées de textes du philosophe Michel Serres, de l’écrivain Gérard Wacjman et du journaliste et critique d’art Henri-François Debailleux, celle-ci permet de rendre compte de l’ensemble de la carrière de Pablo Reinoso.

Né à Buenos Aires d’une mère française et d’un père argentin, Pablo Reinoso arrive à Paris en 1978 fuyant la dictature du Général Videla. Diplômé d’architecture, il ne trouve pas d’équivalent en France mais obtient une bourse, qui le mène d’abord à Carrare, en Italie ; avant de revenir en France et de s’installer dans son premier atelier à Montmartre.

pablo-reinoso-17-Objets-01b-cadre-768x787 +

Pablo Reinoso, Laocoonte, 2012 © Rodrigo Reinoso

C’est à Paris que Pablo Reinoso rencontre le sculpteur Henry Laurens. Sa vocation viendra sur le tard, « J’ai mis beaucoup de temps à comprendre la sculpture en travaillant les matériaux physiquement : j’ai fait des essais en regardant ceux que j’admirais, Picasso, Brancusi, Giacometti, Moore… Aujourd’hui, c’est dans mon corps que je sens si une œuvre est aboutie », confie-t-il.

D’abord sculpteur mais foncièrement artiste, les premières créations de Pablo Reinoso sont réalisées avec le marbre, telle que la série Paysage d’eau datée de 1982. A l’image de la nature foncièrement vivante, il crée sa signature avec des œuvres-objets semblant s’échapper des lois terrestres de la pesanteur, tant celles-ci prolifèrent et se ramifient par de multiples arborescences.

ob_f5d223_img-2623

Pablo Reinoso, série Ashes to ashes, 2002, Courtesy Reinoso Studio © Photo Éric Simon

Le bois devient rapidement son matériau privilégié. Il s’engage d’abord dans un travail avec des lattes de bois, avec Ashes to Ashes, qu’il tord et éclate s’affranchissant de leur fonction. Puis il s’empare d’objets du quotidien à l’instar de l’iconique pièce de design, la chaise Thonet ; avant de s’intéresser à partir de 2006 aux bancs publics avec sa série des Spahetti Benches.

« Le fil conducteur est précisément ce que j’appelle une logique végétale, de croissance ; elle est récurrente dans mon travail. », confie l’artiste, « Le fondement de mon intervention est dans le concept de déploiement. (…) Quand je dois réaliser une nouvelle œuvre, quand je dois m’engager dans un nouveau lieu, j’essaie de me glisser dans la peau d’une plante et d’imaginer quelle colonisation pérenne de l’espace je pourrais développer ».

2-2016-racines-de-france-36-rodrigo-reinoso

Pablo Reinoso, Racines de France, au Palais de l’Elysée

Sa récente réalisation est depuis juillet 2016 installée dans les jardins de l’Elysée. Le point de départ de Racines de France réside en son matériau, des poutrelles d’acier de couleur noire sur lesquels il a sculpté des feuilles de chêne et d’olivier, autant de symboles, de la justice et de la force, de la République.

Découvrez l’ensemble du travail de Pablo Reinoso avec une première monographie dédiée, parue aux Editions les 5 continents, 280 pages, 80 euros.    

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE