Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 ALPHONSE MUCHA

12/09/2018 > 27/01/2019

Musée du Luxembourg

- PARIS

expo_cercle_2 PICASSO. BLEU ET ROSE

18/09/2018 > 06/01/2019

Musée d'Orsay - PARIS
expo_cercle_3 FRANZ WEST

12/09/2018 > 10/12/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_5 MADAGASCAR

18/09/2018 > 01/01/2019

Musée du quai Branly - Jacques Chirac - PARIS

LA NEWSLETTER

Le mouvement De Stijl fête ses 100 ans !

Laura Bourdon 29 mai 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Bordé de canaux, de ponts et de ruelles pittoresques, le charmant petit village d’Amersfoort aux Pays-Bas jouit d’une certaine notoriété, puisqu’il n’est autre que le village natal de l’un des pionniers de l’abstraction, Piet Mondrian. Aussi l’année 2017 marque le centenaire de la création du mouvement De Stijl, un anniversaire amplement célébré grâce à toute une série d’expositions notamment au Kunsthal d’Amersfoort, qui vient tout-juste d’ouvrir l’exposition « The Colors of De Stijl », que l’on peut visiter jusqu’au 3 septembre prochain.

_DSC3308 (1)

© kAdE, Kunsthal Amersfoort

Il y a cent ans naissait le mouvement De Stijl (le Style, en français) héritier des théories picturales de Piet Mondrian. De Stijl est à la fois une revue et un mouvement artistique d’avant-garde, porté par des figures centrales dont Theo van Doesburg, Bart van Der Leck et bien sûr Piet Mondrian sont les plus illustres. Dans un parcours chronologique et largement documenté, la Kunsthal d’Amersfoort retrace l’histoire du mouvement, le rôle clé de ses figures majeures et les résonances « du style » sur l’oeuvre d’artistes d’après-guerre et contemporains.

Genèse

C’est en 1916 que débute le parcours de l’exposition, quand Theo van Doesburg rencontre Piet Mondrian avec qui il prendra la tête du mouvement l’année suivante. En 1917 sort le premier numéro de la revue « De Stijl », qui pose deux revendications centrales : la création d’une plastique « pure » et l’ambition de rendre le public sensible à la beauté de ce nouveau langage esthétique, aux formes abstraites et géométriques.

_DSC2168

© kAdE, Kunsthal Amersfoort

Les piliers fondamentaux de De Stijl prônent un langage pictural simplifié, composé de couleurs primaires (le rouge, le jaune, le bleu), l’absence de relief et une géométrie radicale aux lignes horizontales et verticales. Ainsi, van Doesburg et Mondrian ont la volonté de créer un langage universel et facilement identifiable, où la peinture ne serait qu’un laboratoire servant une théorie plus vaste « d’art total », applicable à d’autres disciplines, comme l’architecture et le design.

Cette conception rationnelle du monde est aussi liée à une recherche mystique et spirituelle, qui prend source dans la pédagogie de Rudolf Steiner, lui-même inspiré par les théories de Goethe ; et par le biais desquelles Mondrian se familiarisera avec cette idée de forme universelle. Participant au renouvellement des conceptions artistiques de l’époque, De Stijl rejoint en certains points les réflexions de dada et du Bauhaus.

Interieur Grote Feestzaal L'Aubette, Straatsburg

Aubette, Strasbourg © kAdE, Kunsthal Amersfoort

Theo van Doesburg est celui qui le plus, participera de sa diffusion par le biais de conférences données à l’international et par la rédaction de manifestes, que l’on retrouve au cœur de l’exposition aux côtés de ses célèbres Contre-compositions datées de 1924. A la différence de Mondrian, Theo van Doesburg puise dans un spectre chromatique large et utilise la diagonale. Ce sera un tel affront pour Mondrian (qui ne jure que par l’horizontal et la verticale, censé témoigner de la dualité de toute chose) qu’il décidera de quitter le groupe en 1925.

_DSC2212

Barnett Newman, Who’s afraid of Red, Yellow and Blue III, 1967 © kAdE, Kunsthal Amersfoort

Toujours dans cette logique d’art total, l’exposition met en évidence l’exploration par De Stijl du champ du graphisme et de la typographie. En témoigne l’enseigne réalisée pour le bâtiment de l’Aubette (à Strasbourg), classé monument historique en 1985. Puis De Stijl s’étendra au domaine du design à partir de l’année 1918 avec une chaise créée par Gerrit Rietvelt, aussi membre éminent du groupe, qui donne jour à la peinture de Mondrian en trois dimensions avec son « fauteuil rouge-bleu » dont la structure se veut stricte et robuste.

Artistes d’après-guerre

_DSC1593

© kAdE, Kunsthal Amersfoort

Le parcours se poursuit avec d’incroyables pièces d’artistes d’après-guerre et notamment de Barnett Newman, dont l’art est aussi considéré comme total et entièrement tourné vers l’abstraction, tout comme dans la pensée de De Stijl. Ses peintures monumentales plongent le spectateur dans une unité de couleur dense et pure, ponctuée de bandes verticales d’épaisseur variables.

Sont aussi représentés Richard Serra, Yves Klein ou encore Ad Reinhardt, figure incontestée de la scène artistique américaine dont l’oeuvre tend à une simplification de plus en plus poussée de la forme et de la couleur. A partir des années 1950, Reinhardt adopte une composition symétrique réduite au minimum, avant que sa palette de couleurs ne se réduise elle-aussi à l’extrême avec la seule utilisation du noir, à partir de 1953.

Envie de découvrir « Colors of The Stijl » à Amersfoort ? Retrouvez toutes les informations pratiques sur le site Holland.com !

nbtc-300x70

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE