Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 L'ENVOL, OU LE RÊVE DE VOLER

16/06/2018 > 28/10/2018

La maison rouge

- PARIS

expo_cercle_2 RODIN ET LA DANSE

06/04/2018 > 22/07/2018

Musée Rodin - Paris - PARIS
expo_cercle_3 HABITER MIEUX HABITER PLUS

05/04/2018 > 02/09/2018

Pavillon de l’Arsenal - PARIS
expo_cercle_4 GUERNICA

27/03/2018 > 29/07/2018

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Au BAL, la légendaire agence Magnum fête ses 70 ans

Laura Bourdon 11 mai 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Magnum fête son 70e anniversaire ! Cet événement couplé à la découverte récente d’un fonds exceptionnel de plusieurs centaines de milliers de tirages anciens ont fourni à Diane Dufour, fondatrice du BAL et ancienne Directrice de l’agence Magnum, une formidable mine d’or pour réaliser sa nouvelle exposition-anniversaire. Magnum Analog Recovery retrace près de trente années de l’histoire de la première agence coopérative et indépendante de photographes, des lendemains de la Guerre jusqu’à la fin des années 70.

(c)Léonard Freed-Magnum Photos

Leonard Freed, Harlem Fashion Show, 1963 © Leonard Freed/Magnum Photos

Comme point de départ de l’exposition, il y a d’abord l’anniversaire de Magnum Photo. En 1947, Capa, Cartier-Bresson, Seymour, Rodgers et Vandivert s’associent pour créer l’agence Magnum sur un modèle inédit. Une agence sélective, coopérative et indépendante, qui aujourd’hui encore fonctionne par cooptation : pour devenir membre, un photographe doit d’abord être adoubé par l’ensemble des membres de l’agence ; une fois admis, il en devient actionnaire.

Mais Magnum Photo signe surtout la prise d’indépendance des photographes face à la grande presse illustrée de l’époque, venant affirmer des principes fondamentaux, qui nous paraissent évidents aujourd’hui mais ne l’étaient pas du tout pour l’époque. A la fin des années 1940, les magazines commandaient des sujets aux photographes qui perdaient automatiquement leurs droits sur les images.

Dès sa création, l’agence Magnum réaffirme le fait que les négatifs restent la propriété du photographe et impose le Copyright en photographie. Ils imposent par ailleurs de conserver un droit de regard sur le choix des clichés, légendés par leurs soins et non-recadrés. C’est une vraie révolution pour l’époque, puisque Magnum invente le statut de photographe « auteur », libre et indépendant.

unspecified

Robert Capa, Les troupes américaines à l’assaut d’Omaha Beach le jour du débarquement, Normandie, France, 6 juin 1944 © Robert Capa © International Center of Photography/Magnum Photos

Un fonds d’archives historiques

Aussi l’anniversaire de Magnum coïncide avec la mise au jour d’importants fonds historiques, jusqu’alors conservés dans les archives de l’agence parisienne dans des boîtes au nom de chaque photographe. Diane Dufour s’est plongée dans ces trésors, un travail titanesque qui lui a permis de rassembler un ensemble de tirages historiques iconiques et inédits, pour certains jamais publiés.

« Ce fonds rassemble des tirages cartoline envoyés aux agents européens de Magnum pour diffusion à la presse, de 1947 à 1970. Ce fonds remarquable ne contient pourtant qu’une infime part des centaines de milliers de tirages distribués sur plus de 30 ans par le bureau de Paris et, bien souvent, les images les plus célèbres manquent », confie-t-elle. Aussi l’exposition offre une traversée de la grande Histoire et de ses moments clés, des images ancrées dans notre mémoire collective côtoient d’autres clichés plus rares, parfois moins sensationnalistes, témoignant de la société de l’époque.

(c) Henri-Cartier Bresson-Magnum Photos

Henri Cartier-Bresson, « Cherche tout type de travail », panneau accroché au cou de ce jeune allemand, Hambourg, Allemagne de l’Ouest, 1952 © Henri Cartier-Bresson/Magnum Photos

Ainsi Robert Capa documente les troupes américaines à l’assaut d’Omaha Beach le jour du débarquement (le 6 juin 44) ; Glinn photographie les prisonniers palestiniens à Gaza (1957) ; Kryn Taconis montre le bataillon du FLN en Algérie… un moment crucial dans l’histoire de Magnum : « Était-il raisonnable de mettre tout l’avenir de Magnum en péril pour la publication d’un seul reportage ? », cite Marc Riboud ; le reportage fut publié seulement aux Pays-Bas, Magnum craignant les représailles de la part du gouvernement français.

Des questionnements éthiques, politiques et sensibles ici soulignés par la présence d’innombrables citations, de légendes et de textes écrits par les photographes eux-mêmes ; permettant de prendre le pouls d’un certain état d’esprit au moment de la parution de ces images, entre tensions, doutes et frustrations. Peut-on faire de l’image sur la misère du monde, photographier l’horreur et la mort ?

Des questionnements très contemporains, qui interrogent la place du photographe face à son sujet, comme l’a aussi décrit le photographe Erich Lessing : « Après Budapest, je ne voulais plus couvrir aucune révolution ni aucune guerre. Avant, je pensais, comme Capa, qu’en prenant des photos nous pouvions montrer le vrai visage du monde, et avoir ne serait-ce qu’une infime influence sur les comportements et le cours de la politique. Or tout journaliste apprend au bout d’un temps plus ou moins long que cela est faux – les plus horribles photos de guerre n’arrêteront jamais les guerres. En montrant une révolution, vous n’aidez pas la révolution, ni le contraire, vous ne faites que la documenter. »

Une sélection pointue à découvrir jusqu’au 27 août prochain.

MAGNUM ANALOG RECOVERY

29/04/2017 > 27/08/2017

Le BAL

PARIS

Magnum a 70 ans. Non contents d'avoir imposé le copyright en photographie, ses fondateurs (Capa, Cartier-Bresson, Rodger, Seymour et Vandiv...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE