Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 PORTRAITS DE CÉZANNE

13/06/2017 > 24/09/2017

Musée d'Orsay

- PARIS

expo_cercle_2 WALKER EVANS

26/04/2017 > 14/08/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 ED VAN DER ELSKEN

13/06/2017 > 24/09/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 OLGA PICASSO

21/03/2017 > 03/09/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Ed van der Elsken, la fureur de vivre au Jeu de Paume

Agathe Lautréamont 13 juin 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Véritable monument de la photographie de rue aux Pays-Bas, quelque peu moins connu en France, Ed van der Elsken (1925-1990) n’en demeure pas moins un des grands noms de l’image du XXe siècle. Armé de son Rolleiflex, puis de son inséparable Leica, l’artiste errait à travers les rues d’Amsterdam, de Tokyo, de Paris, pour capter des instants de vie. Instants qu’il provoquait, parfois, en interpelant son modèle du jour avant de s’enfuir, cliché mythique sur la pellicule et sourire aux lèvres. Le Jeu de Paume organise, jusqu’au 24 septembre prochain, une rétrospective d’ampleur sur le facétieux photographe…

EdVanDerElsken_05

Ed van der Elsken, Ann, Manuel, Geri, Paris, 1950 © Ed van der Elsken – Stedelijk Museum

Au tout début des années 1960, en plein cœur du quartier très animé de Nieuwmarkt d’Amsterdam, quatre jeunes prennent la pose sur un cliché en noir et blanc, constellé d’un épais grain argentique. Regard de braise, mèche de cheveux plaquée en arrière à grand renfort de gomina, blouson de cuir et rouge à lèvre.

Les deux couples semblent amusés, jouent avec leurs attitudes travaillées face à l’objectif d’un photographe qui n’hésita pas à se diriger droit vers eux avant de leur lancer une invitation un peu provocante à prendre la pose, le temps d’un cliché à voler puis développer dans l’obscurité rougeâtre d’une chambre noire. Ce photographe, c’est Ed van der Elsken, qui aimait à se présenter comme un véritable « chasseur » aussi bien d’images que de sujets.

EdVanDerElsken_10

Ed van der Elsken, Paris, 1979 © Ed van der Elsken – Stedelijk Museum

Disparu en 1990 des suites d’une longue maladie, van der Elsken est considéré comme un véritable pilier de la photographie de rue dans son pays natal, les Pays-Bas. Son œuvre intransigeante, forte, osée, mais toujours empreinte d’une grande urgence de vivre, passionne les amoureux de photographie et les amateurs de pellicule.

Car au-delà de capturer des instants de vie dans les mégalopoles qu’il a parcourues au cours de son existence, les clichés pris par le néerlandais sont également à lire comme de véritables autoportraits, des manifestes de sa propre vision de l’image, tout comme de la réalité.

ata

Ed van der Elsken, Ata Kandó, 1952 © Ed van der Elsken – Stedelijk Museum

En début de parcours, nous notons avec une certaine émotion la présence d’un portrait (cadré très serré) de la grande photographe d’origine hongroise Ata Kandó (1913 – ), qui fut mise en avant par le Fotomuseum de Rotterdam en septembre 2016. Rien de surprenant à trouver un portrait de cette femme exceptionnelle en bonne place dans le parcours, les deux artistes ayant été en couple avant de suivre des chemins séparés, en 1955. Les grandes étapes de l’existence d’Ed van der Elsken sont ainsi décryptées par le Jeu de Paume, dans la première grande rétrospective jamais consacrée au photographe en France.

EdVanDerElsken_18

Ed van der Elsken, Fille dans le métro, Tokyo, 1981 © Ed van der Elsken – Stedelijk Museum

Une vie trépidante, remplie peut-être jusqu’à l’excès, toute tournée vers l’amour de l’image ; figée (photographie argentique en noir et blanc, mais aussi en couleur) ou mouvante (on doit à van der Elsken plusieurs films et documentaires, dont le très émouvant Bye, testament filmé où l’artiste a documenté la lente mais inéluctable progression du cancer de la prostate qui l’emporta en 1990).

Comment alors, définir le travail du photographe néerlandais, si prolifique, grignoté par l’urgence de vivre, envahi par le besoin de ressentir intensément les vibrations des individus évoluant autour de lui ? Refusant l’indifférence à l’Autre, van der Elsken traquait aux quatre coins du monde des visages, des « gueules » comme on le dit dans le jargon du cinéma : ces faces portant les stigmates d’une vie, les rides d’un trop long éclat de rire, le maquillage affadi après une nuit de fête et d’ivresse.

zie Wolfsburg-catalogus pag. 106

Ed van der Elsken, Quartier de Nieuwmarkt, Amsterdam, 1978 © Ed van der Elsken – Stedelijk Museum

Sans attache, volontiers bohème, anticonformiste, Ed van der Elsken était constamment en quête de ceux et celles qu’il appelait affectueusement « les siens » : des individus, peu importe leur genre, peu importe leur âge, du moment qu’ils portaient en eux (ou sur leurs traits) ces mêmes traces qui prouvent que la personne photographiée n’aura cherché qu’à brûler la chandelle par les deux bouts.

Mais c’est justement une beauté que cherchait l’artiste néerlandais : ces éclats étincelants, furieux, ardents, qui ne laissent pas de place au hasard ni à l’assagissement. Les photographies exposées dans le parcours du Jeu de Paume en attestent : elles vibrent, il s’en dégage une grande puissance, une joie indicible et un ton effronté. On en redemande !

ED VAN DER ELSKEN

13/06/2017 > 24/09/2017

Jeu de Paume

PARIS

Ed van der Elsken (1925-1990) est une figure unique de la photographie et du cinéma documentaire néerlandais du XXe siècle. En photograph...

87
jours restants
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE