Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 VISAGES

09/11/2018 > 15/12/2018

Institut Hongrois

- PARIS

expo_cercle_3 DEMAIN, LE VAISSEAU CHIMÈRE

08/11/2018 > 13/01/2019

Galerie des Galeries - PARIS
expo_cercle_4 MEIJI

17/10/2018 > 14/01/2019

Musée Guimet - PARIS

LA NEWSLETTER

Les portraits de Cézanne se révèlent au Musée d’Orsay

Agathe Lautréamont 13 juin 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le Docteur Gachet, son épouse Hortense Fiquet, l’oncle Dominique, le critique d’art Gustave Geffroy… Toute sa vie, Paul Cézanne réalisa les portraits de son entourage, de sa famille, de ses amis et fréquentations professionnelles, nous laissant à sa mort pas moins de deux cents tableaux révélant son cercle intime. Ces portraits sont aujourd’hui exposés au sein du Musée d’Orsay, dans le premier accrochage jamais consacré à cette branche du travail de l’artiste. « Portraits de Cézanne » se révèle un accrochage émouvant et très intéressant, à visiter jusqu’au 24 septembre prochain…

Paul_Cézanne_-_Garçon_au_gilet_rouge

Paul Cézanne, Le garçon au gilet rouge, 188-1890

Lorsque l’on évoque le nom de Paul Cézanne, se glisse immédiatement dans nos esprits les portraits chamarrés de cet homme du sud, qui passa une grande part de sa vie à mener d’indénombrables allers-retours entre Paris où bouillonne le monde de l’art et son Aix-en-Provence de cœur, où naquit son indéfectible amitié avec l’écrivain Émile Zola.

On perçoit en pensées les paysages d’ocre et de jaune réalisés dans sa région natale baignée d’un soleil écrasant, on se remémore ses natures mortes aux lignes fracturées, annonciatrices d’une modernité encore en incubation. « Je vais étonner les parisiens avec une pomme ! » se plaisait-il à déclarer, confiant dans son art et dans ses visions modernes.

Pourtant, il est une frange du travail pictural de Paul Cézanne qui demeure mal connue, peu voire pas étudiée et en cela, le Musée d’Orsay réalise une véritable première en concevant cette exposition temporaire à découvrir jusqu’au mois de septembre prochain. Cette branche du travail du peintre, c’est celle consacrée au portrait.

R107

Paul Cézanne, L’homme au bonnet de coton, vers 1866

Connais-toi toi-même

Comme beaucoup, Paul Cézanne commença par représenter ce qu’il connaissait peut-être le mieux : son propre visage. Dans le parcours temporaire de l’exposition, on ne comptabilise plus les autoportraits, dont ceux de début de carrière se retrouvent à porter les stigmates d’une violence d’exécution rare dans l’art de la fin du XIXe siècle. Cézanne appose ses couleurs par des touches particulièrement épaisses, qui confèrent puissance mais aussi volume à ses traits représentés sans concession.

Cernes, yeux injectés de sang, teint sombre… L’artiste, dès ses jeunes années de peintre, donne un coup de pied dans la fourmilière du Salon en refusant les compositions classiques accolées au domaine du portrait, suivant un itinéraire esthétique qui lui est propre, plus sinusoïdal que direct, mais il y glane assez rapidement son objectif premier : être considéré comme un créateur hors-norme.

Sa hardiesse surprend, ses touches de couleurs brutales rebutent, sa frontalité choque, ses expérimentations étonnent. Là où un visage doit être réalisé avec la plus méticuleuse des touches, Cézanne lui, les exécute au couteau à palette. Impossible de se surprendre, dès lors, lorsqu’on apprend que Cézanne est considéré comme le père de la modernité en peinture, tant il osa aller loin dans ses recherches, ses tentatives.

paysan assis

Paul Cézanne, Paysan assis, 1900 – 1904

Moderne

Ami du groupe des impressionnistes, en particulier avec Camille Pissarro, le peinte originaire du sud de la France a su se nourrir au milieu des années 1870 des recherches de cette école artistique qui fut, pourtant, si décriée au moment de sa création. Cézanne, lui aussi, décomposa le spectre de la lumière sur ses portraits, n’hésitant pas à utiliser des aplats de bleu, vert et mauve sur les traits des amis qui lui servent de modèle.

Mais dans cette brusquerie d’exécution, il est impossible de ne pas déceler une grande sensibilité. Et l’illustration la plus éloquente de cette affectivité émanant de l’artiste se décèle dans sa série de portraits consacrés à son épouse, Hortense Fiquet.

Les liens du couple furent orageux pendant de longues années, les deux amants se confrontant au refus du père de Cézanne de voir les amoureux s’unir par les liens du mariage (leur fils, d’ailleurs, naîtra hors-mariage mais sera néanmoins immédiatement reconnu par le peintre).  Pourtant, au milieu des années 1875, le couple parvint à se redécouvrir et Cézanne exécuta de très nombreux portrait de sa compagne, célébrant la constance et la tranquillité de cette femme sur laquelle, il le savait, il pouvait se reposer sans crainte.

cé

Paul Cézanne, Portrait de l’artiste au fond rose, vers 1875

Une réussite

Aussi le visiteur sort-il de cette exposition consacrée aux portraits de Paul Cézanne le cœur gros d’émotions et de ressentis nouveaux. Cet accrochage nous donne en effet à voir un tout autre peintre que celui que l’Histoire de l’art retient traditionnellement. Nous avons vu le peintre vieillir, ses conceptions de l’art évoluer, ses amitiés se faire et se dénouer au long des aléas de l’existence. Et toujours, ces recherches picturales sans concession, pures et exaltées.

PORTRAITS DE CÉZANNE

13/06/2017 > 24/09/2017

Musée d'Orsay

PARIS

Paul Cézanne a peint près de deux cents portraits au cours de sa carrière, dont vingt-six autoportraits et vingt-neuf représentant son ...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE