Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 L'ENVOL, OU LE RÊVE DE VOLER

16/06/2018 > 28/10/2018

La maison rouge

- PARIS

expo_cercle_2 RODIN ET LA DANSE

06/04/2018 > 22/07/2018

Musée Rodin - Paris - PARIS
expo_cercle_3 HABITER MIEUX HABITER PLUS

05/04/2018 > 02/09/2018

Pavillon de l’Arsenal - PARIS
expo_cercle_4 GUERNICA

27/03/2018 > 29/07/2018

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Arpenteur des mers, Grégory Lecoeur nommé « Photographe nature de l’année » par le National Geographic

Laura Bourdon 1 août 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

C’est un chasseur d’images sous-marines, il nous dépeint le monde subaquatique avec des clichés d’une grande sensibilité. Grégory Lecoeur, 39 ans, niçois, vient d’être nommé « Photographe nature de l’année », par le prestigieux magazine américain National Geographic.

Cape gannet bird taking advantage of the dolphins to dive and eat sardines.Sardine run en Afrique du Sud

Sardine run © Grégory Lecoeur

Grégory Lecoeur a comme connu « plusieurs vies ». Il y a quelques années encore, il prospérait dans une activité commerciale, à son nom. Mais cet enfant de la Méditerranée a décidé, à l’âge de 32 ans, de vivre pleinement sa passion. Plongeur de longue date, équipé d’un matériel de haute qualité, Grégory Lecoeur explore les bas-fonds des mers pour nous en rapporter des clichés exquis, racontant la vie de la faune et de la flore, fragile, qui peuple l’écosystème sous-marin.

Son premier grand voyage fut le Galaapagos. Puis, la passion du photographe l’emmène en Equateur, en Floride, aux Bahamas… Il parcourt les Amériques et amasse quantité de clichés d’une étonnante variété. Baleines, dauphins, crocodiles, requins, orques, phoques, Grégory Lecoeur révèle au public l’invisible, la beauté mystérieuse et extraordinaire de l’environnement marin.

19958900_10155633175393919_3534929808512689320_n_1

© Grégory Lecoeur

« Mon style personnel et singulier est le résultat d’une combinaison idéale entre mes compétences de plongée, mes connaissances en biologie marine, et mon œil aiguisé pour la photographie », confie-t-il. A son retour en France, Grégory Lecoeur envoie ses images aux magazines et maisons d’édition. Avant de finalement, repartir pour de nouvelles aventures subaquatiques. Son travail fut déjà récompensé, et salué internationalement, notamment lorsqu’il est nommé « Plongeur d’argent » au Festival de l’image sous-marine de Marseille en 2013, puis, deux ans plus tard, « Plongeur d’or » lors de ce même festival.

Pour National Geographic, la photographie par laquelle il obtient son titre de « Photographe nature de l’année » est celle, insolite, d’une « sardine run ». C’est-à-dire, la migration annuelle des sardines (ici, en Afrique du Sud).

Sans titre

© Grégory Lecoeur

En véritable passeur d’émotions, Grégory Lecoeur cherche à dévoiler un pan moins connu de la nature ou en tout cas, plus difficile d’accès ; mais aussi et surtout à sensibiliser autour de la question de la fragilité des écosystèmes, et la préservation de la biodiversité. Pour plus d’informations (et d’autres clichés merveilleux) de l’artiste, rendez-vous sur sa page !

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE