Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CHRISTIAN DIOR

05/07/2017 > 07/01/2018

Les Arts Décoratifs

- PARIS

expo_cercle_2 LE PAYSAGE JAPONAIS

21/06/2017 > 02/10/2017

Musée Guimet - PARIS
expo_cercle_4 COSTUMES ESPAGNOLS

21/06/2017 > 24/09/2017

Maison de Victor Hugo - PARIS
expo_cercle_5 OLGA PICASSO

21/03/2017 > 03/09/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Galerie Rouge : un nouvel espace de création contemporaine en carrière souterraine

Laura Bourdon 28 juin 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Depuis le 16 juin dernier, date de son inauguration, la Maison de la Pierre située à Saint-Maximin près de Senlis offre un nouvel espace de création contemporaine. Pas moins de 500 m² entièrement dédiés à la rencontre entre l’art numérique et les savoir-faire artisanaux des carriers et tailleurs de pierre, dans l’enceinte d’une carrière souterraine à seize mètres sous terre. Signant son ouverture, l’artiste Christian Delécluse intervient avec une installation in situ pérenne, un « fil rouge » évocateur de l’énergie si singulière de ce lieu, qui vient sublimer l’espace… Visite.

Inversion - image projetée 2 (1)

Inversion – l’encéphalogramme sismique de Marcel., Galerie Rouge © Christian Delécluse

La Maison de la Pierre de Saint-Maximin a rouvert ses portes en 2014, sous la direction d’une nouvelle équipe dirigée par Annie Gondras. De 9 000 visiteurs en 2014, elle a reçu 20 000 visiteurs en 2016. Un succès dû au dynamisme et à l’investissement hors pair d’une équipe généreuse et ouverte aux expérimentations, ainsi le confirme l’inauguration de son nouvel espace souterrain de 500 m² entièrement consacré aux arts et la création contemporaine.

Pour marquer son ouverture, l’artiste français (né à Senlis en 1974) Christian Delécluse est intervenu avec une installation in situ intitulée « Inversion – Encéphalogramme sismique de Marcel », clin d’œil duchampien ; prenant la forme d’un tube de néon rouge de plus de 150 mètres de long, créant l’image d’une flamboyante fissure lumineuse qui s’adapte aux fracturations naturelles de la roche.

Inversion - projet réalisé 4 (1)

Inversion – l’encéphalogramme sismique de Marcel., Galerie Rouge © Christian Delécluse

Tout est né d’une rencontre. D’une rencontre avec le lieu d’abord, puisque l’artiste s’intéresse depuis toujours aux lieux peu communs, cherchant à faire sortir l’art des lieux de monstrations traditionnels. Pour Christian Delécluse, le choix de l’espace est loin d’être anodin. A lui seul, il raconte une histoire à laquelle l’intervention artistique répond, lui insufflant une dynamique sensible et créative.

« Quand j’ai découvert en 2015 la Maison de la Pierre, j’ai eu un véritable coup de cœur. Cela m’a fait penser à une traversée du miroir, comme si l’on changeait tout à coup de dimension », confie-t-il. Par ailleurs, Christian Delécluse s’intéresse à la rencontre entre technologie et nature, ainsi son intervention marque l’avènement d’un élément naturel au cœur d’un espace entièrement bâti par l’homme.

Inversion - projet réalisé 1 (1)

Inversion – l’encéphalogramme sismique de Marcel., Galerie Rouge © Christian Delécluse

L’idée a été d’imaginer un tracé, un parcours, une histoire, suivant une ligne qui se dessine en épousant le relief et les fractures naturelles de la roche, offrant une lecture à la fois onirique et fragmentée du chemin. Symbolisant l’énergie du lieu, cette longue fissure lumineuse vient mettre en lumière et magnifier l’espace souterrain. Elle évoque les ondes sismiques et l’activité électrique des principaux organes humains, le cœur et le cerveau ; tandis que le choix de sa couleur, le rouge, évoque la lave et les forces telluriques de la nature.

Le gaz est visible à l’intérieur du néon, qui forme une sorte d’ « éclair lumineux » dès que le courant passe, un phénomène naturel recherché par l’artiste. Aussi, le choix du matériau, le néon, fait écho à la place des carriers et tailleurs de pierre et de leur savoir-faire, puisque sa forme courbe résulte du travail d’un artisan, le souffleur de verre. Il y a donc un vrai travail avec la main, le geste, celui de l’artisan ; une volonté chère à l’artiste.

D’autres installations devraient voir le jour, notamment dans le cadre d’un prochain temps fort prévu pour le printemps 2018, le festival « Vibrations souterraines », où des productions collaboratives entre artistes et artisans seront présentées sous forme d’exposition et de performances. Il est prévu d’inviter artistes émergents et confirmés à réfléchir autour des traces fictives ou réelles de ce lieu chargé d’histoire (la carrière est datée du XVIe siècle, une partie de ses pierres ont notamment servi à la construction du Château de Versailles). Underground et alternatif, la Galerie Rouge est promue à un bel avenir, portée par l’enthousiasme de sa directrice Annie Gondras qui désire de faire de ce lieu « un espace de partage, dynamique et non-figé, en créant des ponts entre l’art et la pierre »… à découvrir sans plus attendre !

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE