Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 PICASSO 1932

10/10/2017 > 11/02/2018

Musée Picasso

- PARIS

expo_cercle_3 GAUGUIN

11/10/2017 > 22/01/2018

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS
expo_cercle_4 ANDRÉ DERAIN, 1904 - 1914

04/10/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_5 CHRISTIAN DIOR

05/07/2017 > 07/01/2018

Les Arts Décoratifs - PARIS

LA NEWSLETTER

Mohenjo Daro : le mystère de la civilisation perdue

Agathe Lautréamont 19 mai 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Avez-vous déjà entendu parler du site archéologique de Mohenjo Daro ? Ce complexe de vestiges représente pour l’archéologie un important site appartenant probablement à l’ancienne civilisation de la vallée de l’Indus, disparue aux alentours de 1900 avant Jésus-Christ. À Mohenjo Daro, les chercheurs fouillent depuis des années les restes d’une des plus grandes villes datant de la période de l’âge de bronze indien. Malheureusement, le manque de financement et les instabilités politiques de la région (les ruines se trouve au Pakistan, à environ trois cent kilomètres au nord-est de la ville de Karachi) peinent à faire sortir de l’ombre ce site exceptionnel…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vue des bains publics de Mohenjo Daro © Wikimedia Commons

Mohenjo Daro, un nom qui suffit à mettre des étoiles dans les yeux de nombre d’archéologues. Il s’agit en effet d’un site qui abritait une ancienne cité, dont les ruines sont en bon état de conservation, source d’informations précieuses quant à l’ancienne civilisation disparue à laquelle la ville se rattachait. On estime que Mohenjo Daro fut construite au cours du IIIe millénaire avant Jésus-Christ et aurait été abandonnée aux alentours du XVIIIe siècle avant notre ère.

Si les raisons de ce brutal départ demeurent encore inexpliquées, les chercheurs s’orienteraient vers la piste d’un changement du cours du fleuve Indus, dont la prospérité de la ville dépendait entièrement. Or, les vestiges en bon état de cette cité pourraient recéler les clés des mystères de la civilisation de l’Indus, qui serait apparue aux alentours de -3000, et dont la chute demeure encore à ce jour nimbée de mystère.

wiki com

Mohenjo Daro © Wikimedia Commons

Le site est connu et fouillé depuis sa découverte, en 1920. Les plans de la cité, très en avance sur leur temps, reposent sur une organisation en quadrillage, proposant ainsi des rues droites et de vastes boulevards. Toits en terrasse, escaliers, bains publics et système d’égouts complètent le portrait d’une civilisation à l’organisation très avancée et astucieuse.

Le professeur Michal Jansen, rencontré par une équipe de l’AFP, travaille depuis des décennies à Mohenjo Daro et s’efforce à faire connaître ces vestiges au plus grand nombre. Si le grand public connaît parfaitement la civilisation égyptienne, celle de l’Indus demeure encore dans l’ombre, ignorée de tous au beau milieu de la province orientale du Sindh, à quelques distances des rives du fleuve Indus. Mais la situation serait-elle en train de changer ?

Michael Jansen, docteur en archéologie, œuvre de toutes ses forces à promouvoir ces vestiges à l’international, tout en veillant cependant à la grande préservation des ruines. L’actualité internationale étant ce qu’elle est, les archéologues travaillant sur place craignent en effet les violences de différents groupuscules islamistes (actifs au Pakistan) qui, on l’a vu, n’hésitent nullement à s’en prendre aux ruines préislamiques.

Ruines archéologiques de Mohenjo Daro (Pakistan)

Les ruines de Mohenjo Daro © Wikimedia Commons

Si Mohenjo Daro est si précieuse aux yeux des archéologues, c’est parce que l’ancienne cité pourrait contribuer à percer les mystères qui entourent encore l’ancienne civilisation de l’Indus (vers 5000 avant J-C – 1900 avant Jésus-Christ), une civilisation de l’Antiquité dont la zone géographique s’étendait principalement dans la vallée du fleuve du même nom, dans le sous-continent indien, autour du Pakistan actuel.

Cette civilisation était tombée dans l’oubli jusqu’à sa redécouverte au début des années 1920. Elle représente, avec les civilisations égyptiennes et mésopotamiennes, une des toutes premières civilisations pratiquant l’écriture, l’agriculture, et la construction de villes. Aujourd’hui, on ignore encore pourquoi cette civilisation a disparu.

cui

Sculpture en terre cuite retrouvée à Mohenjo Daro © Wikimedia Commons

Toujours est-il que Mohenjo Daro représentait le cœur urbain de la civilisation de l’Indus. On a retrouvé sur le chantier de fouilles des pièces de monnaie à la taille et au poids standardisé, des jouets, des bijoux en or et en bronze, des sceaux faits de métal et de cuir… Autant d’éléments qui attestent d’un monde florissant. De même, l’organisation des rues de la ville (qui donnent accès à l’ensemble de la cité) prouve que cette culture devait être relativement égalitaire, soucieuse de l’entretien de son lieu de vie et peu empesée par un système de castes sociales.

Mais à l’heure actuelle, aucune nouvelle fouille ne doit être menée sur cette ancienne ville figurant parmi les six sites du Pakistan classés au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Pourtant, seule une maigre portion des ruines a été fouillée, ce qui prouve que de nouvelles découvertes peuvent encore être faites. Mais demeure l’éternel débat sur la préservation de la zone archéologique.

Doit-on lancer de nouvelles fouilles alors que les fonds manquent ? Doit-on attendre de meilleures conditions en se disant que ce qui est encore enterré ne risque pas de souffrir ? Doit-on faire encore connaître le lieu au grand public sachant qu’il est déjà très peu surveillé et que des visiteurs s’y promènent sans prendre garde à ce qu’ils foulent du pied ? Le débat est ouvert…

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE