Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 GAUGUIN

11/10/2017 > 22/01/2018

Galeries nationales du Grand Palais

- PARIS

expo_cercle_3 PICASSO 1932

10/10/2017 > 11/02/2018

Musée Picasso - PARIS
expo_cercle_4 RUBENS

04/10/2017 > 14/01/2018

Musée du Luxembourg - PARIS
expo_cercle_5 IRVING PENN

21/09/2017 > 29/01/2018

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS

LA NEWSLETTER

Expo « Eclectique » au quai Branly : portrait d’un collectionneur engagé

Laura Bourdon 27 mars 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Il ne vous reste plus qu’une petite semaine pour vous immerger dans l’exposition Eclectique que présente le musée du quai Branly-Jacques Chirac, exposant la collection personnelle de l’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharrière. Une collection où l’on voyage dans l’espace et dans le temps, où les âges, les traditions et les civilisations parlent d’égal à égal, sans préjugés ni hiérarchie.

MLDL-19-e1483627866549

Exposition Éclectique au Quai Branly © Photographie : Agathe Lautréamont, 2016

Dédié aux arts premiers, le musée du quai Branly trouve en la collection de  Marc Ladreit de Lacharrière un formidable écho à sa vocation universaliste. Aussi l’exposition Eclectique se présente comme une sorte de « musée idéal » où se rencontrent, se croisent et dialoguent près de soixante œuvres d’une absolue préciosité, certaines datées de l’Antiquité tandis que d’autres sont signées de la main des plus grands artistes modernes et contemporains.

Cette collection au carrefour des civilisations et des époques, est celle constituée par Marc Ladreit de Lacharrière et son épouse Véronique Morali, amorcée dans les années 1970. L’homme d’affaires n’a pas l’intention d’accumuler les trophées ni-même de compléter quelconque « série » dédiée à une époque ou un style en particulier ; ses choix sont guidés par l’émotion et les coups de cœur.

MLDL-02

Statue d’Héraclès enfant, IIIe siècle après Jéssus-Christ © Agathe Lautréamont, 2016

Et si ses coups de cœur sont variés, un certain goût pour la sculpture s’affiche d’emblée : statues songyes de l’actuelle République démocratique du Congo, masques dogons du Mali, bustes d’empereurs romains ponctuent le parcours de l’exposition. Une appétence qui s’est forgée dès l’enfance chez l’homme d’affaires, avant que ce dernier ne s’intéresse plus avant aux artistes de son temps : Hans Hartung, Tapies ou Georges Mathieu, qu’il découvre en sillonnant les galeries les plus en vue de l’époque, Denise René ou les Maeght. Élu à l’Académie des Beaux-Arts, Marc Ladreit de Lacharrière rencontre Soulages, Garouste ou Soto, qui formeront son goût pour l’art contemporain, sans que le collectionneur ne renie pour autant sa passion pour la sculpture et les arts premiers.

Pour Marc Ladreit de Lacharrière, l’art est universel et n’est d’aucun temps ; aussi ce mélange des genres et des époques trouve parfaitement sa place au musée du quai Branly, dont la vocation universaliste est une tâche à laquelle Stéphane Martin, président du musée, s’emploie à incarner quotidiennement. Nous avons donc ici la rencontre entre un homme et une institution qui se ressemblent, justifiant qu’un masque des îles Tabar ou une maternité Sénoufo côtoient un dessin de Poliakoff, un bronze de Picasso ou une peinture de Sonia Delaunay.

MLDL-01

Statuette Fang, figure de reliquaire, XIXe siècle © Agathe Lautréamont, 2016

Plutôt que de s’attaquer à un genre, une époque ou un continent, Marc Ladreit de Lacharrière présente dans sa collection une vision où le geste artistique prévaut, même si plusieurs siècles séparent les œuvres les unes des autres. Gardien de reliquaire gabonais du XIXe siècle, idole des cyclades du IIIe millénaire avant Jésus-Christ, pileuse de mil sculptée par un artisan malien du XVIe ou XVIIe siècle, tous sont sujets à divers rapprochements subjectifs et inattendus qui témoignent de l’ouverture, de la curiosité et de l’absence de hiérarchie d’une collection qui raconte « l’Histoire universelle ».

L’engagement de Marc Ladreit de Lacharrière en faveur d’une reconnaissance égale et sans hiérarchie des arts ne se limite d’ailleurs pas à sa propre collection. Nommé président de l’agence France-Muséums en charge de la création du Louvre Abu Dhabi, le collectionneur veille à ce que le futur musée incarne pleinement sa vocation universaliste. Pour cela, l’approche muséographique du musée a été imaginée selon une vision transversale de l’art, dans le but d’explorer et de mettre en lumière les connections entre les époques et les cultures ; d’en souligner les similitudes liées au partage de mêmes expériences humaines, par-delà les réalités géographiques et les époques.

quai-6

Photographie © Agathe Lautréamont, 2016

ÉCLECTIQUE

23/11/2016 > 02/04/2017

Musée du quai Branly - Jacques Chirac

PARIS

Comment se construit une collection privée au 21e siècle? Portrait d'un ensemble atypique, à travers la vision esthétique et intellectue...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE