Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 PHOTOGRAPHISME

08/11/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 ANDRÉ DERAIN, 1904 - 1914

04/10/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_5 LA FOLIE EN TÊTE

16/11/2017 > 18/03/2018

Maison de Victor Hugo - PARIS

LA NEWSLETTER

Des dessins de Giacometti découverts en Angleterre

Agathe Lautréamont 10 août 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Si on se doutait déjà que les boutiques d’antiquaires sont toutes de possibles cavernes d’Ali Baba, le petit monde de l’art vient d’en recevoir une nouvelle confirmation en ce début de mois d’août. Des dessins du sculpteur italien Alberto Giacometti viennent en effet d’être extraits de la poussière d’une boutique londonienne, alors qu’on les pensait perdus depuis longtemps. Estimation des œuvres ? Entre 40 000 et 60 000 livres sterling.

1317

Le recto du feuillet retrouvé de Giacometti © Cheffins, 2017

En Angleterre, Eila Graham faisait partie des commissaires les plus réputés, accumulant dans sa boutique d’antiquités des pièces rares et toujours d’une grande qualité. Lors de sa mort en 2010, son commerce est demeuré tel quel, figé dans le temps, jusqu’à ce que la maison de ventre aux enchères Cheffins, installée à Cambridge, reçoive la demande de trier et vendre tous les objets qui se trouvaient encore dans la boutique de Graham, qui avait pignon sur rue dans le chic quartier de Kensington Church, à l’ouest de Londres.

Interrogé par le journal britannique The Guardian, Martin Millard, directeur de département chez Cheffins, a expliqué que l’on soupçonnait déjà la présence de plusieurs dessins de la main d’Alberto Giacometti dans le fonds appartenant à Eila Graham. Seulement, on ignorait ce qu’ils étaient devenus. Vendus ? Égarés ? Détruits par erreur ?

De même, on ignorait précisément la forme que prenaient ces esquisses. Était-ce deux feuilles de papier, ou bien deux grands formats ? Les dessins avaient-ils été réalisés d’une main distraite par Giacometti au revers d’un morceau de carton ou exécutés avec précision sur un feuillet de qualité ? Or, rien de plus délicat de trouver lorsqu’on ne sait pas précisément ce que l’on recherche…

1299

Le verso du feuillet retrouvé de Giacometti © Cheffins, 2017

Les feuillets retrouvés

Et pourtant ! Lors de l’inventaire du fonds de commerce fermé depuis plus de six ans, les feuillets furent redécouverts, perdus parmi des dessins, des peintures et des sculptures couvertes par des années de poussière. Les œuvres d’Alberto Giacometti se révèlent être des esquisses réalisées au crayon gris, sur de simples feuilles de papier. Sur une face, s’étirent plusieurs études de têtes.

Au revers, une femme nue, droite comme un I. Si le style paraît sans trop de doutes être celui de l’artiste moderne italien, si les feuillets portent bien la signature du père de L’Homme qui marche ainsi qu’une date (1947), rien ne prouvait cependant que l’on se trouve là face à des authentiques.

C’est donc à partir de là que le plus gros du travail a débuté. Restait aux historiens de l’art à définir si oui ou non, ces croquis ont bel et bien été réalisés par Giacometti. De longues nuits sans sommeil en perspectives pour les experts… Les têtes et le nu féminin traversèrent la Manche en direction de Paris, où un comité de chercheurs issus de la Fondation Giacometti les authentifièrent, avant de les ajouter dans la foulée au catalogue raisonné du maître moderne. De spéculations, les dessins devinrent donc réalité : le rêve de tout historien de l’art, en somme.

ru

L’acteur Geoffrey Rush incarnant Alberto Giacometti © IMDb

À vendre !

Ces œuvres miraculeuses sont parfaitement inconnues du grand public et chez la maison Cheffins, on espère bien qu’ils attiseront la convoitise d’une galerie, d’un grand musée ou même d’un riche collectionneur prêt à casser sa tirelire pour ces dessins foisonnants, brusques et puissants. Les feuilles seront vendues le 12 octobre prochain.

Estimation ? Entre 40 000 et 60 000 livres sterling. Une actualité de plus pour Giacometti en cette année 2017, avec la grande exposition que la Tate Modern lui consacre, sans parler du biopic prochain consacré à l’artiste, avec Geoffrey Rush dans le rôle-titre (en salle au Royaume-Uni le 18 août).

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE