Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 PICASSO 1932

10/10/2017 > 11/02/2018

Musée Picasso

- PARIS

expo_cercle_2 GAUGUIN

11/10/2017 > 22/01/2018

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS
expo_cercle_3 ANDRÉ DERAIN, 1904 - 1914

04/10/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_5 MONET COLLECTIONNEUR

14/09/2017 > 14/01/2018

Musée Marmottan Monet - PARIS

LA NEWSLETTER

Le MoMa va vendre 400 rares photographies de sa collection !

Agathe Lautréamont 9 août 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Si jamais vous vous sentez une âme de collectionneur et que les photographies d’art vont mettent des étoiles plein les yeux, lisez attentivement ce qui va suivre… Le Museum of Modern Art de New York s’apprête en effet à se séparer d’une partie de son fonds photographique. En tout et pour tout, quatre cents clichés seront bientôt proposés aux plus offrants lors de la tenue d’une grande vente aux enchères. Objectif ? Récolter des fonds pour… de nouvelles acquisitions !

adams

Ansel Adams, Clearing Winter Storm, Yosemite National Park, 1938 ©  Christie’s

Saviez-vous que le plus ancien département photographique muséal se trouve au sein du Museum of Modern Art de New York ? On imagine aisément tous les trésors que doit recéler un tel fonds ! Et pourtant, l’institution culturelle la plus célèbre des États-Unis a annoncé cette semaine qu’elle prévoyait de bientôt se séparer d’une petite partie de cette collection précieuse.

Pas moins de quatre cents images seront ainsi cédées aux plus offrants sous les coups de marteau de la maison de vente aux enchères Christie’s et ce, tout au long des neuf prochains moins. En laissant s’envoler ces images vers de nouveaux horizons, le MoMa prévoit de récolter autour de 3.6 millions de dollars ; une somme qui serait immédiatement réinvestie dans de nouvelles acquisitions artistiques.

Toutes les images sur le point de se voir dispersées ont été prises par quelques-uns des meilleurs photographes, allant du tout début du XXe siècle jusqu’à la période post-Seconde Guerre mondiale. Parmi la liste des noms prestigieux de la pellicule, on rencontre Alfred Stieglitz, Edward Steichen, Edward Weston, Man Ray, Henri Cartier-Bresson ou encore Walker Evans.

car

Henri Cartier-Bresson, Coney Island, New York, 1946 © Christie’s

De Man Ray à Walker Evans

Mais comment une institution telle que le Museum of Modern Art de New York prend-elle la décision de céder une part de ses collections historiques ? C’est là en effet tout sauf une décision à la légère, cette séparation résultant en vérité d’un long travail d’inventaire réalisé dans le fonds photographique et d’une sélection mûrement réfléchie.

Le musée possède en effet de très nombreuses images signées Man Ray ou Walker Evans, ce qui explique qu’il peut se permettre d’en céder quelques-unes. D’autres sont des duplicata ou ne représentent pas un élément véritablement central dans la carrière du photographe… tout du moins, du point de vue d’une institution du MoMa. Il n’est pas certain que les enchérisseurs réfléchiront de la même façon une fois face au commissaire-priseur.

Mais parlons maintenant d’un sujet quelque peu plus épineux… Le prix ! Les images ont des mises à prix allant de mille dollars à plus de trois cent mille dollars. Elles ne constitueront cependant pas un lot unique, mais seront proposées à la vente dans une série de plusieurs enchères, dont la plupart seront organisées en ligne. Les affaires commenceront dès cet automne et se poursuivront jusqu’au début du printemps 2018.

r

Man Ray, Rayograph, 1928 © Christie’s

Vendre pour racheter

Aux États-Unis, il est autorisé par The American Alliance of Museums qu’une institution se sépare de plusieurs pièces de son fonds permanent si et seulement si l’argent récolté se trouve réinvesti dans de nouveaux achats artistiques. Pour le moment, le MoMa n’a pas souhaité préciser dans quel type d’œuvres d’art il compte placer l’argent gagné suite à la série de ventes aux enchères.

Chaque enchère sera consacrée à une série de photographies réalisées par le même artiste. Parmi les pièces qui risquent de s’arracher à prix d’or, on trouve deux tirages uniques de la série « Rayographs » réalisée par Man Ray entre 1923 et 1928, les deux images étant estimées entre 200 000 et 300 000 dollars et 150 000 et 250 000 dollars.

Ces deux clichés à la technique unique (les objets photographiés ont été placés directement sur du papier photosensible et exposés à la lumière) seront mis en vente le 10 octobre prochain. Voilà donc une nouvelle série de ventes à suivre de très près…

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE