Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 PICASSO. BLEU ET ROSE

18/09/2018 > 06/01/2019

Musée d'Orsay

- PARIS

expo_cercle_2 CLEMENCEAU, LE COURAGE DE LA RÉPUBLIQUE

01/11/2018 > 10/02/2019

Panthéon - PARIS
expo_cercle_3 MADAGASCAR

18/09/2018 > 01/01/2019

Musée du quai Branly - Jacques Chirac - PARIS
expo_cercle_4 TRÉSORS DE KYŌTO

26/10/2018 > 27/01/2019

Musée Cernuschi - PARIS

LA NEWSLETTER

L’obscure clarté des costumes espagnols, à la maison de Victor Hugo

Agathe Lautréamont 3 juillet 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Après une première exposition consacrée au couturier Balenciaga au Musée Bourdelle, le Palais Galliera poursuit son partenariat avec les musées de la ville de Paris avec un nouvel accrochage, cette fois-ci organisé au sein de la Maison de Victor Hugo. L’institution muséale de la Place des Vosges propose, jusqu’au 24 septembre prochain, l’événement « Costumes espagnols : entre ombre et lumière », un parcours passionnant consacré aux vêtements traditionnels des diverses régions de la péninsule ibérique. De belles pièces et un voyage dans le temps réussi !

10. Tolède - Mariée

Costume de mariée de Lagartera – Province de Tolède © Museo Del Traje

Bien sûr, lorsque l’on rapproche l’immense écrivain Victor Hugo de l’Espagne, l’on pense d’emblée à la célèbre pièce de théâtre Ruy Blas, drame romantique créé en novembre 1838 et dont l’action se déroule dans l’Espagne du XVIIe siècle. D’ailleurs en guise d’introduction, c’est une sélection de photographies qui accompagne le visiteur dans le bel escalier de la Maison de Victor Hugo qui mène aux salles d’expositions temporaires.

Sur ces clichés d’époque, nous croisons des visages familiers de l’univers du théâtre français : pour la fin du XIXe siècle, le monstre sacré Sarah Bernhardt, pour le XXe siècle un peu plus proche de nous, Jean Vilar.

Puis, nous pénétrons enfin dans le parcours temporaire de l’institution culturelle de la Place des Vosges. À nouveau, ce sont des photographies qui attirent le regard du visiteur : des images en noir et blanc ou d’une émouvante teinte sépia, saisies par le photographe espagnol José Ortiz Echagüe (1886 – 1980), très célèbre dans son pays natal pour ses clichés devenus mythiques des costumes espagnols encore très portés au début du XXe siècle.

C José Ortiz Echagüe - Salamanque

José Ortiz Echagüe, Femmes “Charras” de Salamanque © Museo Universidad de Navarra

Ces clichés, reproduits sur du papier au charbon, s’insèrent dans une démarche ethnographique et patrimoniale. Désireux de conserver une trace des traditions de son pays, il demandait aux populations qu’il rencontrait de prendre la pose dans leurs plus beaux costumes, souvent dans des paysages riches de monuments célèbre ou de bâtiments typiques de la région espagnole où il se trouvait. D’une pierre, deux coups.

Et si l’on observe avec beaucoup de plaisir ces photographies mettant en scène d’élégantes espagnoles revêtues de mantilles délicates ou des fillettes portant robes brodées et mitaines ouvragées, les véritables stars de l’exposition, sans nul doute, demeurent les costumes en eux-mêmes.

Réunis dans le parcours temporaire de la Maison de Victor Hugo, quarante costumes présentent leur complexité, leurs détails, leur précision, leurs couleurs chatoyantes au regard du visiteur.

4 © B. Fougeirol

Scénographie de l’expositon © B. Fougeirol

Presque tous sont accompagnés de cartels, précisant la région espagnole dans laquelle le vêtement était (ou est encore) porté ainsi que ses spécificités. Car on le devine, chaque costume traditionnel se veut particulièrement représentatif de son lieu d’origine. La région est-elle connue pour ses élevages d’ovins ? On retrouvera beaucoup de laine et de cuir de mouton dans les jupes, sur-jupes et pourpoints.

La zone géographique était-elle imprégnée de superstitions et autres mythes ? Corsets et gilets se parent de grigris, porte-bonheur, babioles et médailles censés attirer la chance sur leur porteur. Enfin, du côté de Cadix, en Andalousie, exit les couleurs vibrantes, les bustiers et les dentelles. La région ayant été sous domination musulmane, les femmes revêtent la cobijada, austère robe taillée dans un épais tissu sombre, dont l’ample capuche doit masquer le visage de celle qui la porte.

6. Andalousie - Femme de Huelva

Costume de femme de Huelva – Province d’Andalousie © Museo Del Traje

Au travers de tous ces vêtements masculins comme féminins, le visiteur de l’exposition temporaire peut passer en revue l’histoire de l’Espagne, du XVIIIe siècle au début du XXe siècle. Nous découvrons l’histoire religieuse, les croyances, les cérémonies, les métiers, les groupes sociaux… Mais toujours, chaque région déploie une créativité étonnante, allant parfois jusqu’à une certaine extravagance dans les superpositions de matières, de bijoux ou de couleurs.

Le cheminement est donc passionnant, il ravira les amoureux d’histoire du costume, les passionnés de l’Espagne. « Costumes espagnols : entre ombre et lumière » est le deuxième volet de la Saison Espagnole organisée par le Palais Galliera. Celle-ci se clôturera par un troisième et dernier événement consacré à Mariano Fortuny, qui doit ouvrir le 4 octobre prochain.

COSTUMES ESPAGNOLS

21/06/2017 > 24/09/2017

Maison de Victor Hugo

PARIS

La Maison de l’écrivain français le plus hispanophile, Victor Hugo, accueille un remarquable ensemble de costumes traditionnels espagnol...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE