Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 MONET COLLECTIONNEUR

14/09/2017 > 14/01/2018

Musée Marmottan Monet

- PARIS

expo_cercle_2 LE JARDIN SECRET DES HANSEN

15/09/2017 > 22/01/2018

Musée Jacquemart-André - PARIS
expo_cercle_3 RAYMOND DEPARDON

13/09/2017 > 17/12/2017

Fondation Henri Cartier-Bresson - PARIS
expo_cercle_4 ANDERS ZORN

15/09/2017 > 17/12/2017

Petit Palais - PARIS
expo_cercle_5 L'ART DU PASTEL

15/09/2017 > 08/04/2018

Petit Palais - PARIS

LA NEWSLETTER

A Los Angeles, une jeune femme dévaste une oeuvre d’art en prenant un selfie

Laura Bourdon 17 juillet 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

A la 14th Factory de Los Angeles, lieu éphémère qui a ouvert ses portes en mars dernier, une femme crée le buzz. Tâchant d’obtenir « le selfie parfait », elle renverse toute une rangée d’œuvres d’art qui s’écroulent les unes après les autres dans un effet domino.

The 14th Factory est un lieu d’art éphémère à but non lucratif, qui a ouvert ses portes en mars dernier sous l’égide de l’artiste Simon Birch, basé à Hong-Kong. L’immense entrepôt déploie des installations d’art contemporain, dont l’œuvre baptisée « Hypercaine », objet de tous les regards depuis le 13 juillet dernier alors qu’une femme en a dévasté une grande partie, tentant d’en immortaliser le souvenir avec un selfie… Une maladresse dont le coût s’élève à 200 000 dollars, soit 174 000 euros.

Plusieurs centaines de milliers d’euros pour une maladresse

La scène s’est déroulée sous le regard circonspect des autres visiteurs. Une jeune amatrice d’art a souhaité sceller son passage devant l’œuvre Hypercaine présenté à la 14th Factory, à Los Angeles. Pour ce faire, la jeune femme, bras tendu, s’approche au plus près du piédestal sur lequel est gracieusement posée une couronne, puis s’accroupit et trébuche… entraînant dans sa chute la lignée complète de piédestaux et l’ensemble des œuvres présentées.

Gloria Yu, l’une des artistes impliquées dans l’exposition, a déclaré au site Hyperallergic que trois des œuvres (sur la soixantaine présentées) avaient été totalement détruites, tandis que les autres ne seraient que « partiellement endommagées ». Une malencontreuse chute qui causa néanmoins 200 000 dollars de dégâts ; car si certaines couronnes présentées étaient fabriquées à partir de bois ou de nylon, d’autres étaient réalisées à partir d’or, de marbre ou d’argent.

Très rapidement transmise sur les réseaux sociaux, la viralité de la vidéo a fait émerger des soupçons quant à l’authenticité de la maladresse, évoquant parfois un coup de publicité, voire un coup « marketing », comme en témoigne le magazine The Guardian. En effet, si la vidéo a d’abord été captée par la caméra de surveillance de la galerie, une personne soit-disant « proche » de Simon Birch l’a utilisée sur YouTube le 13 juillet dernier invitant le public à visiter l’exposition.

Alors, buzz ou véritable maladresse ? N’en reste pas moins que ce n’est pas la première fois qu’une histoire de ce genre a lieu, puisqu’en février dernier déjà, un visiteur détruisait une citrouille de Yayoi Kusama, là aussi, en prenant un selfie…

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE