Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 NYMPHÉAS

13/04/2018 > 20/08/2018

Musée de l’Orangerie - PARIS
expo_cercle_3 ARTISTES & ROBOTS

05/04/2018 > 09/07/2018

Grand Palais - PARIS
expo_cercle_4 RODIN ET LA DANSE

06/04/2018 > 22/07/2018

Musée Rodin - Paris - PARIS

LA NEWSLETTER

Le musée Guggenheim de New-York célèbre l’anniversaire de Franck Lloyd Wright, son créateur

Laura Bourdon 7 juin 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

A l’occasion du 150e anniversaire de naissance de Franck Lloyd Wright, célèbre architecte et concepteur (entre autres) du musée Guggenheim de New-York, l’institution culturelle organise durant tout ce mois de juin des rendez-vous dédiés à la mémoire de son créateur. Au programme : visites spéciales, ateliers éducatifs et exposition de photographies rares.

Frank_Lloyd_Wright_portrait

Franck Lloyd Wright © Wikimedia Commons

Né le 8 juin 1867 dans le Wisconsin, Frank Lloyd Wright a laissé derrière lui un héritage imposant de plus de quatre cent bâtiments, la plupart érigés aux Etats-Unis. L’un des fondements principaux de son œuvre est la construction d’édifices en harmonie totale avec la nature, dont l’illustration la plus parfaite est certainement la célèbre « Fallwinter house », maison construite sur les hauteurs d’une cascade, en Pennsylvanie. Protagoniste du style « Prairie », et des maisons « usoniennes », la création qui nous intéresse particulièrement aujourd’hui est aussi celle qui demeure l’une des plus emblématiques de sa carrière, le Guggenheim Museum de New-York.

Fortement décriée lors de son inauguration en 1959, cette innovation architecturale est aujourd’hui l’une des fiertés de l’Amérique, considéré comme l’une des plus grandes réussites de Franck Lloyd Wright (reconnu en 1991 par l’American Institute of Architects comme le plus grand architecte américain de l’Histoire). A l’occasion du 150e anniversaire de sa disparition, l’institution a décidé d’en célébrer la mémoire à travers une série de rendez-vous tout au long du mois de juin.

1024px-NYC_-_Guggenheim_Museum

Guggenheim Museum, New York © Wikimedia Commons

Les ateliers « Drawing the Guggenheim » proposeront chaque week-end des activités autour de l’architecture, de la construction et du dessin, tandis que les « Gallery Educators » du Guggenheim proposeront des visites centrées sur l’architecture du bâtiment tous les dimanche. Le 8 juin, date de l’anniversaire de naissance de Franck Lloyd Wright, l’entrée du musée sera à tarif réduit et, clou du spectacle, un cupcake d’anniversaire sera offert à chacun des visiteurs du café du musée récemment rénové, qui abrite par ailleurs des photographies rares de l’institution encore en chantier.

Une nouvelle façon de vivre le musée

L’occasion, pour nous aussi, de revenir sur cet édifice, révolutionnaire pour l’époque. Tout commence en 1943, alors que l’architecte reçoit une lettre de Hilla Rebay, conseillère artistique de Solomon R. Guggenheim : « J’ai besoin d’un combattant, d’un amoureux de l’espace, d’un géniteur, d’un testeur et d’un sage… Je veux un temple de l’esprit, un monument, et surtout votre aide pour le réaliser ».

Guggenheim_flw_show

Guggenheim Museum, New York © Wikimedia Commons

Wright répond par un projet qui embrasse les formes naturelles et le modernisme, imaginant une spirale ascendante, évasée vers le haut, qui se déploie le long d’une rampe en pente douce sur six étages. Une nouvelle façon de vivre le musée était née : faisant disparaître le concept traditionnel de salle d’exposition. Désormais, pour visiter les expositions, les visiteurs sont invités à prendre un ascenseur jusqu’au sommet de l’édifice, puis de descendre la fameuse rampe hélicoïdale légèrement inclinée, jusqu’au rez-de-chaussée.

Vue d’extérieur, le musée Guggenheim prend l’aspect d’un cône renversé, voire d’un « escargot » fait de béton et de verre, si bien qu’il obtiendra le surnom de « ressort », en raison de son aspect circulaire, en contraste avec les gratte-ciels environnants. Wright introduira une image organique des constructions, basée sur le fondement que l’espace intérieur détermine la forme extérieure. Il disparaîtra le 9 avril 1959, cinq mois seulement avant l’inauguration du musée, considéré depuis comme un manifeste posthume de son oeuvre.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE