Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 NYMPHÉAS

13/04/2018 > 20/08/2018

Musée de l’Orangerie - PARIS
expo_cercle_3 ARTISTES & ROBOTS

05/04/2018 > 09/07/2018

Grand Palais - PARIS
expo_cercle_4 RODIN ET LA DANSE

06/04/2018 > 22/07/2018

Musée Rodin - Paris - PARIS

LA NEWSLETTER

Perdue depuis plus de 40 ans, une célèbre toile d’Andy Warhol aurait été retrouvée

Laura Bourdon 24 juillet 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Il l’avait totalement oubliée. La légendaire rockstar américaine Alice Cooper, aussi ami d’Andy Warhol dans le New-York décadent des années 1970, a récemment retrouvé une œuvre de la série Death and Disaster, une Little Electric Chair sur fond rouge qui aurait été réalisée entre 1964 et 1965. Depuis plus de quarante ans, la sérigraphie était roulée dans un tube et déposée dans un entrepôt de stockage.

620

Andy Warhol & Alice Cooper, 1974. Photographie : Courtesy Bob Gruen

Elle dormait là, depuis l’année 1973 où l’ex petite amie d’Alice Cooper aurait acquis l’œuvre auprès d’Andy Warhol, puis fut déposée dans un entrepôt à température contrôlée de Los Angeles parmi les souvenirs de tournée de la rockstar.

Une acquisition à 2 500$

L’histoire débute dans les années 1970, quand Alice Cooper s’installe à New-York avec la jeune modèle Cindy Lang, qui a par ailleurs fait la couverture du magazine Interview d’Andy Warhol. Cooper côtoie le célèbre Max’s Kansas City, lieu devenu culte pour avoir été celui de l’enregistrement du premier album live du Velvet Underground et vu passer en son sein les musiciens de la scène punk rock et new wave des années 1970 à New-York, de Patti Smith à Blondie, Wayne County & the Electric Chair et bien sûr le pape du pop-art, Andy Warhol. Cooper et Warhol se seraient liés d’amitié.

Un jour Andy Warhol assiste à un concert déjanté d’Alice Cooper, réputé pour ses mises en scène et son sens du spectacle, souvent théâtral, notamment lorsqu’il se met en scène feignant l’électrocution dans une chaise électrique. A la suite de ce concert, Cindy Lang songe à  acheter l’une des sérigraphies d’Andy Warhol pour l’offrir à Cooper, celle avec la chaise électrique pour motif, allégorie de la mort dans une Amérique bousculée par l’assassinat de Kennedy quelques années plus tôt. Elle l’aurait acquis pour 2 500 $, en 1973.

1210

 Little Electric Chair, Andy Warhol. Photographie : Courtesy Alice Cooper

Cooper étant pris par sa tournée, il dépose l’œuvre roulée dans un tube dans un entrepôt. Depuis, elle n’aura pas revu le jour. Jusqu’à ce qu’une discussion entre Cooper, son manager de longue date Shep Gordon et Ruth Bloom, marchand d’art basé à Los Angeles, ravive en la rockstar le souvenir de ce précieux cadeau.

Non-authentifiée

Elle pourrait valoir des millions. La dernière acquisition d’une pièce de cette même emblématique série date de 2015, elle est réalisée par Christie’s qui récolte 11,6 millions de dollars pour une version datée de 1964, une Little Electric Chair de couleur verte. Or, la version d’Alice Cooper n’est pas authentifiée, et les démarches auprès de la Andy Warhol Foundation for the Visual Arts sont dorénavant vaines puisque l’institution a stoppé depuis 2011 l’authentification d’œuvres, après une longue bataille légale liée à un autoportrait de Warhol détenu par un collectionneur britannique.

Shep Gordon fait donc appel à Richard Polsky, expert du travail d’Andy Warhol, auteur, qui offre en parallèle ses services d’authentification d’œuvres de manière indépendante. Bien que la toile ne soit pas signée, selon ce dernier il n’y a aucun doute et « tout se vérifie » ; il s’agirait d’une toile réalisée entre 1964 et 1965, aussi Polsky envisage d’inclure l’œuvre à la partie « ajout » du catalogue raisonné d’Andy Warhol, dont il s’occupe.

Alors, quelle prochaine étape pour l’œuvre longtemps endormie ? Possiblement une revente, or, d’après le magazine News Artnet, il est peu probable qu’une grande maison de vente aux enchères s’intéresse à une œuvre non-signée, authentifiée non-pas par la Fondation d’Andy Warhol mais par Polsky. Pour le moment, Cooper aurait décidé de donner une seconde vie à l’œuvre en l’accrochant dans son salon.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE