Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CIAO ITALIA

28/03/2017 > 10/09/2017

Musée de l'histoire de l'immigration

- PARIS

expo_cercle_2 STEVEN PIPPIN

14/06/2017 > 11/09/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_3 ED VAN DER ELSKEN

13/06/2017 > 24/09/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_4 MONTMARTRE, DÉCOR DE CINÉMA

04/04/2017 > 15/01/2018

Musée de Montmartre - PARIS
expo_cercle_5 LE PAYSAGE JAPONAIS

21/06/2017 > 02/10/2017

Musée Guimet - PARIS

LA NEWSLETTER

Thomas Huber au Centre Culturel Suisse : une scénographie inventive

Agathe Lautréamont 22 mars 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Depuis le 11 janvier dernier, il se trame quelque chose de très intéressante du côté du quartier très animé du Marais, à Paris. C’est en effet dans ce coin de la capitale française que se trouve le dynamique Centre Culturel Suisse, qui propose chaque année des expositions surprenantes, qui défend la création contemporaine. À l’affiche en ce moment, l’exposition « Extase » de l’artiste suisse Thomas Huber, qui en plus de présenter un univers esthétique unique, a le mérite d’avoir fait le choix d’une scénographie atypique. Visite.

su 3

© Thomas Huber – Centre Culturel Suisse

Passer du temps au sein du Centre Culturel Suisse, dans le quartier du Marais, est une expérience artistique qui ne laissera personne indifférent. L’espace, riche de plusieurs salles d’exposition ainsi que d’une bibliothèque complète et intéressante, ajoute à sa grille de programmation des artistes contemporains, soit émergeants, soit déjà bien établis sur la scène contemporaine, pour le plus grand bonheur des visiteurs de l’espace curieux de voir ce qui se fait en matière d’art contemporain.

Et l’exposition temporaire que le grand public peut visiter depuis le 11 janvier dernier, et ce jusqu’au 2 avril prochain, confirme cette impression de dynamisme et de qualité qui se dégage de l’espace culturel. L’artiste mis en avant en ce début d’année 2017 est une figure majeure dans l’art contemporain. Thomas Huber, créateur Suisse de son état, s’est vu offrir une carte blanche totale par le Centre Culturel Suisse. L’idée de cette collaboration entre l’artiste et le Centre était de laisser le créateur s’exprimer comme il le souhaitait, sans lui imposer ni règle ni norme, afin de proposer une véritable expérience de visite.

su 1

© Thomas Huber – Centre Culturel Suisse

Alors on monte les marches métalliques du Centre Culturel Suisse jusqu’à la vaste salle d’exposition à l’étage de l’espace, lumineux et aéré, et on se demande ce qui nous y attend. La première impression qui nous saisit est probablement celle de la surprise. Beaucoup d’espace, beaucoup de lumière, beaucoup de blancheur, un sentiment de grande liberté. Le lieu a la chance d’être vaste et surtout d’être surplombé par une grande verrière, véritable puit de luminosité, qui éclaire l’endroit et met en valeur aussi bien les œuvres que les murs qui les accueillent.

Et on sent véritablement que Thomas Huber a souhaité préserver ces qualités. Le visiteur a la chance de pouvoir circuler, aller et venir à sa guise, sans avoir peur de faire un faux-pas. Il fallait préserver ces possibilités. Alors Thomas Huber, au lieu d’installer ses œuvres très simplement dans l’espace du Centre Culturel Suisse, a préféré jouer avec ce dernier, tout en cherchant à s’y faire petit.

su 2

© Thomas Huber – Centre Culturel Suisse

D’abord, il a créé deux vastes fresques reposant sur le principe de la mise en abyme. Sur ces fresques sont en effet représentées deux de ses sculptures monumentales… installées dans la salle où le public évolue. De quoi en déboussoler plus d’un ! Puis, pour le reste de ses œuvres, Huber a préféré opter pour la simplicité, la modestie. Ses aquarelles aux teintes pastel, de tailles modestes, ne sont pas encadrées, encore moins protégées par une vitre. Elles ont été très simplement fixées à même les murs blancs du Centre Culturel Suisse.

À notre question : « Pourquoi un tel choix de présentation ? » l’artiste a très simplement répondu qu’il ne souhaitait pas créer de distanciation entre son travail et les visiteurs. Un cadre signifie une grande préciosité et une vitre, la fragilité. Le public est tenu éloigné de l’œuvre, là où Thomas Huber invite au contraire les curieux à s’en approcher au plus près, pour en détailler toutes les subtilités et s’immerger dans son univers. Une belle idée pour une belle exposition. Vite ! Vous avez jusqu’au 2 avril prochain pour la visiter.

THOMAS HUBER

21/01/2017 > 02/04/2017

Centre culturel suisse

PARIS

Thomas Huber prend possession de l’espace du CCS et se dédie à la figure d’Éros. Le peintre (né en 1955, vit à Berlin), y réalise ...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE