Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 DAVID HOCKNEY

21/06/2017 > 23/10/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 PAR-DESSUS TOUT : L'OBJET PHOTOGRAPHIQUE

17/06/2017 > 17/09/2017

Musée Nicéphore Niépce - CHALON-SUR-SAÔNE
expo_cercle_4 EMMANUELLE LAINÉ

03/02/2017 > 10/09/2017

Palais de Tokyo - PARIS
expo_cercle_5 PORTRAITS DE CÉZANNE

13/06/2017 > 24/09/2017

Musée d'Orsay - PARIS

LA NEWSLETTER

Goya et les Peintures Noires : visions de l’abîme

Agathe Lautréamont 30 mars 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

À partir de 1819, un homme solitaire, usé par les ans et la maladie, enfermé dans sa surdité, s’éloigne des fastes de la cour espagnole et se mure dans sa maison de campagne. Cet homme, auréolé de gloire et riche grâce à son travail d’artiste, n’est autre que Francisco de Goya. Jusqu’en 1823, le peintre réalisa un travail d’ampleur, exécutant directement sur les murs de sa ferme des fresques d’une tristesse inégalée dans l’Histoire de l’art : les Peintures Noires (ou Pinturas Negras, en espagnol).  Au nombre de quatorze, ces fresques renferment encore dans leurs applats violents de pigments des secrets obscurs, angoissants, mais qui en disent pourtant long sur l’état d’esprit de Goya à cette époque. Revenons sur ces oeuvres célèbres à l’occasion de l’anniversaire de naissance de Goya, le 30 mars de l’année 1746.

lutte

Francisco de Goya, Duel au gourdin, vers 1819-1823 © Wikimedia Commons

Assise sur un sol à la couleur d’un ocre sale, une silhouette obscure, drapée de noir, deux cornes ondulées inquiétantes dressées sur sa tête, semble prêcher à une assemblée de femmes qui écoutent cette ombre menaçante, fascinées. Un peu plus loin, la tête d’un chiot se dresse désespérément vers le ciel, la truffe frémissante mais les yeux déjà vidés de tout espoir ; l’animal paraît s’enfoncer dans les sables mouvant, inexorablement.

Quelques pas encore, et nous rencontrons deux hommes vêtus de chemises usées et aux pantalons rapiécés. Les jambes prises dans une gangue de boue, ils se jettent l’un sur l’autre, armés de gourdins. Ces œuvres, réalisées de la main de l’artiste espagnol Francisco de Goya, ont toutes en commun leurs teintes terreuses, brutes, salies.

Les contours se font imprécis, les horizons inatteignables et les cieux chargés de nuages de mauvais augures. Hommes et femmes sont dépourvus de visages, et lorsque leurs faces sont visibles, elles dévoilent des traits ravagés par l’angoisse, ou gravés par le burin du dur labeur d’une vie misérable.

homme lisant

Francisco de Goya, Homme lisant, vers 1819-1823 © Wikimedia Commons

De la cour à la terre

Ces œuvres où perce le désespoir sous chaque coup de pinceau ont toutes été réalisées entre 1819 et 1823, via la technique de l’huile dite « al secco », c’est-à-dire directement appliquée sur le plâtre d’une paroi non-préparée. Francisco de Goya n’a plus que quelques années à vivre. Probablement le savait-il, sentait-il la mort sourdre à travers ses membres endoloris, sa surdité complète, ses acouphènes obsédants.

Alors il fit ce qu’il savait faire de mieux : peindre. Oh, ce ne seront pas là les œuvres joyeuses, fastueuses, colorées des jeunes années de formation, de la période faste où il fut dans les petits papiers de la couronne espagnole au point de devenir le peintre favori du souverain Charles IV et de sa famille. Goya ne prit même pas la peine de donner un titre à ses fresques.

Elles ont été nommées a posteriori : les Moires, deux vieux et un moine, deux vieillards mangeant de la soupe, duel au gourdin, le sabbat des Sorcières, homme lisant, Judith et Holopherne, La Procession à l’ermitage Saint-Isidore, Femmes riant, Procession du Saint-Office, le chien, Saturne dévorant un de ses fils, une manola, Asmodée. Cataloguées en 1828, elles furent ensuite transférées sur toile entre 1874 et 1878, avant la destruction de la maison de Goya. Aujourd’hui, elles sont visibles au sein du Musée du Prado, à Madrid.

saturne

Francisco de Goya, Saturne dévorant un de ses fils, vers 1819-1823 © Wikimedia Commons

Signification ?

Encore aujourd’hui, ces œuvres uniques sont l’objet d’intenses débats entre historiens de l’art. Les fresques sont très certainement à considérer séparément, et non comme un ensemble qui suivrait un fil rouge précis. Il est en effet difficile de définir dans quelles pièces et dans quel ordre les peintures se trouvaient disposées au sein de la « Quinta del sordo » (« La maison de campagne du sourd », surnom donné à l’habitation du peintre), sans compter que Goya comme nous l’avons souligné plus tôt, n’a pas pourvu ses œuvres de titres, ce qui prive les historiens d’un aiguillage précieux quant à la signification réelle des œuvres mystérieuses.

Il demeure néanmoins une certitude : les thématiques de la vieillesse et de la mort sont très présentes, une indication précieuse sur l’état d’esprit du peintre qui s’était retiré dans cette maison de campagne. Affaibli par la maladie, peut-être a-t-il ressenti le besoin d’exprimer par la peinture ses angoisses profondes face à l’avancée inexorable de la mort ? L’œuvre Le Chien évoque un sentiment de solitude indicible, tandis que les œuvres à portée sociales et religieuses comme Homme lisant ou La procession à l’ermitage Saint-Isidore ne sont pas dépourvues d’un cynisme mordant, mais néanmoins malheureux.

perro

Francisco de Goya, Le Chien, vers 1819-1823 © Wikimedia Commons

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE