Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 CIAO ITALIA

28/03/2017 > 10/09/2017

Musée de l'histoire de l'immigration - PARIS
expo_cercle_4 STEVEN PIPPIN

14/06/2017 > 11/09/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Deux aquarelles du Petit Prince s’envolent pour un demi-million d’euros

Agathe Lautréamont 16 juin 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

L’ouvrage figure parmi les livres les plus vendus de l’histoire, son récit a bouleversé des générations d’enfants et d’adultes depuis sa parution en 1943 et ses illustrations, qui apparaissent de temps en temps sur le marché de l’art, font le bonheur des collectionneurs. Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry n’a pas fini de susciter admiration et recherche. Preuve en est la dernière vente organisée par Artcurial, où deux illustrations du plus célèbre des petits princes se sont envolées pour un demi-million d’euros…

exu 2

Une des aquarelles proposées à la vente © Artcurial

C’est un petit garçon à la crinière dorée ébouriffée, reconnaissable entre tous. Les détails de son visage sont réduits au strict minimum : deux cercles pour les yeux, deux traits pour le nez et la bouche. Et toujours, son éternelle longue écharpe emportée par le vent, prête à se dénouer d’un cou qu’on imagine si gracile… Ce garçonnet, c’est bien évidemment le Petit Prince imaginé par l’écrivain et aviateur Antoine de Saint -Exupéry.

Et ses représentations par le génial auteur disparu en 1944 ne cessent de s’arracher sur le marché de l’art. Car oui, Le Petit Prince attire les foules, que l’on soit amoureux du récit intemporel de Saint-Exupéry ou simplement amateur d’aquarelles délicates. Toujours est-il que chez Artcurial, en milieu de semaine dernière, les potentiels acquéreurs étaient au rendez-vous.  L’an dernier, plus précisément en mai 2016, la même maison de vente avait proposé une aquarelle originale de ce conte pour enfants et adultes, qui avait trouvé propriétaire pour 133 000 euros.

Premier lot à passer sous le marteau du commissaire-priseur : un ensemble de onze dessins représentant le petit garçon innocent sur sa planète où pousse une seule rose, ou encore ses rencontres au fil du roman : l’allumeur de réverbères, le buveur triste… Mise à prix : quarante mille euros. La bataille des enchères fit rage entre plusieurs intéressés présents dans la salle, mais également via internet ou par téléphone.

exu 1

Une illustration proposée à la vente © Artcurial

Des batailles d’enchères

Des collectionneurs internationaux ont lorgné cet ensemble de croquis. Finalement, l’ensemble d’illustrations est adjugé pour la somme de 104 000 euros, soit un tout petit peu plus que l’estimation haute qui était de 100 000 euros. L’heureux acquéreur ? Un collectionneur européen, qui n’a pas souhaité révéler son identité.

Puis vient le tour d’un autre lot, une aquarelle très rare représentant le Petit Prince de dos, assis sur une chaise, contemplant l’horizon qui s’étend au-delà de sa toute petite planète ronde. L’atmosphère est aussi poétique que mélancolique, avec ces quelques fleurettes qui viennent égayer le sol nu de la planète de l’enfant. L’œuvre réalisée par Saint-Exupéry est proposée à partir de 50 000 euros.

Cette fois-ci, ce sont deux collectionneurs par téléphone qui se sont battus pour que l’œuvre tombe dans leur escarcelle. Et cette fois-ci, c’est un autre amateur d’art européen qui parvient à mettre la main sur la peinture, pour la somme de… 294 000 euros, ce qui revient à plus de deux fois son estimation, qui était située entre 110 000 et 140 000 euros.

REMY GABALDA AFP

Une des aquarelles proposées à la vente © Rémy Gabalda – Articurial

Dessine-moi un mouton

Dernier lot à passer sous le marteau du commissaire-priseur : une seconde aquarelle, montrant le garçonnet allongé dans l’herbe, admirant les fleurs qui poussent autour de lui. Une illustration, d’ailleurs, que l’on retrouve dans l’édition originale du roman d’Antoine de Saint-Exupéry. Comme pour la précédente peinture, la mise à prix démarre à 50 000 euros… et elle sera finalement adjugée à 226 000 euros, frais inclus. L’acheteur, présent chez Artcurial, a tout de suite quitté la salle de vente, souhaitant probablement éviter le feu des projecteurs après une telle acquisition.

Pour Artcurial, c’est un soulagement : la vente aux enchères s’est passée à merveille. Mais surtout, elle prouve encore que les aventures de l’enfant-prince imaginées par l’aviateur-romancier ne cesseront probablement de fasciner les différentes générations. Les parents qui ont grandi avec Le Petit Prince transmettront ce récit naïf et poétique à leurs propres enfants, perpétuant une chaîne de rêve et d’imaginaire à laquelle on souhaite ne jamais connaître de fin.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE