Disallowed Key Characters.
Magazine » Actualités
Actualités - Comptes-rendus - Voir + clair - Entrer dans l'œuvre - Entretiens - Voir + loin


expo_une_favori
expo_cercle_1 CIAO ITALIA

28/03/2017 > 10/09/2017

Musée de l'histoire de l'immigration

- PARIS

expo_cercle_3 STEVEN PIPPIN

14/06/2017 > 11/09/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

2 millions d’euros pour l’Eternel Printemps d’Auguste Rodin aux enchères

Laura Bourdon 24 mars 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Très beau succès pour la maison Fraysse & Associés le mercredi 22 mars dernier, qui voit s’envoler L’Eternel Printemps, une œuvre en bronze patiné datée de 1884 et signée par la main du maître sculpteur Auguste Rodin, pour la somme de 1 962 300 euros.

933-6-1_1

L’Eternel Printemps, 1884 © Auguste Rodin

Tous les projecteurs sont braqués sur le sculpteur Auguste Rodin en ce début de printemps, alors que l’on célèbre un peu partout en France le centenaire de sa mort à travers toute une série d’expositions. Une aura dont aura peut-être aussi bénéficié la maison de vente aux enchères Fraysse & Associés, qui a vendu ce mercredi 22 mars, une œuvre en bronze patiné réalisée par le sculpteur en 1884.

L’Eternel Printemps représente un couple qui échange un baiser ; elle célèbre l’amour, et fut créée pendant la longue période de travail de Rodin autour de la très célèbre Porte de l’Enfer. Néanmoins, le sculpteur se décide après coup de retirer le groupe de sculptures de La Porte de l’Enfer, estimant que l’expression du bonheur des amants qui surgit de L’Eternel Printemps ne trouve finalement pas sa place au cœur de la scène tragique dont La Porte de l’Enfer se veut le théâtre.

« Je juge que le corps est le seul véritable habit de l’âme, celui où transparaît son rayonnement », disait Rodin à Paul Gsell en 1907 ; aussi L’Eternel Printemps est probablement inspirée de la relation passionnelle que le sculpteur entretient avec son élève Camille Claudel, à partir de 1883 et qui se poursuivra durant une dizaine d’années. Exposée au Salon des artistes français de 1898, l’œuvre connaît un si franc succès auprès du public qu’elle est dupliquée en une dizaine d’exemplaires : quatre en bronze et six en marbre. Il existe deux versions de cette œuvre, la première fut conçue en 1884 tandis que la seconde est créée en 1898. Celle concernée par la vente de chez Fraysse & Associés est la première, elle fut coulée par Griffoul et Lorge ; tandis que des fontes posthumes seront ensuite réalisées, notamment par le musée Rodin.

andromede

Andromède © Auguste Rodin

Le succès de cette vente offre ainsi d’heureux présages pour la prochaine à venir, tenue par la maison Artcurial cette fois, qui a récemment annoncé la mise en vente d’un marbre inédit de Rodin redécouvert 130 ans après sa création. La sculpture illustre une légende grecque, elle représente une femme repliée sur elle-même et assise sur un rocher, caractéristique du style de Rodin dans les années 1880.

La réapparition sur le marché de cette pièce majeure du sculpteur est un événement, explique Bruno Jaubert en charge de la direction du département impressionniste et moderne de la maison Artcurial : « Andromède nous attendait, c’est l’impression émouvante que nous avons eue en redécouvrant cette œuvre majeure de Rodin conservée précieusement dans la même famille de génération en génération. ». A ce jour, l’œuvre est estimée entre 800 000 et 1,2 millions d’euros ; la vente est prévue le 30 mai prochain au sein de la maison Artcurial.

3fe15a3dd070044113b7ee6a158fbf67

Auguste Rodin

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE