Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 MIRÓ

03/10/2018 > 04/02/2019

Grand Palais

- PARIS

expo_cercle_2 ALPHONSE MUCHA

12/09/2018 > 27/01/2019

Musée du Luxembourg - PARIS
expo_cercle_4 CARAVAGE À ROME

21/09/2018 > 28/01/2019

Musée Jacquemart-André - PARIS
expo_cercle_5 TADAO ANDO, LE DÉFI

10/10/2018 > 31/12/2018

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Fugit Amor, les amours d’Auguste Rodin en BD

Agathe Lautréamont 23 mai 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

« Fugit Amor », l’amour fuit. À l’occasion du centenaire de la mort d’Auguste Rodin, les éditions 21g ont choisi d’ajouter leur pierre à ce grand édifice que sont les célébrations du centenaire de la disparition du sculpteur de génie. Le duo formé par le scénariste Eddy Simon et le dessinateur Joël Alessandra a décidé, dans un nouveau roman graphique, de se concentrer sur une facette bien précise de l’existence de l’artiste disparu en 1917 : ses amours. Trois étapes, trois récits, trois femmes : Rose Beuret, Camille Claudel et Claire de Choiseul.

fufu

A. Rodin, Fugit Amor, Portrait Intime © E. Simon – J. Alessandra – 21g Editions

La première planche de cette bande-dessinée nous plonge dans la première moitié du XIXe siècle. Les couleurs sépia, comme celle des vieilles photographies aux teintes passées par le temps, nous font comprendre que nous nous trouvons plongés dans un souvenir : celui d’Auguste Rodin, se revoyant à l’âge de six ans modelant ses premières figurines dans la pâte à gâteau cuisinée par sa mère, à l’époque où la petite famille habitait dans le populaire (à l’époque) quartier Latin de Paris.

Les sculptures sont gratifiées des compliments maternels et de la gourmandise de la grande sœur, Maria. Ce sont ainsi des femmes qui ouvrent ce récit de cent trois pages, femmes chéries, femmes admirées… et femmes perdues. Car lorsque s’ouvre la première étape du roman graphique d’Eddy Simon et Joël Alessandra, nous sommes en 1862 : Maria Rodin est morte et l’on rencontre un Auguste Rodin, frère cadet, qui peine à faire le deuil de sa grande sœur adorée. Tout dans le même temps, nous apprenons à nous familiariser avec le style artistique d’Alessandra : les teintes, brunes, terreuses, douces dominent ses cases, tandis qu’une grande importance est accordée aux visages des protagonistes apparaissant au fil de la bande-dessinée.

Au long de l’intrigue, nous allons voir vieillir Rodin, le visage marqué par le labeur, les ans, la célébrité qui ne lui sied guère. Camille Claudel, dont tous ses contemporains s’accordaient pour louer la grande beauté, est ravissante et éclaire chaque case de sa présence sibylline. Nous nous attachons très vite à nombre de personnages du récit, signe évident que celui-ci est bien mené, habile, intelligent.

02 - FEV 21G.cdr

A. Rodin, Fugit Amor, Portrait Intime © E. Simon – J. Alessandra – 21g Editions

Trois passions

Le titre du roman graphique, Fugit Amor, n’a  pas été choisi au hasard. C’est également le nom porté par une sculpture d’Auguste Rodin, un groupe en marbre formé de deux corps nus, homme et femme, semblant basculer ensemble dans le vide. Initialement, ces figures faisaient partie de cette composition d’une vie : La Porte de l’Enfer et regardés séparément, ces âmes maudites paraissent éternellement chuter, au désespoir, sans repentance aucune. Une fois réunis par les mains délicates de Rodin, on ne découvre plus deux fantômes damnés, mais deux personnes déchirées par leurs sentiments l’une pour l’autre.

Ils s’aiment, s’entredévorent, se repoussent et s’attirent à la fois ; tandis que l’amour devient torture. Au comble de la douleur, un des deux amants s’enfuit dans une posture de désespoir, tandis que l’abandonné, meurtri, tend des bras près à se rompre en direction de celle qui, déjà, lui a échappé pour toujours. C’est là toute la complexité des relations entretenues par Auguste Rodin avec la gent féminine. Très jeune, il rencontre Rose Beuret qui restera toute sa vie à ses côtés, l’aidant et le soutenant alors que sa carrière peinait à prendre son envol.

Pourtant, ce n’est qu’au crépuscule de sa vie que Rodin acceptera d’épouser sa compagne de toujours, tandis que le fils qu’ils auront eu ensemble, Auguste Beuret, ne sera jamais reconnu de son géniteur. Camille Claudel, qu’il aima d’une fougue incandescente, sera bien vite oubliée du maître lorsque, considérée folle, elle sera enfermée jusqu’à la fin de ses jours dans deux asiles. Enfin, Rodin qui aurait dû glaner sagesse et perspicacité avec le grand âge, mit beaucoup de temps à se rendre compte que Claire de Choiseul ne s’intéressait nullement à lui, mais uniquement à sa notoriété et sa fortune, considérable au début du XXe siècle.

02 - FEV 21G.cdr

A. Rodin, Fugit Amor, Portrait Intime © E. Simon – J. Alessandra – 21g Editions

Auguste Rodin, personnage complexe. Auguste Rodin, âme insaisissable. Auguste Rodin, artiste pétri de contradictions… Toutes ces interrogations et contrastes contribuent à la légende du maître et entretiennent ce mythe et cette aura qui ne cessent de fasciner encore aujourd’hui. A. Rodin, Fugit Amor, portrait intime peut se retrouver dans toutes les bonnes librairies, au prix de 22 euros ! N’hésitez pas, l’ouvrage vaut vraiment une petite place dans votre bibliothèque…

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE